-33%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC HP 27xq 27″ QHD Noir
199.99 € 299.99 €
Voir le deal

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Invité le Dim 1 Avr 2012 - 9:47

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

rencontre avec...

... un individu des bois!
_________________________________________________________________________________________________________________________________________



Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] 265644photosart1280x1024

"Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine,
Les poings crispés dans l'ombre et les larmes de fiel,
Quand la Vengeance bat son infernal rappel,
Et de nos facultés se fait le capitaine?
Ange plein de bonté connaissez-vous la haine?"

C’était une journée radieuse… Le vent frais caressait mes longs cheveux noirs et les rayons du soleil réchauffaient ma peau d’albâtre. Un pinceau coincé entre mes lèvres, j’en tenais un deuxième dans la main droite et assise sur mon cheval qui avançait au pas, je peignais avec application le paysage qui se découpait devant moi. Ne me souciant pas des balancements de ma monture, je posai une dernière touche de vert sur la forêt d’émeraude que j’avais représentait en premier plan et fixai le château, peu satisfaite de ma performance. Si les couleurs y étaient représentées avec précision, je n’étais pas certaine qu’on ressentait la sérénité du moment dans cet œuvre. Haussant les épaules, je détachai la toile du cadre avec précaution et l’accrochai à l’arrière de ma selle pour y faire sécher les pigments. Rangeant mon attirail dans un rouleau de bambou placé à portée de main, je fis couler un léger filet d’eau de ma gourde afin de m’ôter les dernières traces de peintures puis repris les rennes en main.
J’avais décidé d’aller visiter le domaine d’émeraude une nouvelle fois afin de m’y imprégner de l’énergie laissée par les anciens chevaliers de l’ordre. Depuis le temps, il était évident qu’il ne restait plus que quelques vestiges de leur grandeur passée, peut-être une ou deux armures cabossées avec qui sait, les armes en bonus… Mais pour moi, ce lieu avait quelque chose de magique.
Etant une guerrière au service de la reine d’Irianeth, je pouvais me balader un peu partout puisque nos deux continents n’étaient plus ennemis. Néanmoins, de vieilles rancœurs persistaient malgré les siècles de séparation entre notre époque et la grande guerre contre Amecareth et il n’était pas toujours judicieux de la part d’un tanieth de dire qu’il n’était pas d’Enkidiev.

« Quelle merveilleuse journée » Pensais-je en lâchant un soupir de bien-être

Vous êtes étrangère ?

Me retournant sur ma selle, je vis un paysan qui s’approchait à grands pas, portant des ballots de foin sur ses épaules. Lui adressant un sourire, je ralentis légèrement ma monture. Grace à mon physique, je pouvais aisément passer pour une jadoise, du coup… On ne se doutait pas vraiment de mon appartenance à Irianeth.
Confirmant, je lui proposai de porter ses chargements mais il refusa. Bavardant de tout et de rien, il ne tarda pas à me vanter la beauté de son pays ainsi que ses richesses malgré une reine quelque peu excentrique. Je me demandais d’ailleurs si l’esprit d’Onyx était toujours vivant… Depuis le temps, il devait se lasser de son existence sur terre. Personnellement, l’idée d’être immortelle n’était pas vraiment pour me plaire…
Me proposant de me conduire jusqu’au château où il devait y entreposer la nourriture pour les chevaux des chevaliers, je déclinai sa proposition étant donné que j’y étais déjà allée et que je n’avais pas vraiment trouvé cet entassement de pierres si intéressant que cela. Me décrivant alors la faune et la flore d’émerienne, je pris la décision d’aller faire un tour dans la forêt et nos chemins se séparèrent lorsque je bifurquai à gauche, le laissant poursuivre seul. Lui adressant un signe amical de la main, Nocturne, mon étalon couleur de nuit s’enfonça entre les conifères, nous apportant la fraicheur bienfaisante de leurs branches.

Alors, demandais-je, on va où ?

Ma monture ne semblant pas vouloir me répondre, j’haussai à nouveau les épaules et ne tardai pas à mettre pied à terre lorsque le passage devint trop compliqué. Mon épée teintant contre ma ceinture d’argent, je la réajustai nonchalamment et tirai mon cheval par la bride, me dirigeant vers ce que j’entendais être un cours d’eau. Je m’étais désormais bien éloignée de la piste principale et je doutais fort de croiser quelqu’un hormis peut-être un ou deux brigands. J’espérai pour eux que ce ne fut pas le cas car même si je suis loin d’être une magicienne de renom, je possède suffisamment de compétence pour me débarrasser d’abrutis dans le genre !
Quand le bruit de l’eau devint plus puissant, je ne tardai pas à apercevoir entre les arbres une petite cascade se déversant dans un courant qui s’évasait en cercle avant de s’affiner pour repartir droit vers le nord. De l’autre coté de la rive s’étendait une pente de sable de laquelle sortaient quelques arbres tandis que je me trouvais une plage de galets. L’endroit aurait pu être idyllique et propice à une bonne sieste si une petite silhouette agitée n’avait pas attiré mon attention. Haussant un sourcil étonné, je m’approchai jusqu’à être au bord de l’eau et plissai mes yeux bridés pour voir un peu plus loin.

Tu vois ce que je vois ?

Mon cheval renâcla comme toute réponse et je me juchai à nouveau sur son dos pour traverser la rivière peu profonde. Atteignant l’autre coté, je me laissai glisser au sol et m’approcher de l’individu. Il s’agissait d’un jeune homme, un peu moins âgé que moi. Et oui, de mes vingt-cinq ans, moi j’approchais bientôt de l’âge mature. Quel dommage de voir sa jeunesse partir aussi vite !
Pas très grand sans pour autant être petit, il avait des cheveux châtains ébouriffés qui le rendaient encore plus jeunes et des yeux noisettes où brillaient une lueur de malice. Bref, il semblait assez sympathique si ce n’est la flèche qu’il retirait de son épaule, causant une petite hémorragie qui vint teinter ses vêtements. Etant particulièrement douée en médecine, j’avais envie de lui mettre une tape sur la tête tant il s’y prenait mal mais n’étant pas sa mère, je m’approchai de lui sans lui reprocher quoique ce soit.
Quand je fus à portée de voix et que je fus sure qu’il m’ait remarqué, j’affichai un sourire sympathique, dégageant mon visage de mes cheveux en les ramenant en arrière. Désignant sa blessure d’un mouvement de menton, je pris la parole d’une voix calme.

Et beh ! Il ne t’a pas raté ! Cinq centimètres et elle te traversait la gorge !

M’abaissant à son niveau, car apparemment il avait fait une belle roulade dans la pente, j’ôtai mon gant écarlate et posai mes doigts sur sa blessure, les teintant de rouge. La flèche avait tranché les chairs mais avec chance, elle n’avait pas causé beaucoup de dommages sérieux. Une lueur orangé apparaissant entre mes doigts, je mis mes dons de guérisseuse à l’œuvre et les bords de la plaie se rapprochèrent l’un de l’autre pour n’en laissait qu’une fine cicatrice qui disparaitrait avec le temps.
Satisfaite, j’essuyai négligemment ma main dans l’herbe avant de renfiler mon gant et de me redresser. Oui, là j’avais fait du joli travail… Rien à voir avec la peinture accrochée à ma selle en fait.
En écho à mes pensées, Nocturne s’approcha de moi, posant sa tête sur mon épaule, fixant l’inconnu d’un regard qui pouvait presque paraitre méfiant. Lui flattant l’encolure pour le rassurer de cette situation inhabituelle, j’attendis qu’il se relève pour lui parler à nouveau. Pour lui, cela devait être étrange de se faire aborder par une inconnue au beau milieu de la forêt tandis qu’il semblait avoir échappé à des poursuivants particulièrement agressifs.

Je me nomme Viladra, me présentais-je poliment. Viladra de Jade. Comment se fait-il qu’un homme blessé se retrouve affalé en bas d’une pente en train de tirer sur une flèche apparemment lancée pour le tuer ?

Lui adressant un sourire rassurant pour qu’il comprenne que je n’étais pas quelqu’un d’hostile, je gardais mes mains en évidence. Après tout, il serait bête que l’on croise le fer à cause d’un simple malentendu… C’était tellement fréquent de nos jours que l’on pouvait se demander si les hommes d’aujourd’hui ne regrettaient pas de n’être pas nés à l’époque de la grande guerre. Etant pacifiste de nature bien que je n’hésitais pas à combattre lorsque la situation l’exigeait, je n’appréciais pas tellement de vois ces individus clamaient à tord et à travers qu’ils étaient les plus forts, les plus redoutables ou les plus redoutés… Mais heureusement, quand je voyais celui qui me faisait face, quelque chose me soufflait que ce n’était pas son bas. Heureusement, sinon j’aurais passé mon chemin depuis longtemps… Non mais oh !


Dernière édition par Viladra le Dim 1 Avr 2012 - 12:29, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Klarke le Dim 1 Avr 2012 - 11:48

La douleurs semblait vouloir m'empêcher de retirer cet flèches, mais il le fallait, cet homme pouvait revenir et apparemment il n'a pas l'intention de me laisser vivre.
Je contracta mes muscle dans l'intention de la retirer d'un coup sec mais je remarqua la présence d'une femme, dont la vêtus de vêtement rouge, elle n'est pas de ce pays. Elle se rapprocha et désigna ma blessures avec son menton en me disant :

Et beh ! Il ne t’a pas raté ! Cinq centimètres et elle te traversait la gorge !

Elle continua de se rapprocher puis s'abaissa à mon niveau, commençant à refermer ma blessures avec cet lumières qui apparut entre ses doigts que je ne pu m'empêcher d'admirer. J'ai déjà voulu soigner une des mes blessure il y a longtemps mais j'ai très vite remarquer que guérir ce n'étais pas pour moi lorsque je me suis brûler.
Je la fixa, lui trouvant du charme mais je me méfie tout de même. Pour moi lorsque j'ai vue cet homme me ressemblant comme deux goutte d'eau alors tout est devenu possible. Une fois ma blessure refermée, je me releva et la fixa encore une fois, ne sachant pas quoi dire ou inventer... Je voulais cacher à tout le monde que je suis amnésique, mais la mentir serai pour moi un acte impardonnable parce qu'elle viens de ma sauver.



Je me nomme Viladra. Viladra de Jade. Comment se fait-il qu’un homme blessé se retrouve affalé en bas d’une pente en train de tirer sur une flèche apparemment lancée pour le tuer ?

Elle m'adressa un sourire rassurant, je lui rendit alors le même sourire car elle venait de remarquer que je me méfiais. Je sais ce que ça fait lorsque tout le monde se méfie de nous, je l'ai su lorsque j'étais aux château d'émeraude.

-Je me nomme Klarke et je poursuivais une personne... Qui me ressemblait énormément. Je ne me souviens pas de mon passé, je suis en quelque sorte un homme perdu dans un monde qui lui ai totalement inconnu mais je compte en apprendre plus sur ce monde. Tout
apprendre et me souvenir, je dois vous remercie de m'avoir sauvé, je pense bien que sans vous, je serai mort avant l'aurore du soir... , répondit-je en souriant et en inclinant respectueusement la tête.

_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Klarke
Klarke
Klarke
Personnage important

Messages : 126
Âge : 18 ans
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 27/03/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Thléïras le Dim 1 Avr 2012 - 13:22

En arrivant à Émeraude, nous étions allés rendre visite à la reine et son fils pour un contrat du « père » de ma maîtresse. C'était un contrat pour un portrait, rien d'inhabituel pour le peintre de renommé qu'est l'homme de la maison. Bref, j'ai laissé Kylee à l'intérieur du château parce que c'était trop dangereux en forêt, ordre du maître, mais j'aurais fait pareille même s'il en avait pas donné l'ordre. Pourquoi je suis dans la forêt ?, parce que l'homme veut des pigments de produits naturelles pour ses peintures et il en n'a plus. Je ne connais pas vraiment les plantes et leurs vertus, mais je peux me débrouiller avec ce qu'il m'avait dit, il m'a même donné des photos des plantes qu'il voulait. C'était la journée idéale en plus aujourd'hui pour une bonne promenade en forêt, dommage que Kylee ne peut pas voir cette beauté ... cette beauté que je ne remarque pas, je parcours la forêt sans émotion, je ne peux pas en avoir sans ma douce lune qui ne m'accompagnait pas. Ce sourire que je désire afficher en observant cette forêt émerveillé n'apparaît pas. Cette lueur dans mes yeux faces à la beauté du monde a disparu il y a longtemps. Tout ce qui compte présentement est Kylee.

Je ne trouvais rien de ce que le maître voulait en restant sur le sentier de la forêt, heureusement que ma maîtresse ne m'avait pas accompagné, sinon je n'aurais pas pu entrer plus profondément dans la forêt, c'est trop dangereux. Je quitte donc le sentier pour trouver ce que je cherche, mais je croise d'abord un individu qui ressemble à un paysan, cet homme transporte des ballots de foin sur ses épaules et me questionne sur la raison de ma venu dans la forêt puisque j'ai l'air d'un homme plus important. Je lui réponds sincèrement et continu ma route sans lui adresser la parole plus que nécessaire, mais avant de quitter la route, il me dit qu'une femme de mon âge environ était entrée plus profondément dans la forêt dans la même direction que je me dirige. Je fais qu'un simple signe de tête et continu mon chemin. Cette information laissée par le paysan n'était pas vraiment importante, mais je vais en tenir compte tout de même. Bref j'entre dans la forêt, coupe quelque buisson gênant en chemin, d'habitude je n'apporte pas d'arme sur moi, mais cette situation est un peu exceptionnelle, c'est la première fois que l'homme de la maison me donne l'ordre d'aller chercher ses pigments dans la forêt, d'habitude je vais les acheter au marché, mais peut-être désire-t-il quelque chose de plus cher pour la reine, mais ne veut pas dépenser plus.

Sur mon chemin je croise plusieurs animaux qui passent tout près de moi, mais je n'y fais pas attention. Certain aurait eu peur, d'autre aurait été surpris et les autres serait probablement resté en admiration devant les animaux de cette forêt, mais moi je reste indifférent. Je prends au passage des fleurs pour Kylee, il y en a des rouges, des blanches et des jaunes, elle les trouverait tous magnifique, mais moi je ne fais pas attention à cela et prend ceux qu'elle aimerait le plus. Bref, après avoir accumulé assez de fleurs pour en faire un bouquet, je fais plus attention pour trouver les fleurs que le maître veut en scrutant le sol du regard tout en observant de temps en temps les photos pour ne pas en manquer une seule. C'est en parcourant la forêt ainsi que j'entendis des voix au loin, probablement la femme que le paysan parlait plus tôt, mais j'ai également entendu une voix d'homme. Je m'approche donc des voix et m'aperçois qu'il y a un femme en train de soigner un homme, je n'y fais donc pas trop attention puisque tout à l'air d'aller bien, mais en regardant les photos de nouveaux je m'aperçois qu'il y a une de ces fleurs juste à côté de l'homme, je n'ai donc pas le choix de m'approcher.

« Pardonnez-moi, je ne suis que de passage, j'ai besoin que de cette fleur juste ici ».

J'ai pris la fleur sans poser le moindre autre geste ou quoi que ce soit qui pourrait menacer les deux personnes et leur tourne le dos. Je n'ai pas vraiment le temps de discuter avec eux, mais si jamais ils m'adressaient la parole je n'aurais pas le choix de répondre par politesse.

_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Signaturethlras

Ce que tu dis le jour est entendu par les oiseaux.
Ce que tu dis la nuit est entendu par les souris.
Même les mots peuvent parcourir mille miles.
Thléïras
Thléïras
Personnage important

Masculin
Messages : 170
Sexe : Masculin
Écuyer : Never
Date d'inscription : 20/01/2008


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Klarke le Dim 1 Avr 2012 - 13:51

J'admira ensuite le travail effectué par Viladra, agitant mon épaule tout en le regardant, m'assurant que la plaie ne s'ouvre pas. Sans m'en rendre compte, j'avais déjà confiance en elle.

Vous avez vraiment un grand talent de soigneuse.

Je remarqua enfin l'homme qui approchait, l'air sérieux et élégamment habiller. Je porta par pure prudence ma main sur le manche de mon épée discrètement, mais je remarqua très vite que son attention n'était pas sur nous.

Pardonnez-moi, je ne suis que de passage, j'ai besoin que de cette fleur juste ici, Dit-il en s'approchant et ramassant une fleur que je n'avais pas remarqué à coté de moi.

Je ne pu m'empêcher de m'inquiéter car l'expression de cet homme est si sérieux et il a l'air tellement presser. Donc pour ne pas l'importuner je lui posa une seule question dont la réponse sera rapide.

-Dite moi... Vous m'avez l'air tellement presser et sérieux que je ne pu m'empêcher de craindre que quelque chose de grave ne sois arrivé, j'espère que je me trompe ?

Je le regarda avec inquiétude, je ne connais certes pour l'instant personne sauf Viladra mais l'idée d'aider mon prochain me poussa à le savoir.

_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Klarke
Klarke
Klarke
Personnage important

Messages : 126
Âge : 18 ans
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 27/03/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Invité le Mer 4 Avr 2012 - 14:16

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

Comment dire... Jamais deux...

... sans trois!
_________________________________________________________________________________________________________________________________________



"Cieux déchirés comme des grèves,
En vous se mire mon orgueil,
Vos vastes nuages en deuil

Sont les corbillards de mes rêves,
Et vos lueurs sont le reflet
De l'Enfer où mon cœur se plaît
"

Mon nouvel interlocuteur afficha une mine quelque peu suspicieuse mais un sourire agréable vint bientôt éclairer son visage, parfait écho à celui que je lui adressai. Quand il fut debout, je constatai qu’il faisait tout juste ma taille, m’ôtant la lourde responsabilité de lever la tête pour le regarder dans les yeux. Merci à la nature d’avoir fait de moi une grande tige !
Se présentant comme étant Klarke, un nom que je n’avais jamais entendu jusque là, il commença alors à m’expliquer qu’il était amnésique. Tentée de lui demander pourquoi il me racontait quelque chose d’aussi personnel, je tins ma langue et attendis qu’il termine. Lorsqu’il m’expliqua qu’il était à la poursuite de quelqu’un, j’haussai un sourcil amusé. Vraiment ? On avait plutôt tendance croire que le chasseur s’était transformé en proie… Et qu’il s’était fait piéger à son propre jeu. En même temps, la chasse à l’homme dans la forêt n’est pas chose aisée. Pour moi qui avais toujours vécu dans des environnements naturels comme les grandes sylves, privilèges des elfes et des fées, je n’avais aucun mal à me repérer… Mais pour les humains cela devait être moins aisé.
Me remerciant alors de lui avoir sauvé la vie, je me contentai d’hausser légèrement les épaules. Il fallait être sacrément cruel pour laisser quelqu’un mourir dans un coin sans lever le petit doigt… Enfin, certains hommes en étaient, hélas, largement capables, mais étant une femme qui souhaitait conserver une apparence de paix et de sérénité, je ne pouvais tout de même pas me marrer en pointant du doigt quelqu’un qui faisait une hémorragie mortelle. Evidemment, si cela avait été un ennemi je l’aurais certainement achevé pour lui épargner des heures de souffrance… et la possibilité qu’il s’en sorte. Mais lui, il ne me semblait pas agressif ni dangereux pour ma personne. Autant se créer de nouveaux liens !

Ce n’est rien ! Ne me remerciez pas. Répondis-je alors en secouant la main en signe de dénégation. Après tout, je n’allais pas vous laisser mourir… Surtout que dans votre état, ça aurait effectivement pris du temps. Et puis… La mort…C’est un plaisir que je m’accorde qu’avec parcimonie ! Ajoutais-je avec clin d’œil amusé.

Alors que j’allais poursuivre la conversation, Nocturne releva brutalement l’encolure, manquant de me fracasser le crâne au passage. Dégageant mes cheveux qu’il avait emporté dans le mouvement, ce ne fut qu’en me tournant pour les enlever de ses oreilles que je vis une fine silhouette s’approcher de notre point de rencontre. Vu l’état d’anxiété de ma monture, il avait du être là depuis un moment. Ses gestes étaient si fins que si je ne l’avais pas vu de près, j’aurais pu le prendre pour une femme. Mais ne vous méprenez pas sur mes paroles, je n’ai jamais dit qu’il manquait de virilité ; au contraire, il avait tout de l’homme accompli.
Voyant l’individu nous effleurer d’un regard foncé où une lueur rougeâtre y brillait, il était habillé étrangement et faisait penser à un serviteur de luxe. Ne faisant pas parti d’une femme famille royale et n’étant pas particulièrement riche, je n’étais pas très douée pour comprendre les signes de richesse mais ses gants blancs et son costume noir étaient suffisamment éloquents pour que je sache qu’il faisait parti des serviteurs. Des serviteurs combattants vu sa démarche.

« Un homme qui ramasse des fleurs, c’est peu courant ! » Pensais-je, amusée à l’idée qu’il les cueillait pour sa belle.

Quand il fut plus près, je pus observer son visage avec plus d’attention. Jeune, il était plus âgé que Klarke et se rapprochait d’avantage de mon âge. Les cheveux aussi noirs que le miens, il les portait mi-long et malgré la coiffure qui paraissait négligé, on y voyait là une organisation incroyable. C’était très certainement un homme méticuleux soucieux du détail… Ressemblant à une jadoise, j’étais allée dans leur pays et j’avais vite compris qu’ils étaient très portés sur le détail. D’où ma manie de toujours tout vérifier. Peut-être était-il issu de cette contrée, qui sait ?
Les fleurs qu’il tenait sentaient si bons que leur odeur nous parvenait malgré le fait qu’il reste à une distance respectable. Il était l’image même de l’homme galant que toute femme normale rêverait d’avoir. N’étant pas particulièrement normal, je l’avoue, je voyais surtout en lui quelqu’un qui souhaitait être tranquille et qui, sans nous snober complètement, préférait finir rapidement son travail sans qu’on ne le dérange. M’apprêtant à le saluer, puisque je suis une femme extrêmement pointilleuse sur la politesse, Klarke me prit de vitesse et aborda tout de suite l’inconnu. Ravalant mes paroles, je me contentai de grattouiller le coin des oreilles de ma monture, écoutant distraitement les paroles du jeune homme.

Dites-moi…

La voix de Klarke s’éleva en même temps que ma curiosité mais je me tins silencieuse. Nous tournant le dos, marque d’impolitesse que je remarquai immédiatement, je fronçai légèrement les sourcils. Les humains sont décidemment pleins de surprises… Dommage qu’elles ne soient pas toutes bonnes !
Décidant de ne pas juger une personne à son apparence comme j’évite de juger un livre à sa couverture, je me rassurai en me disant qu’il était seulement très pressé et qu’il n’avait pas le temps d’appliquer les règles élémentaires de la courtoisie. Vu qu’il ne semblait pas répondre au jeune homme brun, je décidai de faire un pas sur le coté, me plaçant alors dans son champ de vision. Il ne fallait non plus exagérer !
M’inclinant légèrement avec la main gauche sur le cœur, j’esquissai l’ombre d’un sourire et ma voix sembla alors moins sereine que je ne le souhaitais lorsque je m’adressai à lui.

Viladra. Enchantée de faire votre connaissance… Et navrée si notre présence vous gêne. Glissais-je en plus avec une pointe d’ironie.

« Houla, je commence à me montrer désagréable, ça ne me ressemble pas… »

Nous serions néanmoins curieux de connaître la raison de votre venue en ces lieux. Ajoutais-je plus courtoisement. Mais je ne voudrais pas me montrer indiscrète...

Il voulait être tranquille ? C’était plutôt raté au vu de mon indiscrétion évidente... et volontaire. De toute évidence, il devait être plutôt doué dans la maitrise du langage. J’avais envie de voir de quoi était capable cet humain… L’insouciance dont je faisais preuve était peut-être du à mon sang mais mon vécu à Irianeth avait renforcé ma méfiance… Et mon amour du risque, quel qu’il soit. Certes, je pouvais très bien me faire remballer d’une phrase cinglante comme il pouvait répondre très gentiment mais dans un cas comme dans l’autre, j’attendais une répartie intéressante. J’aimais rencontrer des gens intéressants, on ne pouvait tout de même pas me le reprocher ?
Restant droite, docilement positionnée à coté de mon cheval, nous formions désormais un triangle dont le centre était occupé par un parterre de fleurs sauvages auquel l’homme silencieux accordait un intérêt des plus marquants. Les aimait-il autant que la personne à qui elles étaient destinées ? Qui sait…
Affichant un air paisible décoré d’un léger sourire toujours omniprésent, j’attendais les réactions diverses.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Klarke le Mer 4 Avr 2012 - 22:36

Je fut très surpris par l'assurance de Viladra mais je craignais que cet homme prenne ça pour une agression, je me décidai donc d'observer la réaction de cet homme, mais une sensation étrange apparut en moi... Une sensation désagréable, oppressante. Un sentiment de danger, je fronçais les sourcils et je jeta des regards derrière moi, la main sur la pommeau de mon épée, scrutant de temps en temps entre les arbres, je me concentra et senti plusieurs personne, mais seulement une de ces personnes avait des intentions mauvaise. Non pas sur les autres, sur moi. De l'autre coté, il étaient sûrement regroupé, j'espérai qu'ils ne risquent rien. Ensuite je me retourna vers Viladra et l'inconnu, en espérant aussi qu'il se déciderai vite à répondre. Ce que je sentais derrière moi c'était un être emplis de haine, de rancœur et de soif de vengeance. Je décida d'enlever ma main du pommeau de mon épée, pour ne
pas les inquiéter puis je garda un coin de sourire malicieux tout en gardant ma main à porté du pommeau de mon épée.

_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Klarke
Klarke
Klarke
Personnage important

Messages : 126
Âge : 18 ans
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 27/03/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Thléïras le Jeu 5 Avr 2012 - 10:11

Je ne sais pas trop ce que les deux autres pensent de moi, mais juste à m'imaginer être à leur place me fait esquisser un sourire. Un total inconnu sort de nulle part et prend une fleur qui traine tout près en plein milieu d'une rencontre et est déjà près à repartir sans leur dire quelque chose qui pourrait faire poursuivre la conversation. Déjà un inconnu qui s'approche d'une personne blessée sans bonne ni mauvaise intention affichant un sourire sans émotion n'est pas vraiment digne de confiance et cela pourrait bien faire que la personne blessée soit sur la défense et prête à attaquer si elle en sentait le besoin. Mon attention n'est pas sur eux par contre, mais je peux très bien rester pour discuter un peu. Pour eux j'ai l'air pressé, mais l'étais-je ? Je ne crois pas, Kylee m'attendait certes avec impatience ou avait elle fait une rencontre qui la divertissait un peu, en tout cas je ne ressens pas le besoin de retourner au château immédiatement. Elle ne pouvait pas rester seule toute sa vie en se cachant derrière mes jambes.

Bref, je sors de mon moment de lunatique puis porte mon attention sur l'homme et sa question un peu bizarre sans me retourner, montrais-je vraiment que quelque chose de grave est arrivé avec mon attitude ? Je prépare donc ma réponse, est-ce que quelque chose de grave était arrivée ? Je ne crois pas, donc je ne suis pas pressé et rien de grave est arrivée, peut-être devrais-je légèrement changer mon expression et mon attitude, être plus décontracté quoi. Une petite conversation plaisante avec des inconnus sans Kylee caché derrière mes jambes, pourrait être appréciée. Quand j'arrive pour répondre à l'homme, la femme prend l'initiative de passer devant moi et de se présenter en s'inclinant légèrement tel un domestique, comme je suis, ferait, mais en ajoutant une touche d'ironie à sa présentation. Je ne peux m'empêcher de sourire davantage, mais pas le même sourire sans émotion que j'affiche habituellement, plutôt un sourire qui n'inspirait pas vraiment confiance, mais qui n'avait pas de mauvaise intention non plus. J'avais déjà préparé ma réponse à l'homme, mais la femme y ajoute la sienne, je peux parfaitement répondre aux deux en même temps, mais avec ces questions ennuyantes j'espère qu'ils ne s'attendent pas à quelque chose de surprenant.

« Ne vous inquiétez pas, rien de grave est arrivé, vous devriez plutôt vous occuper de votre propre personne, car si je ne me trompe pas, vous avez des problèmes. » Dis-je en tournant mon regard vers l'homme et en lui souriant, en gros cela voulait dire : je crois plutôt qu'il t'est arrivé quelque chose de grave alors ne te préoccupe pas de moi. Je revins par la suite à la femme qui est positionnée devant moi.

« Ainsi vous vous appelez Viladra, enchanté de vous rencontrer, je me nomme Thléïras, domestique d'un célèbre peintre de Fal et présentement dans la forêt à la recherche de fleurs et autres plantes pour mon maître et sa petite fille. » Ajoutais-je en m'inclinant légèrement comme Viladra l'avait fait plus tôt puisque c'était fait à la façon d'un domestique, mais à la place j'avais mis ma main droite sur mon cœur puisque je suis droitier.

C'est une longue réponse un peu ennuyante que j'ai fait, mais ils l'ont cherché, je suis honnête et je ne passe pas par quatre chemins pour dire ce que j'ai à dire. La réponse vient aussi avec la question, comme on dit : Question bête, réponde idiote, mais dans notre cas c'est plutôt question ennuyante, réponse endormante. Bref, je m'en fais pas avec ma réponse et passe à autre chose, j'ai donc décidé que c'est à mon tour de poser les questions.

« C'est donc à mon tour de poser une question et j'en ai justement une seule. » Je prends donc une pause juste ici pour donner un léger suspens puis je reprends après avoir jeté un œil autour de nous.

« Que faites-vous en plein cœur de la forêt à discuter et à vous préoccuper de moi quand il y a un certain spectateur qui observe la scène et qui attend le bon moment pour entrer en action. » À la suite de cette question, j'affiche un sourire qui en plus de ne pas inspirer confiance est remplie de malice et de cruauté, je sens donc que je vais m'amuser.

_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Signaturethlras

Ce que tu dis le jour est entendu par les oiseaux.
Ce que tu dis la nuit est entendu par les souris.
Même les mots peuvent parcourir mille miles.
Thléïras
Thléïras
Personnage important

Masculin
Messages : 170
Sexe : Masculin
Écuyer : Never
Date d'inscription : 20/01/2008


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Invité le Jeu 5 Avr 2012 - 14:35

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

Comment dire... Petite intrusion...

... Dans une étrange ambiance.
_________________________________________________________________________________________________________________________________________



"Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse,
La honte, les remords, les sanglots, les ennuis,
Et les vagues terreurs de ces affreuses nuits
Qui compriment le coeur comme un papier qu'on froisse?
Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse?"

Dès sa première réponse, je retins un sourire par politesse. Oui, il était encore plus fin que je ne le croyais… Mon maitre se serait fait un plaisir de le rencontrer du temps de son vivant….
Notre échange brièvement interrompu par quelqu’un de malsain qui semblait se rapprocher de nous, je dissimulai une moue exaspérée derrière mon apparence paisible mais je n’en pensais pas moi. Dans un cadre aussi beau que celui-ci, pourquoi fallait-il toujours qu’un humain vienne y amener son mal-être et sa rancœur… On racontait que jadis une fée s’était mariée avec un homme. Sans vouloir paraitre prétentieuse, bien que je puisse l’être un peu, je m’étais toujours demandée ce qu’elle avait bien pu lui trouver. Si je ne les considérais pas comme des êtres inférieurs, car nous sommes tous des créations des dieux à la même place, j’avais toujours considéré ces individu comme des personnages rustres et promptes au déversement de sentiment. On avait beau accuser les elfes d’être passifs ou les fées d’être trop optimistes, mais il fallait dire qu’aucun de nous n’avait pensé un jour à déverser autant de haine ou de colère que les humains le faisaient… Perte d’énergie, perte de temps, perte de beaucoup de chance. Il nous manquait un peu de rapidité dans le sens où l’on prenait toujours beaucoup, voire trop, de temps à analyser les situations et les possibilités qui s’offraient à nous, mais c’était un bien maigre défaut qui n’avait jamais été déclencheur de guerres contrairement à leurs dirigeants. Dommage, dommage…

La voix de l’homme s’éleva alors et je sortis de mes pensées pour accorder un peu plus d’intérêt à la scène. Oui, encore un de mes défauts… Je décrochais très souvent des situations dans lesquelles j’étais ce qui faisait de moi une personne particulièrement instable dans une conversation.
Il me répondit d’une voix douce qui ne dissimulait pas son ennui d’avoir été abordé alors qu’il souhaitait être seul et je ne relevai pas cette information, préférant la savourer en silence. Soulevant l’intrusion discrète qui se rapprochait de nous, je ne relevai pas ce moment de la phrase étant donné que cela ne me concernait en rien. Il ne manquait plus que je me salisse les mains pour un imbécile assoiffé de sang ! J’étais une pacifique bien sur…

« Enfin… »

Jetant un coup d’œil à la poignée de mon sabre effilé que je portais à la hanche, je ne cachais pas que je n’aimais pas m’en servir. Néanmoins, ne pas aimer et ne pas savoir n’était pas la même chose… Et lorsque j’y étais, j’appliquais mon coté d’artiste en exécutant mon devoir avec grâce.
Lorsqu’il évoqua qu’il travaillait pour un peintre, j’haussai un sourcil intéressé. La vie ne m’avait pas accordé une voix enchanteresse qui m’aurait permis de chanter de douces balades, ni de dons particuliers dans la dance ou dans la sculpture… En revanche, elle m’avait permis de manier l’épée avec efficacité… Mais le pinceau encore plus. Si j’aimais l’abstrait, j’avais toujours réussi à y ajouter ma signature qui était d’arriver à faire ressortir un mouvement, ou une émotion… Beaucoup de personnes était de très bons dessinateurs, mais rares étaient ceux qui allaient au-delà des pigments. De ce fait, je me demandais si son maitre était un artiste hors-pairs ou s’il faisait parti de la première catégorie, pas forcément moins douée, mais dénuée de tout véritable sens artistique.
Il s’inclina alors en portant sa main droite à son sternum. Chez moi, nous saluions de la main gauche car c’était de ce coté que le cœur était tourné, mais je ne pensais pas qu’il s’agissait d’une marque d’impolitesse plus que d’une coutume différente. Je ne fus donc pas vexée et hochai à nouveau la tête pour y répondre.

Thléïras… Repris-je doucement. Enchantée.

Il reprit à nouveau la parole, nous demandant la raison de notre présence alors que nous étions observés. Heureusement que je ne m’arrêtais pas de respirer quand quelqu’un se rajouter à la scène, ça n’en finirait pas ! Décidant qu’une réponse comme celle-ci serait très discourtoise, j’optai pour des paroles plus douces qui se reflétaient mieux avec l’attitude délicate que j’arborai.

Il reprit à nouveau la parole, nous demandant la raison de notre présence alors que nous étions observés. Heureusement que je ne m’arrêtais pas de respirer quand quelqu’un se rajouter à la scène, ça n’en finirait pas ! Décidant qu’une réponse comme celle-ci serait très discourtoise, j’optai pour des paroles plus douces qui se reflétaient mieux avec l’attitude délicate que j’arborai.

Pour ma part, je me promenais juste afin de vérifier si les louanges que l’on accorde à ce pays étaient vrais… Je ne suis pas déçue, même si, effectivement, il arrive quelques éléments troublants et imprévus.

Jetant un coup d’œil à la limite des arbres qui nous entouraient, seul le bruit de l’eau me répondit mais l’aura de malfaisance qui nous entourait était toujours là. Conservant une attitude paisible, je restai néanmoins sur mes gardes, prête à faire chanter ma lame si ma vie se retrouvait menacée. Honnêtement, je n’avais aucun ennemi, ou du moins, aucun ennemi capable de me faire du mal. Le caractère emprunté à une femme douce m’avait toujours évité ce genre de désagréments et je comptais bien le conserver, jugeant mon coté plus… sauvage peu approprié à la civilisation.
Alors que j’allais reprendre la parole, une silhouette sortit enfin des arbres, cessant cet exaspérante partie de cache-cache et nous pûmes tous voir l’identité de ce mystérieux, et désagréable d’avance, personnage. Etonnamment il ressemblait au Klarke comme un frère et je me demandais même s’ils n’étaient pas jumeaux. Vu l’expression qu’il affichait, il ne semblait pas aussi gentil que la première version… Un psychopathe en série ? J’en n’en avais jamais rencontré mais mes confrères m’avaient parlé de ces anomalies de la nature qui existaient chez les humains et les tanieths. Ils m’avaient mis en garde contre ce genre de personnages, non pas parce qu’ils étaient plus puissants, mais plus imprévisible car la haine les aveuglait… Et pour mon cas, je n’avais été que rarement confronté à la haine.
Me tournant vers le jeune homme aux yeux noisette, j’affichai un léger sourire.

Sauf erreur de ma part, commençais-je tranquillement, je doute que cet homme soit là pour nous. Sans vouloir t’abandonner à un futur qui semble particulièrement virulent, j’aimerai qu’il évite de faire tout geste irréfléchi tant que nous sommes là. C’est, disons… La moindre des politesses !

« Comme si la politesse pouvait sauver le monde… Encore qu’elle l’adoucit. »

… Mais je ne voudrais pas commander qui que ce soit ! Terminais-je sur un ton d’excuse.

Considérant mon point de vue comme ayant été entendu, je ne rajoutai rien d’autre et caressai nonchalamment la robe lustrée de mon étalon qui renâclait nerveusement, me sentant dans une situation peu sécurisée. Son poil noir se fondant dans le décor sombre, je pouvais très bien partir rapidement et les planter là mais comme tout guerrier qui se respecte, il était impensable que je fasse une chose pareille, et même si j’étais une femme. Depuis le temps qu’on l’attendait cette fichue égalité qui n’avait pas été adoptée plus tôt !
Restant impassible, je continuai de parcourir l’encolure de Nocturne, attendant paisiblement les réactions des autres protagonistes…



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Klarke le Jeu 5 Avr 2012 - 15:52

Je n'apprécia guère la façon à cet homme de me considérer, mais ce n'étais pas le moment de discuter de cela car au moment où j'allai dire pourquoi nous nous trouvions ici, la présence malfaisante se retrouva derrière moi. Je fit volte-face en le voyant j'en fut stupéfait. Il me ressemblait comme deux gouttes d'eau ne serai-ce ... Son oeil bleu. J'entendit une voix féminine dans ma tête, non une incantation... Dans une langue inconnu puis ma main se porta sur le pommeau de mon épée, je ne me contrôle plus ! Je dégaina ma lame doucement, ne pouvant m'empêcher de lui lancer un regard froid et menaçant. Une fois mon épée dégainer, j'entendis un retentissement sonore métallique, je pointa mon épée vers l'individu, je sentis une petite partie de mon énergie se faire aspirer dans mon épée, enfin de fine flamme parcoururent le fil de ma lame, elles sont à peine visible mais l'individu semblait les reconnaître, son visage si crispa par la haine et se mis à reculer en disant :
-Elle ne sera toujours pas là pour veiller sur toi, Klarke. Nous nous retrouverons.
L'individu disparu entre les arbres, je ne pouvais toujours pas me libérer de l'emprise de cet voix. Je sentis mon pied s'avancer mais je me retiens vivement. La sensation est toujours là mais je dois me libérer de l'emprise de cet voix.

_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Klarke
Klarke
Klarke
Personnage important

Messages : 126
Âge : 18 ans
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 27/03/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Thléïras le Sam 7 Avr 2012 - 16:03

Je commence à retire tranquillement mes gants avec ma bouche, c'est une habitude que j'ai pris lorsque j'ai à me salir les mains, car je ressens cette homme malsain, si ce ne serait pas de Viladra et moi, je suis certain que Klarke serait en danger, mais je ne crois pas que la haine puisse être arrêté par le simple fait que nous sommes plus nombreux. C'est donc par précaution que je retire mes gants, si j'ai à me battre je ne veux pas les salir. Pendant ce temps, tu as Viladra qui a l'air de s'intéresser à moi comme si je suis une nouvelle espèce d'homme sur la terre. cela ne me dérange pas vraiment, même si je crois ne pas être tellement différent des autres homme même si chaque personnes est unique en son genre.

Bref, Viladra est la première à répondre à ma dernière question, alors elle est seulement de passage à Émeraude, un peu comme Kylee, le maître et moi. Les louanges de ce pays ... pfft, pour ma part je ne vois rien de différent des autres royaumes d'Enkidiev que nous avons déjà visité. Des éléments troublant et imprévu, il y en a partout, mais cette homme caché l'est plus que je ne l'aurais imaginé, sont aura envahit la forêt, mais cela ma plaît. Je ne sais pas pourquoi, mais ce qui est troublant et malsain m'excite, peut-être parce que je le suis moi-même, malgré que je ne montre aucune intention de faire quoi que ce soit de malsain et qu'on ne peut pas vraiment voir la haine que je garde à l'intérieur de moi, contrairement à l'homme qui en a contre Klarke, je cache bien mon jeu et mes sentiments.

C'est alors que Viladra se tourne vers Klarke et lui adresse la parole, disant qu'elle doutait que l'homme soit ici pour nous et qu'elle aimerait qu'il .vite de faire des gestes irréfléchi tant que nous sommes là. Puis c'est à ce moment justement qu'il décide de sortir de sa cachette et s'approche de sa cible. Évidemment, il n'a pas suivit les conseils de Viladra, c'est malheureusement ce que la haine peut amener à faire, je commence alors à retirer mon deuxième gant et me retourne vers l'ennemi. Klarke se retourne donc pour être face à son agresseur et met sa main sur le pommeau de son épée puis la dégaine tranquillement. Étrangement, l'ennemi ressemble à Klarke comme deux gouttes d'eau, à l'exception de son œil bleu, impossible de ne pas être surpris en les voyant les deux en même temps. C'est quand Klarke pointe son épée vers l'homme qu'il se mit à reculer en disant quelque chose de pas très clair, comme si quelque chose en Klarke lui a fait peur et cette phrase n'est probablement pas destiné à Viladra ou moi. Il disparait finalement dans la forêt avec son aura maléfique, il n'y a donc pas de baston malheureusement, déçu je met mes gants puis lâche un léger soupir d'insatisfaction. Quelque chose en Klarke a fait fuir l'homme, mais je sens qu'il sera de retour très bientôt lorsque Klarke sera seul et je ne reste certainement pas jusqu'à ce qu'il soit hors de danger, j'ai déjà assez de Kylee a protéger, en plus il doit être capable de ce défendre seul lorsqu'il sera complètement sur pied.

Maintenant que j'y pense, je devrais retourner voir Kylee et le maître puisque j'ai tous les fleurs et plantes que j'ai besoin, c'est ce que je me suis dit avant de regarder les fleurs que j'ai en main et qui son déjà morte. Je soupir encore et les laisse tomber sur le sol, je vais devoir retourner sur mes pas et recommencer ma collecte. Tant qu'à devoir recommencer, je vais rester un peu question de faire connaissance avec mes interlocuteurs, Je regarde autour de moi puis j'aperçois une peinture accrochée sur la selle du cheval ce qui m'intrigue, je m'approche donc puis regarde attentivement la peinture puis regarde Viladra.


« C'est vous qui l'avez fait, c'est assez bien réussi ».

Je suis habitué de voir les peintures de mon maître et de laisser mes commentaires, mais je crois que je vais m'abstenir pour les peinture de Viladra puisqu'elle est moins bonne que mon maître et qu'elle est probablement plus dangereuse à moins qu'elle me demande elle même ce que j'en pense. C'est réussi certes, mais ce n,est rien comparé au dessin de Kylee, elle a dessinée le même quand nous sommes passés par là à notre arriver, mais c'est grâce à sa mémoire photographique qu'elle l'avait aussi bien dessiné. Malgré qu'en regardant la peinture de Viladra, je peux apercevoir des détails qui n'apparaissent pas sur le dessin de Kylee, surement qu'elle ne les a pas dessiné puisqu'elle désirait les garder en mémoire et non en dessin.

« Vous savez, la petite fille que je protège habituellement a dessiné le même paysage quand nous sommes passé par là plutôt ».

Après ce petit commentaire je porte mon attention sur Klarke plutôt. Qui est exactement cet homme et qui est l'autre qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau ? Je ne lui pose pas ces questions, car je sais que ce sera fait par Viladra, je ne la connais pas beaucoup, mais je suis certain que cette situation l'intéresse plus que moi.

_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Signaturethlras

Ce que tu dis le jour est entendu par les oiseaux.
Ce que tu dis la nuit est entendu par les souris.
Même les mots peuvent parcourir mille miles.
Thléïras
Thléïras
Personnage important

Masculin
Messages : 170
Sexe : Masculin
Écuyer : Never
Date d'inscription : 20/01/2008


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Invité le Lun 9 Avr 2012 - 9:23

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

Là où un abruti y comprendrait l'essence même...

... le plus fin des hommes n'y verrait rien. L'art.
_________________________________________________________________________________________________________________________________________



"L'opium agrandit ce qui n'a pas de bornes
Allonge l'illimité,
Approfondit le temps, creuse la volupté,
Et de plaisirs noirs et mornes
Remplit l'âme au-delà de sa capacité."

Klarke semblait avoir quelques difficultés à se retenir de s’approcher de son double, comme si sa conscience était habitée par une autre entité. Moi-même ayant eu quelques problèmes avec une sorte de schizophrénie aggravée durant plusieurs années, je ne réagis pas, consciente que ce genre de situation ne nécessitait aucun soin si ce n’était la puissance mentale. Et cette dernière n’était pas toujours suffisante lorsque le mal s’enfonçait profondément… J’avais vu de nombreux humains autrefois brillants, sombrer dans la décadence à cause d’un grain de sable se fichant dans les rouages bien huilés de leur vie… Non, ils ne savaient pas faire face à l’imprévu, ils voulaient toujours prévoir, comme s’ils pouvaient se dresser au niveau des dieux en essayant de deviner les signes qu’ils mettaient à notre disposition.
Thléïras semblait ne pas spécialement en faire parti, il était plutôt du genre à penser savoir tout sur le monde, comme beaucoup d’humains, mais tout en sachant rester discret. Oui, il était plus fin que la majorité des membres de son espèce… Comme un électron libre qui semblait s’être enchainé de lui-même à d’autres protagonistes. Encore un de leur défaut ; vivre seul leur semblait être un défi insoutenable. Et ils osaient parler de la beauté du monde alors que des caquètements omniprésents les entouraient à longueur de journée. Je commençais déjà à me fatiguer de temps de bruits…

« Même si je peux paraitre légèrement prétentieuse en pensant ça. » Relevais-je en silence, amusée de mes propres pensés.

Le serviteur se tourna alors, observant la toile qui pendait à la selle. Fronçait imperceptiblement les sourcils lorsqu’il s’en approcha, je le laissai faire car dans tous les cas je ne risquais rien. Il ne la salirait pas, ne la toucherait même pas, et par-dessus tout, il ne la comprendrait pas. Chaque œuvre était la signature d’un artiste… Ceux qui se contentaient de recopier ce qu’ils voyaient n’étaient que l’ombre de ceux qui peignaient leur vision et pas celle de tout le monde. Mon art était abstrait, ensemble de couleurs derrière lesquelles on pouvait voir ce que j’avais voulu faire mais à travers lesquelles seuls les plus observateurs et les plus sensibles arrivaient à percevoir les sensations que j’y avais mise. Cette toile en particulier avait été ratée, non pas au niveau des teintes qui s’accordaient parfaitement, mais au niveau du ressenti. Mon esprit avait été assailli durant tout le voyage et il manquait cette petite pointe de quelque chose qui me rendait satisfaite.
De ce fait, lorsqu’il lâcha un commentaire, je me contentai d’esquisser un léger sourire. Il était de ceux qui aimaient voir les choses telles qu’elles devaient l’être. Ce coté incertain n’était pas à la portée de tous, beaucoup étaient gênés de regarder mes peintures car ils ne trouvaient pas de points d’attache. Néanmoins, j’admirai le fait qu’il ait réussi à reconnaître le paysage que j’y avais peint. Je vous l’ai dit plus haut, je joue avec les couleurs et les formes, rares sont ceux qui arrivent à trouver la nature première de l’œuvre…

Je ne crois pas qu’on puisse dessiner le même paysage… Répliquais-je poliment. A la base, le dessin et la peinture sont deux domaines différents, aussi différents des yeux qui observent. Recopier le plus fidèlement possible et votre œuvre sera dénuée de sens… Non pas d’un certain talent observateur, mais de votre âme, il n’y en aura aucune trace. Votre maitre doit être quelqu’un de très doué pour que vous ayez développé un regard aussi fin, il est plaisant de rencontrer des gens comme vous.

Je me tus quelques secondes, certaine d’en avoir trop dit. L’art était une beauté éphémère que l’on tentait de conserver… Il ne fallait pas en parler à la légère. Je suivis donc le regard de Thléïras qui fixait Klarke sans rien dire. On voyait sur ses traits impassibles une petite pointe d’intérêt, comme s’il cherchait à en savoir plus. Les affaires d’hommes ne me regardaient pas mais comme il semblait attendre que quelqu’un s’exprime, j’utilisai donc à nouveau ma courtoisie travaillée pour m’exécuter.
Le jeune homme brun semblait être encore agité de la situation qu’il avait vécue. Pour nous, elle n’avait été que bref moment passager qui ne nous concernait déjà plus. Néanmoins, depuis le retour à la paix après la grande bataille, les meurtres étaient moins courants et mes fratricides encore moins. Chez les créatures magiques, autant dire qu’ils étaient inexistants… Il était donc toujours intéressant de savoir pourquoi les humains agissaient ainsi bien que j’étais certaine de ne pas vraiment comprendre. La famille était le seul principe qui nous était imposé et que l’on était obligé d’accepter. On pouvait toujours tuer quelqu’un, un ennemi, un traitre… Mais la famille était quelque chose de sacré, les dieux même l’avaient décidé ainsi. Alors non, je ne comprenais pas ces meurtres familiaux (et souvent royaux) qui persistaient dans les âmes humaines…

« On se demande à quoi Parandar pensait en les créant… Akuretari avait déjà du lui donner du fil à retordre. Ca a du se transférer chez les humains. »

J’effleurai la garde de mon arme à la lame fine et longue. Pour une fée, j’étais une anomalie. Mes longs cheveux noirs étaient d’origine inconnue et s’il avait existait des chevaliers fées à la même pigmentation de chevelure, elles en avaient eu la raison. Née de deux parents blonds, ayant un frère de la même couleur, c’était à déprimer sur le sort de la nature. J’avais un goût démesuré pour l’aventure, goût qui ne se partageait pas vraiment dans ma patrie… Et contrairement à eux, depuis les dernières batailles, j’avais tué suffisamment pour me considérer comme étant impure. Bref, je n’étais pas non plus quelqu’un d’irréprochable, c’en était certain… Mais tout de même, vouloir tuer son frère, je n’y avais jamais pensé. Surtout quand on voyait le mien qui ne pensait qu’à ramasser des fleurs et à enfanter d’un maximum de marmots.
Prenant donc une légère inspiration puisque personne ne semblait décider à parler, j’adoptai une voix douce, y ajoutant une pointe d’intérêt supplémentaire pour ne pas paraitre trop impolie.

Excuse-moi de me montrer indiscrète, Klarke… Commençais-je, mais n’est-il pas étrange que l’on vienne t’agresser en pleine journée dans la forêt ? Et sans vouloir insinuer que tu n’es pas impressionnant, je ne comprends pas non plus pourquoi il a refusé de continuer.

L’être semblait avoir fuit une force mystérieuse alors que son aura maléfique aurait suffit à pousser n’importe qui à se battre. Décidemment, je ne comprenais pas… J’avais voyagé jusqu’à maintenant pour tenter de rencontre un maximum d’individus différents mais il restait toujours une part de mystère. Après tout, c’est ce qui faisait le piment de ma vie… Bien qu’elle semblait un peu trop solitaire. Ces histoires d’âmes sœurs et compagnie… Je n’y avais jamais cru. Le plus abruti pourrait vous le dire : nous ne sommes toujours mieux servis que par nous-mêmes.
Plus paisible qu’auparavant bien que mon attitude sereine ne le montrait pas, j’attendais tranquillement les diverses réactions qui n’allaient pas tarder à fuser.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Klarke le Mar 10 Avr 2012 - 10:20

Enfin je ne sentis plus la présence de cet homme, mais la voix elle est toujours là... Entrant en moi puis elle cessa et je sentis une nouvelle assurance, une présence en moi. Enfin je repris contrôle de mon corps, je fit tourner le pommeau de mon épée entre mes doigts,puis arrêta la lame en direction du fourreau, faisant éclater une étincelle de flamme dès que l'épée fut complètement rengainer dans mon fourreau. Je me retourna en direction de Thléïras et Viladra, qui étaient en train de discuter du portrait accroché au cheval de Viladra. Je ne connais rien à l'art mais je fut tout de même tenter d'en savoir plus. Viladra se tourna vers moi et me dit :

Excuse-moi de me montrer indiscrète, Klarke… mais n’est-il pas étrange que l’on vienne t’agresser en pleine journée dans la forêt ? Et sans vouloir insinuer que tu n’es pas impressionnant, je ne comprends pas non plus pourquoi il a refusé de continuer.


Les incantations cessèrent et une phrase vint subitement dans mon esprit que je répéta ensuite :

-La haine qu'une personne peut ressentir envers une autre pousse à faire des actes irréfléchis mais le plus triste c'est que dans certains cas, la haine n'est pas la seule cause de ces actes, pourquoi n'a t-il pas continuer ? Je ne peut pas l'expliqué...

Je me mis à observer mon épée, en repensant à ces flammes... Oui je ne peut pas l'expliquer moi même. Je secoua frénétiquement la tête pour arrêter de penser à ça, puis je pris mon sourire habituel en me tournant vers Thléïras.

- Je n'ai pu m'empêcher de remarquer que vous êtes élégamment habiller, vous avez l'air minutieux et semblez tout remarquer, même les petits détailles sans même y prêter un très grand intérêt, venez-vous du château d'Emeraude ? Dit-je pour changer de sujet.


Je me tourna ensuite vers Viladra.


- J'admire votre toile, malheureusement je ne connais rien à l'art et j’admets vouloir en savoir plus...

Bien sûr, il y a encore des détails dont je n'ai pas encore dit malgré la confiance que je porte désormais envers Viladra, j'hésite encore de le dire, pourtant elle pourrait peut-être me renseigner sur ça, même Thléïras sûrement, je dois encore m'assurer de plusieurs points avant.




_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Klarke
Klarke
Klarke
Personnage important

Messages : 126
Âge : 18 ans
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 27/03/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Thléïras le Mar 10 Avr 2012 - 18:04

Pour une homme comme moi qui a perdu tout sens de la beauté des choses, je ne vois rien de spécial dans tous ces peinture, ces dessins et es paysages qu'ils mettent sur une feuille de toute sorte de façon. Ces artistes qui mettent leur temps, leur coeur et leur âme à faire ces supposés oeuvres d'arts, pour moi cela ne vaut rien, ce n'est que reproduction de quelque chose qui existe déjà même si ces artistes ont ajouté leur touche personnelle. Je suis d'accord avec Viladra sur le fait que copier quelque chose le plus fidèlement possible enlève un certain quelque chose de spécial à l'oeuvre, mais je ne crois pas que de transformer un paysage selon les goûts de l'artiste ne changent quoi que ce soit, ce n'est qu'un moyen de simplement s'approprier le paysage ou n'importe quoi d'autre que l'on dessine, peinture, sculpte, etc. Je garde par contre ces commentaires pour moi lorsque je côtoie un ou une de ces artistes, je ne voudrais pas les vexer, sinon je risquerais de me laisser aller devant mon maître et cela signifie adieu mon travail, je suis libre de dire ce que je pense, mais j'ai quand même un petit peu de bon sens en moi.

« Mon maître est certes très doué, il est en ce moment même avec la reine d'Émeraude pour faire un portrait de cette dernière et son fils. Je ne m'en vante pas par contre, si ce n'était pas de Kylee, cela ferait longtemps que je ne travaillerais plus pour lui. »

Je fais une légère pause puis je pense au fait que je parle de Kylee comme si elle l'a connaissait, mais avant de reprendre, je vais m'assurer que le bout de conversation avec Klarke soit terminé. Viladra lui pose donc sa question qui fut répondu par rien de nouveau, seulement des trucs que nous savons déjà ... La haine fait faire des actes irréfléchis bla bla bla ... Bref, Klarke se retourne vers moi puis ne peut s'empêcher de remarquer mon habillement, comment j'agis et ce que j'ai l'air et me pose une étrange question avec ces remarques, comme si à cause de ce que je suis, je serais évidemment du château d'Émeraude, mais c'est totalement faux pourquoi cette homme a-t-il cet impression. Il veut savoir si je viens du château d'Émeraude, je lui souris donc et répond à sa question.

« Je suis de Fal, mais je viens présentement du château d'Émeraude effectivement, mais c'est pas comme si j'ai quelconque liens avec ce château. Nous sommes seulement de passage, mon maître, sa petite fille et moi à cause du contrat de mon maître envers la reine ».

Suite à ma réponse, j'attends une réplique de Klarke, puis me tourne en même temps que lui vers Viladra et je l'écoute continuer la conversation, ce n'est malheureusement pas le temps de parler de ma petite Kylee, je leur parlerai d'elle seulement si l'occasion se présente ou si quelqu'un me pose une question à propos d'elle puisque j'ai prononcé son nom sans même parler d'elle.

Spoiler:
Chaque personnes ont leur down ><

_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Signaturethlras

Ce que tu dis le jour est entendu par les oiseaux.
Ce que tu dis la nuit est entendu par les souris.
Même les mots peuvent parcourir mille miles.
Thléïras
Thléïras
Personnage important

Masculin
Messages : 170
Sexe : Masculin
Écuyer : Never
Date d'inscription : 20/01/2008


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Klarke le Mer 11 Avr 2012 - 10:55

Un serviteur, l'ermite m'en avait parler avant que je le quitte, il m'avait appris tout ce que je devais savoir mais de mon avis je n'en sais jamais assez. Ce monde dont je ne me souviens plus est si curieux pour moi, j'en appris donc plus sur ce château. Je pencha la tête sur le coté, montrant ma questions silencieuse. Il a mentionner le nom Kylee à plusieurs reprise, serait-ce son maître ? Quand il mentionne son nom je peut apercevoir dans ses yeux un intérêt plus grand, ce dois être une personne exceptionnelle car pour l’instant il m'a donné l’impression que tout ce qui l'entourait, même nous lui était banale. Je ne peut pas le comprendre bien sûr car tout est nouveau pour moi.
Fal, mon maître m'en avait parlé aussi, la description faite par lui m'a donné envie de visiter ce royaume mais mon instinct m'a poussé à Emeraude. Il me fallait tout éclaircir sur ce qui m'arrive.


-Votre maître doit être quelqu'un d'exceptionnelle, pour pouvoir rencontrer la reine d'Emeraude. disait-je en souriant.

Bien sûr il me faut en apprendre plus, plus j'en saurai plus je pourrai mieux me défendre contre cet ennemi qui me ressemble mais qui m'est à la fois une grande différence intérieurement. Puis sur cet étrange voix, qui m'a guider à manier ma magie d'une façon que je ne connaissais même pas.

_________________
Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Klarke
Klarke
Klarke
Personnage important

Messages : 126
Âge : 18 ans
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 27/03/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Invité le Mar 17 Avr 2012 - 12:58

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

Qui sait si ce n'est pas...

... Un simple au revoir.
_________________________________________________________________________________________________________________________________________



"Le Printemps adorable a perdu son odeur!

Et le Temps m'engloutit minute par minute,
Comme la neige immense un corps pris de roideur;
Je contemple d'en haut le globe en sa rondeur,
Et je n'y cherche plus l'abri d'une cahute.

Avalanche, veux-tu m'emporter dans ta chute?"


Spoiler:
Désolée du retard, je suis assez prise il faut dire ^^’ (et j’ai une petite baisse de motivation rpique, je l’avoue !!)

L’étrange épisode qui venait de se produire semblait être terminé pour de bon car l’ambiance paisible qui régnait juste avant revint lorsque l’aura froide et méprisante, et méprisable, disparut au bout de quelques minutes. Nous nous mîmes donc tous à parler de divers sujets, comme pourquoi Thléïras était habillé de cette façon, pour qui travaillait-il, que faisait-il… Beaucoup de questions qui semblaient l’ennuyer auxquelles il se forçait de répondre pour rester le personnage courtois qu’il voulait être. Et qu’il était d’ailleurs avec succès… Moi-même j’avais toujours eu un peu de mal à conserver mon attitude polie et légèrement enjouée que j’affichais dès que je croisais quelqu’un. Il fallait dire qu’il était toujours plus facile de rester soi-même… Mais hautement plus dangereux, hors la vie m’avait appris à être prudente. Depuis cette importante leçon, je me faisais une obligatoire de l’appliquer lorsque l’occasion s’y présentait…
Je ne pus m’empêcher de remarquer que malgré l’air impassible qu’affichait le majordome, son visage s’illuminait brièvement lorsqu’il prononçait le nom de sa maitresse. Kylee. Un nom qui m’était inconnu et qui me faisait naitre l’image d’une petite fille blonde à l’air de poupée. Kylee était tout de même un prénom à la sonorité chantante qui pouvait faire croire à n’importe qui qu’il s’agissait d’une âme innocente… Evidemment, je pouvais bien sur me tromper mais je préférais cette image à celle d’une femme cruelle et impitoyable… J’avais déjà assez suffisamment de problèmes avec ce genre de comportements dans mon quotidien pour en plus y accorder une place dans mes pensées.

Je reportai mon attention sur la scène lorsque Thléïras nous apprit qu’il était de Fal. De tous les pays, ce n’était pas mon préféré car je considérais que la nature y était moins belle que les grandes plaines de Jade ou bien la glaciale luminosité de Shola, mais il fallait avouer qu’on y était bien reçu et que je m’étais attirée beaucoup moins d’ennuis là bas qu’à Emeraude, Argent ou pis, Opale qui voyait les femmes d’un mauvais œil. Néanmoins, il n’avait rien du caractère enthousiaste et volontaire des habitants que j’avais pu y croiser et je misai ces points différents sur son statut plus élevé et sur une éducation qui devait varier de beaucoup comparé à la majorité des gens du peuple. Je voyais à sa manière d’être qu’il possédait une certaine vivacité dans ses mouvements, des gestes calculés et délicats qui pourraient appartenir à la classe des combattants mais je n’en étais pas certaine. Je ne voyais aucune arme sur lui et sa façon très calme m’ôtait la possibilité d’avoir la certitude de son savoir martial. D’un autre coté, lorsque l’on me voyait, on pouvoir voir une simple femme particulièrement distinguée avec un caractère calme et enjoué qui ne collait pas à celui des guerrières que l’on connaissait des mythes d’antan ou même à ceux de certaines femmes qui arborent des épées comme des trophées. C’était amusant de deviner la véritable nature d’une personne sous son apparence…

« Encore que… Parfois, mieux vaut en savoir le moins sur certains hommes… » Pensais-je en retenant un léger soupir.

Il me semblait que la moindre des politesses était de répondre à Klarke qui avait complimenté mon œuvre, avouant sur le même coup son ignorance dans ce domaine ce qui était assez courageux. Bon nombre de personnes refusaient d’admettre leurs lacunes et j’étais ravie de voir quelqu’un qui le clamait sans peine d’une voix dénuée de toute honte. Ce fut donc sincèrement joyeuse que je répondis d’une voix agréable à son commentaire.

Merci pour votre compliment, il me touche. L’art est un domaine complexe et il me faudrait du temps pour vous en expliquer ce que j’en sais… Bien que cela se limite à ma simple compréhension. Si nous nous revoyons je me ferai un plaisir de vous en parler.

Et voila. Sobre, honnête et courtois… C’était tout ce qui comptait. Ma retenue lorsque je m’exprimais pouvait se montrer extrême mais la paix qui régnait sur le continent n’avait que trop duré. Evidemment, je ne souhaitais pas la guerre mais je pensais bien qu’il y aurait des changements et là ferait toute la différence… Moi qui passais mon temps à sillonner les terres d’Enkidiev, je n’en restais pas moins une habitante d’Irianeth et si la guerre se déclarer entre les deux continents… Je savais pertinemment que je me rangerai du coté de ma patrie. Encore que… La majorité du temps les conflits éclataient entre humains, alors s’ils voulaient se battre entre eux, certainement que je continuerai ma vie un peu plus loin.
Sortant de ces pensées défaitistes, je voyais le crépuscule embraser le ciel de sa couleur sanglante et levai les yeux sur celle-ci, admirant les teintes que je me plairais à utiliser pour mes œuvres prochaines.
Il était temps pour moi d’y aller, il me restait encore de la route à faire et j’avais vu ce qui était bon à voir. Le reste, futile et inapproprié, avait déjà déserté mon esprit. Je me tournai donc vers les deux hommes, remarquant une nouvelle fois leur très grande différence et portai ma main gauche à ma poitrine avant de m’incliner légèrement.

Il est temps pour moi de vous quitter, dis-je doucement, ce fut avec un réel plaisir et un grand intérêt que j’ai vécu cette entrevue. Puisse le futur vous apporter joie et sérénité.

Leur adressant un dernier sourire où j’y dissimulai l’amusement qui me prenait, je me juchai souplement sur le dos de Nocturne qui sembla content de repartir. Flattant son encolure, il arracha une dernière touffe d’herbes et s’éloigna d’eux au pas sans se retourner. Quel mauvais caractère…
J’avais fait deux nouvelles rencontres. La plupart du temps, je ne revoyais jamais les personnes à qui je m’adressai mais comme à chaque fois, je ne pouvais pas m’empêcher de me dire que peut-être, un jour nous nous reverrons dans des circonstances différentes. Qui sait, autour d’une table à boire un thé ou bien sur un champ de batailles à s’affronter… ? L’un comme l’autre, j’étais extrêmement curieuse de le savoir si jamais nous étions ramenés à nous revoir… Mais pas tout de suite, maintenant j’avais d’autres terres à arpenter et le chemin était long avant mon point de chute. J’allais sans doute devoir chevaucher toute la nuit… Sa pénombre dissimulerait habilement la froideur qui envahissait mon âme.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre] Empty Re: Une rencontre étonnante... [Klarke, Thléïras + libre]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum