Le Deal du moment : -38%
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
235 €

Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Mer 15 Fév 2012 - 17:31

Encore… Elle avait encore foutu le camp. Non, seulement, elle lui avait interdit l’accès à SA chambre, à lui, enfin la leur, mais en plus, elle disparaissait quand ça lui chantait. Ses caméristes étaient toujours folles d’inquiétudes quand ça lui prenait, et bien sûr, ça retombait sur lui lorsqu’il fallait la chercher. Parce que, c’était son épouse, et patati, et patata. Elend en avait jusque-là de sa femme. Il ne la portait guère dans son corps, parce qu’elle avait amenée deux choses qu’il ne désirait pas, le mariage et le trône. Bon, elle n’y était pas pour grand-chose, mais dans l’esprit du jeune roi, c’était autant de sa faute, à elle, que de son père. Cela ne faisait que six mois qu’ils étaient mariés et c’était comme ils étaient des étrangers. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour qu’il se retrouve dehors à coup de pieds.

Il s’était laissé faire plus ou moins docilement, mais il en avait eu marre le premier, et était parti pour une chambre voisine, où il serait plus tranquille pour dormir, loin de cette furie qui lui pourrissait l’existence. Tranquille, il était tranquille ! Enfin, il le serait moins si son père si doux, si protecteur, apprenait qu’il dormait dans une chambre annexe. Heureusement qu’il ignorait ce fait, Elend faisait tout pour qu’il ignore CE fait en particulier. Non, seulement, il en entendrait parler pendant des années, mais sa jeune épouse en subirait les frais. Bon, il ne la portait pas dans son cœur et il désirait la voir partir, mais il voulait se débrouiller tout seul. Enfin, il avait juré devant les dieux de l’aimer et de la chérir jusqu’à la fin de ses jours. Il allait tenir parole, il n’y a rien de plus important que les promesses faites aux dieux.

Donc, le jeune marié ne malmenait jamais son épouse, enfin, pas plus que ça. Il y avait bien entendu, leurs incessantes prises de becs, mais, c’était dans tout couple, surtout dans la royauté avec leurs mariages arrangés, où la rencontre se fait peu avant le mariage, comme il a été pour eux. Mais pas à Opale, si son seigneur père, enfin ex-seigneur, apprenait également leurs disputes incessantes, Vine, même si l’insouciant évitait de prononcer son prénom, allait en subir les frais, il était inconcevable qu’une femme ose élever la voix contre son époux, même pour la reine. Et lui… Il en subirait également les frais, roi ou pas, il était inconcevable qu’un homme laisse sa femme prendre ses aises.

Ce n’était pas le moment de penser à tout ça, il fallait la retrouver. Au plus vite ! Son père ne devait rien savoir, surtout pas lui, donc moins le bruit de disparition s’étendra, mieux ça sera. Il chercha partout. Chercha dans les moindres recoins avec juste deux personnes de confiances, un fils de conseiller qui avait le même âge que lui et son maître d’armes qu’il appréciait depuis sa tendre enfance à cause de ses questions philosophiques. Raaaah ! Elend détestait vraiment quand elle disparaissait, il ne savait jamais où la trouver, il faut dire que c’était une inconnue malgré ses six mois de mariage. Ils ne se parlaient pas, ils se criaient dessus, à chaque fois. D’ailleurs, il en avait marre de devoir hausser la voix quand il était en sa présence.

Chaque recoins furent fouillés, elle n’était pas l’intérieur. Le temps passait, à chaque seconde, son père risquait entendre parler de la disparition, et c’était plus ça qui effrayait l’opalien que la disparition de son épouse. Il y était habitué maintenant, et pourquoi s’inquiéterait-il de la disparition d’une inconnue ? Elle est sa femme que de nom, elle n’est rien pour lui. Certes, elle est plutôt jolie, mais son caractère est détestable, bien qu’habitué de subir ça avec son père, mais ce n’est pas pour rien qu’il préfère s’isoler dans les livres, avec une parenté pareille, et maintenant, il avait une épouse du même acabit. Il n’avait pas fini de crier et de maudire les gens qui le renfrognaient. Mais il avait la chance de pas avoir une épouse collante, en réfléchissant bien, il pouvait toujours à tester ses pouvoirs et à en chercher de nouveaux, et de plus, le fait qu’ils fassent chambre à part était un avantage pour se balader la nuit, c’est pour ça qu’il s’en plaignait pas trop en fait.

Après, plus une heure de recherche, heure qu’il aurait pu passer la tête dans un livre, enfin là, il rêvait éveillé, c’était plutôt à une table entouré de son conseil, qu’il avait mis au point en réfléchissant dessus depuis des années, et ils pouvaient se passer du roi pour délibérer, il fallait juste qu’il approuve ou désapprouve, ça alléger sa charge de travail. Donc, le roi avait enfin trouvé sa femme. Elle se trouvait caché dans le jardin intérieur, jardin somptueux d’ailleurs, mais Elend lui reprochait d’être cloisonné entre quatre murs, ce qui faisait chuter son charme, enfin, à son goût. Elle pleurait, enfin, semblait-il, il était inconcevable pour lui que sa chère et tendre, pleure d’autre chose que de rage, donc il attendit, partiellement caché, pour s’assurer de la chose.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Lun 20 Fév 2012 - 1:26

Me marier? Marier qu’avec un inconnu et surtout peut-être un abruti fini? C’était la goutte qui faisait déborder mon vase. Après tout, du jour au lendemain on me disait que j’allais me marier avec quelqu’un que je ne connaissais pas et surtout qui était un peu à l’autre bout du monde? J’étais bien dans mon château, dans la chaleur du soleil, regarder par la fenêtre et voir la verdure de la forêt interdite et de regarder d’un autre côté se retrouvait Fal et le désert. J’aimais bien cette aspect du royaume de Turquoise. Il faisait chaud et je prenais plus de la couleur que d’aller dans l’autre bout du monde pour se refroidir les esprits. Je pourrais dire que depuis les quelques jours je restais cloitré dans ma chambre à Turquoise pour ne pas partir me marier. Tous mes amies domestiques me disaient félicitation pour un mariage. Cependant, elles ne savaient pas que c’était arrangé et que pour moi ça signifiait un règne que j’allais devoir rester muette pour me faire engueuler par le roi. C’était ce que mon père me disait qu’à Opale c’était les hommes qui menaient et que je devais pas dire mon mot même si je le devais réellement. Je devais être là pour le roi et bla bla bla. Ça ne me tentait aucunement pas d’être celle qui allait réchauffer son lit à chaque fois et qui ne disait rien. Je voulais diriger mais pas maintenant.

Depuis le mariage, c’était vrai que j’avais une tendance plus excessive de me mettre rapidement en colère et de gueuler contre le nouveau roi qui me servait désormais d’époux, qui me dégoutait en passant. À chaque fois qu’il était dans les parages, je ne voulais qu’une chose dire ma façon de penser et de m’enfermer et d’attendre que la fin soit proche. J’avais bien dit à chaque fois. À chaque fois que ça devenait une manie de dire ma façon de penser. Au point de refuser NOTRE chambre pour qu’elle devienne officiellement la mienne. Je réchauffais mon lit et point barre. Et la lune de miel, je l’avais carrément refusé par dégoût même si on me refusait royalement de refuser quelque chose que je ne désirais pas faire. Je ne voulais pas faire et je partais en courant pour ne pas le voir nu et surtout pas qu’il me voit nu malgré que j’étais déjà à moitié. Heureusement pour moi. Je voulais garder ma pureté. S’il voulait se souiller tant mieux pour lui mais il ne le fera jamais avec moi... JAMAIS.

C’était en me cachant des domestiques qui désiraient que je fasse ma lune de miel que j’avais découvert ma cachette secrète. Un jardin secret que je me permettais volontiers de le prendre en ma possession sans demander à personne. Ça serai un endroit avec qui je pourrais mettre à mon aise et de respirer la liberté que je rêvais malgré tout. Je voulais retourner à Turquoise et voir mes amies, voir celui qui me plaisait bien et qui s’occupait du jardin du château. Malheureusement ça ne fonctionnait jamais comme ça. Oh que non. Regardez ce que je faisais sans cesse:

Je fuyais la réalité pour aller me cacher dans les rêves et mes fantasmes.

Ça faisait déjà six mois que j’étais mariée avec lui et sérieusement, je n’avais jamais été aussi malheureuse de toute ma vie. Je voulais que sortir en courant et de retourner chez moi. Pire, je voulais m’éloigner absolument de ce jeune abruti de roi qui se foutait royalement que je sois là ou non. Il était même pas attentionné ni compréhensif avec moi. Je le détestais car il se comportait comme un enfant. Elend, si je pouvais l’appeler ainsi, lui qui avait prêté sermon avec moi par force et on avait un point en commun: “Ça nous plaisait aucunement pas de se marier ensemble”. Il n’était pas à quoi que je m’imaginais. Son physique n’était que... Enfin, il était maigre, il était svelte. Un pur gringalet qui n’avait pas de sens aux responsabilités, qui voulait une chose partir vers la bibliothèque et s’enfermer. Il n’avait pas de muscle et il n’avait pas de particularité pour me plaire. Il était lui. Un sombre idiot que je n’aimais pas avec son air de dire qu’il était un enfant. Certes, Elendouille était peut-être plus vieux que moi, mais je n’avais que seize ans et j’étais plus mature que lui.

Aucunement attentionné. Cet imbécile se foutait royalement de moi. Quand j’avais son attention c’était rien qu’en s’engueulant ou quand il allait me chercher dans le jardin que j’étais actuellement. On ne cessait aucunement pas de s’engueuler pour que des bêtises et sérieusement ça me décourageait. Il disait presque tout le temps que c’était chez lui et qu’il avait amplement le droit. C’était rendu chez moi et j’avais également le droit. C’est notre chambre et je refuse l’accès du jeune roi, c’était simple à comprendre d’ailleurs il dormait dans la chambre voisine pour satisfaire de sa solitude qu’il avait. Jamais, je ne coucherai avec lui, jamais je ne collerai près de lui pour avoir de la chaleur corporelle même si j’avais tout le temps froid durant la nuit.

D’ailleurs dans ce jardin. Je pleurais de rage encore et toujours, je pleurais tout ce que j’avais dans mon corps. J’étais tannée de pleurer de mon malheur d’être ici et d’être mariée. Depuis six mois je faisais presque ça et j’étais épuisée. Je dormais mal et j’avais tout le temps froid. Six mois que j’étais ici et on ne me laissait pas la chance de me mettre à l’aise. J’étais désemparée, désespérée. Si par hasard tu habitais dans un endroit et on te forçait à habiter dans un autre endroit et à vivre avec une personne que tu n’aimais aucunement pas. Oui, tu ne voulais que partir en courant pour retrouver ton chez soi, mais moi, je ne pouvais pas. Je devais rester ici rien que pour que Turquoise soit encore l’allié d’Opale et ainsi de suite. Je devais rester, c’était un devoir de princesse.

« Je ne suis qu‘une étrangère après tout...»

Une étrangère après tout qui n’avait aucune vie dans le fond. Personne n’osait m’adresser la parole. Personne n’osait faire quoi que se soit avec moi. On me laissait pas la chance de sortir mon royaume dans la tête, d’enlever mon mal de pays. On ne me laissait pas la chance de me sentir à l’aise dans ce château carrément de mauvais goût. Je n’étais qu’une étrangère et je resterai toute ma vie et je ne voulais qu’une chose:

« Je veux m‘en aller...»

Disant dans un sanglot qui appelait à l’aide pendant que je regardais les fleurs. C’était tout le temps ainsi. Je finissais par pleurer de désespoir devant ces belles fleurs qui m’écoutaient peut-être et qui me soutenait peut-être aussi à cause qu’on les avait arraché de leur habitat naturel. Enfin, j’allais toujours rester d’une pauvre jeune reine qui se renferme dans le jardin pour pleurer son chagrin de désespoir et de rage d’être ici. C’était ainsi que j’allais vivre ma vie pour le restant de mes jours.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Mar 21 Fév 2012 - 16:41

Elend ne croyait pas ce qu’il entendait et ce qu’il voyait. Elle pleurait ! Réellement ! C’était la première fois qu’il la voyait dans cet état, ce n’était pas des larmes de rage comme il avait pu les apercevoir lorsqu’il s’est fait virer de sa chambre, mais des larmes… de tristesse. Enfin, lui semblait-il. Mais la voir là, si fragile, alors que ce petit bout de femme paraissait si forte en dehors. Il n’était pas très doué pour le relationnel, et il peinait à discerner les émotions des autres, enfin pas totalement, il discernait que les principales. Le roi ne savait pas trop s’il devait se montrer ou la laisser pleurer.

Cela faisait que trop longtemps qu’elle avait disparu, mais il l’avait retrouvé, mais que devait-il faire ? La laisser là et rassurer les caméristes ou bien la consoler-elle ? Il ne savait pas quoi faire ! Dans sa jeune existence, il n’avait jamais eu à affronter ce genre de dilemme. Les femmes en ramenaient beaucoup. Ramener les problèmes du trône et de la vie conjugale en même temps, ce n’était peut-être pas une brillante idée. Père devait être complètement sénile avant l’âge pour avoir eu cette idée si lumineuse. Déjà qu’il n’arrivait pas à gérer un seul de ces problèmes, il fallait qu’il cumule tout en même temps. Aussi, quelle idée ont eu les premiers monarques à se marier entre eux ? Et de force ? Et surtout, pourquoi c’était toujours appliquer. Maintenant, tout le monde devait faire partie de la famille de tout le monde dans la monarchie, hormis pour les fées et les elfes qui ont réussi à échapper à ce cercle. Enfin, il avait entendu dire que les elfes appliquaient le même principe que les humains, mais entre eux, ce qui n’était pas mieux.

Il la regardait toujours pleurer sans avoir réussi à prendre une décision. Il avait envie d’aller la consoler, mais il savait qu’il allait se faire refouler s’il pointait son nez hors de sa cachette. N’était-ce pas lui qui était responsable de ses pleures ? Il ne l’aimait pas, mais il ne la détestait pas non plus, enfin pas trop, sauf quand elle lui criait dessus. C’était son père qu’il détestait le plus, c’était lui le responsable de tous ses maux, le trône, le mariage qui faisait son malheur aussi bien que celui de son épouse. Bon, il fallait prendre une décision, et vite. L’Opalien n’avait que trop tergiversé. Une seule décision et s’y tenir, pas faire les deux solutions à moitié comme il avait l’habitude. Une décision. Une décision. Une décision. Mais laquelle est la meilleure ? Aucune. Il n’était pas le mieux placé pour la consoler, sauf s’il lui annonçait qu’elle pouvait rentrer chez elle et la laisser là, sans rien faire n’était pas une solution non plus. Enfin si, s’en était une, mais une solution de lâche, de pleutre. Il n’était pas un pleutre, son père avait tort à ce sujet. Il sortit de sa cachette.

D’un pas décidé, enfin le voulait-il décidé, parce que le pas actuel ne le rendait pas. Il était à dix mètres. Que peut-il lui dire ? Plus que neuf mètres. Que peut-il lui dire ? Huit mètres. Toujours la même question. Cinq mètres. Sa détermination baissa un peu, même beaucoup, Elend ne savait toujours pas quoi dire. Trois mètres. Que faire ? Il s’arrêta à un mètre devant elle, comme un idiot. Il en savait toujours pas quoi dire et la seule chose intelligente, enfin, intelligente, c’est vite dit, fut ça :

« - Heu… vous… vous allez… bien ? »

Il était vraiment en panique et se demandait pourquoi il avait quitté sa cachette qui lui permettait de réfléchir à ce qu’il pourrait dire au lieu de foncer tête baisser comme l’imbécile qu’il est. Non seulement il avait posé une question complètement stupide, et en plus il avait bafouillé. Sa femme allait surement répliquer méchamment à cette question puérile, il fallait la prendre de vitesse, vite, quelque chose d’intelligent à dire, quelque chose d’intelligent à dire.

« - Heu… je m’étais… m’étais dit… que… heu… ça faisait quelques temps que… heu… vous n’aviez pas vu votre famille. Est-ce que… vous aimeriez… la revoir… quelques jours ? Je pourrais… essayer de vous arranger ça. »

Le roi était extrêmement gêné. Après tout, il n’était pas très sociable et en plus, même si elle était sa femme, elle ‘était une inconnue pour lui. Il passa sa main derrière sa tête et rougit de confusion.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Mer 22 Fév 2012 - 1:39

Oui tout ce que je voulais c’était de m’en aller pour de bon. M’éloigner de ce royaume froid pour retourner dans le royaume chaud où que j’habitais auparavant avec mes amies. Mes amies qui me manquaient horriblement et qui m’aidaient à passer à travers des ennuies que j’avais. Cette fois, elles ne pouvaient pas m’aider à passer à travers un problème avec qui j’aurais pour toute mon existence. Un mariage, ma foi, arrangé qui avait l’air à plaire à mon père qui se disait qu’il allait enfin se débarrasser de moi. Bon, c’était vrai que je lui donnais du fils à retordre, mais je ne pensais pas qu’il allait rapidement trouver un héritier du trône qui pourrait se marier avec moi. Je ne savais pas comment il s’était pris, mais je le maudissais un peu pour m’avoir lâchement laissé là-bas sans même pas donner un mot d’encouragement.

Ni de courage. Il m’avait sourit et il m’avait dit de passer une belle vie avec mon nouvel époux. Vous savez à seize ans, on ne pensait pas qu’on allait se marier à un idiot fini qui voulait s’enfermer sans arrêt dans la bibliothèque. À seize ans, je pensais à un prince charmant qui allait me chercher avec son cheval blanc quelque soit sa profession tant qu’ensemble c’était réciproque. Arf... Avec Elend s’était aussi réciproque, mais c’était pour la mauvaise chose. On ne s’aimait pas. Ce que je voulais c’était une personne qui m’aimait et qui allait s’occuper de moi. Avoir une vie à l’eau de rose, non j’avais une vie carrément d’Opalien. Une vie que les femmes n’étaient pas égaux comme les hommes, pas comme à Turquoise. Peut-être mon père se disait qu’avec cette pensée j’allais devenir plus docile, aucunement, j’étais pire.

Pire car je voulais rien savoir de leur ethnie. Je ne voulais pas savoir comment on se tenait à Opale, puis je n’avais pas le choix de manger de la nourriture Opalienne pour ne pas mourir de faim. Je tenais à ma vie même si j’étais dans l’obscurité du puits et que je souhaitais une chose c’était de monter une échelle et enfin retrouver une belle lumière qui allait me montrer un beau champs de fleurs. Bon, il fallait voir dans le bon côté des choses, à Opale il avait quand même des beaux garçons, mais ce que je trouvais désagréable c’était le fait que je vivais dans un pays plutôt chaud et j’avais changé pour un pays qui se tenait plus dans le froid. Je regardais par la fenêtre et... Au loin je voyais un drap blanc et non de la verdure. Je ne savais même pas c’était quoi ce drap blanc et je ne voulais pas le savoir sachant que j’allais engueuler tôt ou tard comment que j’étais désagréable.

Pendant que je pleurais tout ce que j’avais dans mon corps en essuyant mes yeux, enfin j’essayais car je pleurais encore. Je sursautais en entendant des pas et puis la voix qui venaient avec. Je pensais qu’on allait passer tout droit dans le jardin en m’oubliant carrément de regarder ici où que j’avais l’habitude de me cacher. Non, il avait bien une personne derrière moi et qui me demandait si j’allais bien. C’était cet imbécile d’Opale qui me servait d’époux qui venait sans doute me chercher à cause de ses domestiques qui me faisaient essayer sans cesse des robes sans goût et fade, puis inconfortable à cause du corset. Cet idiot était sûrement venu me voir pour me dire de sortir de ma cachette et pourtant non, il me disait si j’allais bien. S’il m’avait entendu pleuré, non ça n’allait certainement pas bien.

Je voulais rétorquer ayant cesser mes pleures et mes larmes, je me retournais au même moment, mais... Il avait été plus vite en bégayant encore plus.

Je savais que c’était honteux de voir une femme malheureuse à ce point surtout que c’était ta femme, mais c’était la vie. Je n’étais pas heureuse et il fallait qu’il s’y fasse avec ça. Cependant, j’étais surprise d’une chose qui me faisait disparaître toute haine que j’avais envers cet abruti. J’essuyais mes larmes avec un bout de ma robe et j’essayais de paraître plus en forme malgré que j’avais les larmes aux yeux, toujours ses larmes de tristesse pour la raison précédente et non la nouvelle raison.

J’étais si surprise, mais méfiante à la fois. Comment il pouvait bien penser à moi alors qu’on se faisait que s’engueuler? Comment il pouvait bien penser à moi si je n’existais plus vraiment si je pouvais me fier à son planning et qui n’avait presque plus de temps libre. Je fronçais un peu les sourcils le voyant rougir. Pourquoi rougissait-il? C’était ce qui m’intriguait plus et sur le fait aussi qu’il fasse soudainement attention à moi à ce moment. C’était comme s’il pouvait lire en moi alors que je ne lui avais pas laissé la chance de le faire réellement. Peut-être profitait-il de moi... Qui sait?

Je ne savais rien, bon, j’étais méfiante c’était tout ce qui comptait à savoir.

J’osais le regarder pendant que mes mains empoignaient, tremblantes, ma robe. J’étais heureuse d’entendre cela malgré tout. J’étais heureuse d’entendre à quel point on pouvait faire un tel offre même si on ne se connaissait pas. En réalité, je ne l’aimais pas car c’était un inconnu et je le détestais car c’était un grand enfant gâté.

« V..vous feriez ça pour moi..? V-vous ne savez pas à quel point que...que...que je vous remercie pour ce geste.» lui bégayais-je d’une voix plutôt enrouillée à cause des larmes.

Je me grattais un peu la gorge et j’essuyais une larme qui coulait comme par hasard sur ma joue. Je regardais cet... Plutôt Elend de haut en bas et de bas en haut pour recommencer de le regarder de haut en bas et de bas en haut. Il avait un étrange de comportement de venir me voir et de me demander si j’allais ou non. Puis aussi de proposer quelque chose que je désirais plus au monde. Je me mordais l’intérieur ses joues pour réfléchir car après tout, c’était un peu troublant et surtout douteux. Enfin, il savait que s’il faisait quelque chose de douteux il allait en manger toute une. D’ailleurs, je devinais qu’il devait être avec moi durant ce voyage pour rendre visite à ma famille presque à l’autre bout du monde. Je le comprendrais après tout je serai seule au monde à aller à Turquoise avec des soldats. La seule jeune femme avec des hommes.. Je comprendrais malgré que ça ferai encore plus douteux.

« Je dois en déduire que...que vous viendriez avec m...moi pour se voyage?» demandais-je en me levant doucement en baissant la tête pour tenter de me voir de cette façon horrible.

Pourquoi soudainement je ne voulais pas qu’il me voit comment j’étais quand j’étais en pleure? Je ne le connaissais même pas même s’il était gentil. S’il était réellement gentil car je sentais aussi que c’était une moquerie venant de sa part alors qu’il ne s’était réellement pas moqué de moi. C’était étrange comme moment malgré tout.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Mer 22 Fév 2012 - 15:01

Elend était gêné, extrêmement gêné. Il n’avait envie que d’une chose, retourné se cacher et ne plus sortir sa cachette. Il avait dit ça sans réfléchir, parce qu’il pensait que c’était peut-être un de ses vœux de revoir sa famille, après tout, c’était un désir tout à fait humain de vouloir revoir son pays natale après six mois, surtout que d’après ce qu’il a avait vu dans son enfance, lorsqu’il était passé pour visiter le royaume de Fal, à l’autre bout du continent. Ce royaume était rempli d’arbres immenses et extrêmement vieux. Et la chaleur humide était étouffante. Rien avoir Opale qui avait des arbres maigrichons en comparaison, avec un air plus sec et plus froid, mais pas aussi froid que sur les plateaux qui surplombaient le royaume où il y avait de la neige éternelle.

Le roi regardait ses pieds qui étaient étonnamment intéressant pour le coup. C’est fou que ses bottes pouvaient être usé, il n’avait jamais remarqué, la droite plus que la gauche, c’était bizarre. Pourquoi n’étaient-elles pas usées de la même façon ? Il était, certes, droitier, mais cela marchait sur le même principe pour les jambes ? Il l’ignorait, mais c’était une bonne chose à savoir, pour la culture personnelle, peut-être que quelqu’un a déjà étudié le sujet et la retranscrit dans un livre, et peut-être que ce livre se trouvait à Opale. Il fallait qu’il en ait le cœur net, mais en tout cas, il fallait qu’ils se fassent faire de nouvelles bottes, il ne restait plus beaucoup du cuir sous le pied et maintenant qu’il s’en rendait compte, il sentait la fraicheur du sol.

Il fut par contre surpris au ton de la voix de son épouse. Il avait vu juste ? Cette brusque surprise lui fit brusquement lever la tête. Elle était plutôt jolie, malgré ses larmes et ses yeux rougis par ces dernières. Il n’avait pas pensé sur le coup qu’elle acceptait de suite. Un plan, il fallait trouver un plan, il était trop tard pour revenir en arrière et la décevoir encore plus qu’elle en l’est déjà. Il ne l’appréciait pas, mais peut-être était-ce dû aux circonstances. Elle ne lui avait rien fait, elle devait peut-être aussi perdu que lui. Après tout, quelle femme rêverait de quitter son royaume pour se marier à un opalien inconnu où elle n’aurait plus du tout de droit. Sa bourde de parler de retourner, au moins, quelques jours à Turquoise était l’occasion de faire le premier pas.


« - Oui, je peux… peux le faire. Enfin, ça sera surement… un peu compliqué à mettre en place. Et non, je ne vous accompagnerais pas. Je ne peux quitter le royaume, comme cela, enfin pour le moment. Et puis, je ne suis pas sûr que ma compagnie vous agréerait. »

Il avait eu une idée. Il pouvait la faire passer pour malade et la faire emmener jusqu’à Turquoise par des hommes digne de confiance, il en connaissait quelques-uns, soldats, fils de soldats, avec qui il avait été élevé. C’était comme des amis d’enfance, sauf que la différence de classe sociale faisait qu’ils n’avaient jamais vraiment pu être amis. Mais il avait confiance en eux. Il ferait emmener sa camériste personnelle. Son père y verra que du feu, enfin, l’espérait-il. Si elle ne voulait pas revenir à Opale ? Tout tomberait à l’eau.

« - Elend ! »

Cette voix ! Non, ce n’est pas possible ! Le jeune homme n’avait même pas eu le temps de parler de son plan ou de le mettre à exécution qu’il tombait déjà à l’eau. Cela ne pouvait pas être possible ! Le roi se retourna, et tomba sur la personne qu’il craignait le plus, le seigneur son père, qui avançait vers eux. Ils allaient avoir de gros problèmes….

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Jeu 23 Fév 2012 - 15:06

Si je pouvais bien regarder Elend. Il était maigrichon, grand brun et idiot. Il n’avait pas de barbe ou quoi que se soit. Il avait les yeux bruns très froncés tout comme ses cheveux, il était plus grand que moi malgré que j’étais petite. Maigrichon car il n’avait pas aucun muscle dans ses bras ni partout à travers de son corps, ce qui me déplaisait un peu. Il était simple et non unique. Il était ordinaire comme jeune homme avec un caractère d’un enfant gâté. Il était gâté pour un enfant unique, gâté au point d’être possessif pour tout ce qui était à lui, maintenant c’était à nous et je ne désirais pas partager avec un être avec qui j’ai aucun confiance et que je ne connaissais pas. C’était ce que je pensais à lui quand je le regardais de haut en bas. Aussi le fait qui était gêné.

Gêné peut-être surpris aussi que je n’avais pas crié dessus. Gêné comme un vulgaire enfant qui regardait ses pieds. Un peu plus il tournait sa cheville et se tenait les mains en évitant de regarder le problème en question. C’était ce que les enfants faisaient, ils ne regardaient pas en face le problème quand on les chicanait ou sinon ils évitaient le regard pour un sujet qui à leur dire ça ne le dérangeait pas, mais en réalité si. Si, ça leur dérange et ils se refusent de l’avouer. Si, ça leur dérange pour éviter même de regarder la situation en face. C’était facile à discerner un enfant et Elend était presque pareil quand il était gêné.

Gêné au point de bégayer encore quand il me disait quelque chose. Disant qu’il pouvait le faire ce voyage, mais que ça serai compliqué. Je comprenais. Je comprenais si on refusait aussi de faire ce voyage car après tout je ne pouvais pas tellement partir du château. Il fallait que je sois présente dans la vie du jeune roi malgré que je ne voulais pas qu’il me touche et avoir une quelconque relation avec. Il ne me plaisait pas pour toute sorte de raisons. Comme lesquelles? Euh... Je... Je ne savais pas. Ce que je n’aimais pas c’était qu’on me forçait à me marier à une inconnue et qu’on me traitait encore telle quelle même après six mois, même en ayant un nouveau statue. C’était frustrant en quelque sorte, mais bon. Je m’y étais fait, je n’avais pas d’autre choix de m’y faire après tout.

Étrangement, j’avais été quelque peu déçu quand il me disait qu’il ne viendrait pas à ce voyage qu’il allait faire. C’était vrai que si c’était un voyage comme ça, personne n’accepterai cette sortie, mais si c’était un voyage politique peut-être que ça changerai aussi les probabilités de réussite qui sait? Enfin, c’était son plan et s’il ne voulait pas venir, il avait le droit. Cependant, il avait aussi comme problème que si j’y allais seule, ça allait m’inciter à rester dans mon ancien royaume loin de tout soucis et remplis de gens qui seront sans doute heureux de me revoir. Alors, je me disais que ça serait peut-être bon s’il venait avec moi, comme ça il allait me faire penser à mon devoir de reine et de retourner dans un royaume froid comparer à Turquoise.

« Techniquement vous allez me remettre dans la réalité si vous venez quand... Quand se sera le temps de... De partir, dans le fond...» lui disais-je sincèrement en serrant un peu ma robe.

Non, il ne me plaisait pas. Il était gentil, mais il ne me plaisait pas. Le jeune roi... C’était la seule personne que je pouvais réellement parler, bien plus ou moins parler. C’était la seule personne que j’avais un contact alors que les autres, m’ignoraient complètement et faisait comme si j’étais une tâche et ils partaient. C’était ce qu’y me déplaisait réellement à Opale. Surtout le fait que les femmes n’avaient point d’égalité avec l’homme en question. Que c’était l’homme qui faisait tout pendant que la femme ne faisait que lui donner des enfants. J’étais en désaccord avec tout ça. Bref, on se demandait tous pourquoi je serrais ma robe, j’étais un peu gênée de révéler un pareil truc à un idiot comme lui.

Quand je voyais au loin, j’avais vu une ombre rentrée dans les jardins. Je devenais soudainement très tendue. Le père d’Elend qui appelait sur un ton plutôt sévère le prénom de son fils. Le beau-père que je n’aimais pas à cause de son caractère de feu tout comme le miens. Les semblables se repoussent tout comme le contraire s’attire. Cet homme que je n’aimais pas, ce vieux qui cherchait tout le temps son fils, qui lui, essayait de l’éviter. Son fils, cet idiot, qui essayait de me sauver dans le fond, car il savait que je n’avais pas le droit de rétorquer ou de refuser l’accès aux hommes. C’était comme si... S’il me cachait de son père. Sur le coups, ça me faisait rire, mais réellement ça me touchait.

Automatiquement, je me cachais derrière Elend. Je me cachais en prenant d’une seulement main son chandail quand il était dos à moi. Ma main était tremblante car cet ancien roi me faisait horriblement peur et que je n’étais pas capable de le sentir. Je lui avais pris son chandail d’une seule main pendant que l’autre continuait d’empoigner ma robe. Puis en regardant le père d’un regard bien froid, malgré que c’était involontaire de ma part, je suivais la conversation sachant très bien que c’était pour amener le jeune vers ses responsabilités ou bien autre chose, étonnamment.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Dim 26 Fév 2012 - 13:56

L’ancien monarque avançait vers le jeune couple d’un pas furibond. Apparemment, il avait découvert le pot aux roses, ce qui était problématique… Très problématique… Et surtout beaucoup trop tôt. Un peu plus de temps, voilà tout ce qu’Elend désirait. Il avait presque réussi à l’éloigné quelques temps, afin d’avoir les bras libres, parce que connaissant son père, se serait sur elle que serait tombé son courroux, comme cela être actuellement. Depuis, le temps, il connaissait sa façon de faire, son père était un sadique, jamais le vieil homme n’avait levé ou fait lever la main contre son fils, c’était toujours quelqu’un d’autre qui prenait le châtiment, rendant à chaque fois le jeune roi honteux, et cette fois, n’allait pas faire exception.

Il pouvait sentir la peur de son épouse, ses doigts agrippés à sa tunique, le léger tremblement de sa main. Lui-même aurait tremblé s’il n’avait pas passé des années à le faire. Maintenant, il redoutait la colère mais son corps ne tressaillait plus. Le jeune homme pouvait toujours essayer d’apaiser son père, mais cela était peine perdu. Son père avait développé comme une immunité à son apaisement, plus les années défilaient, plus il était difficile de faire baisser sa colère magiquement, et maintenant, cela est impossible. Et vu l’état de sa colère, même si il pouvait toujours réduire la colère, ce serait trop difficile de le faire subtilement. Elend n’avait jamais vu l’éclat de fureur qu’il y avait actuellement dans les yeux de son géniteur qui était maintenant à même pas deux pas devant lui.

Contrairement à son fils, le vieil homme avait une carrure solide d’homme d’arme ayant manié l’épée toute sa vie, bien que plus petit que son rejeton. Il avait les mêmes cheveux bruns et les mêmes yeux noirs. Il portait une barbe taillée en pointe qui commençait à grisonner, c’était la seule marque de son âge. Sans savoir vraiment pourquoi, le roi se tenait droit pour une fois, les yeux plantés dans les yeux furieux de son père, pour la première fois de sa vie, enfin plutôt pour la première fois depuis longtemps, il défiait son père, malgré son corps squelettique, il se tenait bien droit. Peut-être était-ce dû au potin qu’il avait fait brûler inconsciemment en voyant son paternel, mais à cet instant précis, il se sentait fort.


« - Crétin de fils ! Tu croyais pouvoir me le cacher longtemps ton petit manège ? Le fait que tu ne partages pas ta couche avec ton épouse, les disputes incessantes, les disparitions ! Tu croyais que cela allait passer inaperçu sous mon toit ? Je suis toujours le seigneur des lieux, et ton père, même si j’aurais préféré ne pas avoir une chiffe-molle comme toi pour fils. Dégage de là ! »

D’un geste du bras vigoureux, il essaya de pousser son rejeton qui ne broncha pas. Le potin donnait de la force au sac d’os, suffisamment pour s’opposer à son père du moins, jusqu’à que bien énervé parce ce refus d’obtempérer, utilisa toute la force de son corps pour l’écarter. Malgré la force donnée par le métal, le jeune roi s’écrasa lourdement sur le dallage de pierre du jardin, sa manche était déchirée et on pouvait apercevoir du sang, mais il ne sentait aucune douleur. Il mit moins d’une seconde à se relever, mais ce court laps de temps avait suffi pour que son père saisisse le poignet de sa femme et l’entraine avec lui.


« - Un petit séjour dans les cachots te calmera un peu. »

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Lun 27 Fév 2012 - 17:11

Il me faisait peur. Cet homme, qui, Elend essayait plus que tout que je ne pas le croise dans ma misérable vie de six mois à Opale. Quand c'était le fameux jour de malheur pour mois, qui était le mariage, j'avais entrevu son père qui semblait être heureux de pouvoir se débarrasser de son rôle qui lui tenait finalement plus à cœur. Après tout, il voulait rapidement que son fils se mari à la première princesse qu'un Roi pourrait offrir en échange d'alliance pour ainsi se la couler douce. Sagement et en attendant patiemment qu'il aille des petits enfants à pouvoir s'amuser ou à dompter pour pouvoir être aussi sexiste. Pour apprendre que les femmes étaient des moins que rien pendant que les hommes étaient des rois. Non, ça ne fonctionnait pas comme ça dans ma mentalité. Tout le monde était égale à l'un et à l'autre et personne n'était supérieur à l'autre, sauf la hiérarchie, mais ça c'était des conneries, le peuple avait besoin que l'ont lui dise quoi faire d'où le pourquoi que certaines personnes doivent gouverner un royaume, mais le peuple n'est jamais heureux quoi que nous fassions.

Cet homme qui ressemblait à deux gouttes d'eau à son fils malgré la barbe grisonnante qui certes le différenciait de lui. Je ne l'aimais pas. Il avait cette manie de vouloir que sa progéniture devienne comme lui. Un homme fort et un vieux croulant qui devient au fur et à mesure emmerdant. Il me faisait royalement peur. Dès la première fois que je vivais ici et j'avais éclaté... Engueulant mon époux comme du poisson pourri disant tout ce que j'avais en tête et qu'est-ce que j'avais en retour? Une punition digne qui m'incitait à être docile. Cependant je ne voulais pas. Ce n'était pas dans mon tempérament. Ce n'était pas dans ma mentalité de devenir docile et de me faire tripoter par un pervers. Non. Je voulais tomber amoureuse, avoir des enfants que j'aimerais et que j'élèverai avec plaisir. Je ne voulais pas qu'on m'engrosse, mais que je tombe volontairement enceinte. Je voulais être aimée pour qui j'étais et non pour ce que j'étais sensée être.

Avoir un prince charmant, c'était ce que je rêvais le plus, mais avec le père d'Elend, ça s'annonçait très mal.

Donc ce que je disais, c'était le fait qu'il me faisait peur. Horriblement peur, je ne voulais pas qu'il m'engueule royalement devant le maigrichon qui me servait d'époux à mes côtés. Je ne voulais pas. C'était pourquoi que j'avais tenu la tunique du paquet d'os. C'était une certaine manière de me sentir en sécurité, même si je ne l'étais pas en réalité. On pouvait voir le père furax. Il était en train d'engueuler son fils sur le fait qu'on ne partageait pas notre couche, qu'on s'engueulait tout le temps et en plus que je disparaissais aussi. Ce qui ne savait pas à vrai dire c'était ce que le nouveau roi me retrouvait toujours et je retournais sagement dans ma chambre pour ainsi regarder la journée avancée tout en allant manger avec le roi et son père. Au moins, il me retrouvait et personne n'avait, sans doute, pas mentionné à ce barbu qu'il me retrouvait. Non, il fallait absolument que ça soit les grandes lignes pour débarquer comme en ce moment.

Il tentait de pousser son fils pour j'imagine aller me voir. Alors j'avais lâché sa tunique. Cependant je voyais mon idiot d'époux tomber à terre. Je m'en allais m'approcher de lui quand on m'empoignait solidement mon poignet et surtout plutôt fort que je grimaçais de douleur. Qu'est-ce qui lui prenait de me faire mal, moi qui était désormais la reine d'Opale. Lui, il n'était qu'un ancien après tout, il n'avait plus du tout l'autorité contre moi. Me disant que j'allais me ramasser au cachot. Quoi? Dans ce trou rat que seulement les rebelles y allaient? Non. Oh que non! Il n'allait pas me faire cloitrer dans un endroit froid alors que j'avais également froid. J'allais mourir de froid dans cet endroit et aussi de faim car je n'allais sans doute pas manger ou manger des restants dégoutants. Oh non, je n'allais pas me faire aussi facilement. J'étais à apprivoiser et non à dresser de force.

« Oh que non! Je n'irai pas dans ce trou à rat certain! Lâchez moi, immédiatement! » disais-je sèchement en me débattant.

Oui en me débattant. Tentant de ne pas le suivre, voulant partir d'un autre côté, mais il était trop fort. J'essayais de défaire les doigts un par un, mais il forçait encore plus son emprise alors je me plaignais que c'était trop douloureux. J'avais aussi enfoncé mes ongles dans son avant bras pour lui faire mal, mais rien. Toujours rien alors qu'on descendait les escaliers. Que faire? Crier.

« Enlevez votre peau morte de sur moi! Lâchez moi sale scélérat! Lâchez moi!! ELEND!!! » gueulais-je sous l'effet de rage qui m'envahissait davantage.

Me retrouvant à tituber pour enfin me retrouver sur le sol les larmes aux yeux. Je regardais l'ancien roi qui semblait satisfait de son coup. J'avais horriblement mal à mon poignet et je me retrouvais aussi enfermer dans un endroit dégoutant et humide. Écoutant seulement des pas s'en aller et des gouttes tombées sur le sol, j'avais tombé bien bas.

« Sortez moi d'ici! Laissez moi sortir!!!... Je vous maudits tous! »


Rien... seulement du silence de mort qui régnait dans ces égouts. Je me recroquevillais sur moi même, j'avais froid et surtout mon poignet était endolori. Qu'est-ce qu'on faisait dans ce genre de situation? On réfléchissait à toute chose et on regrettait encore plus. On réfléchissait et on espérait que ce jour de cette sortie arrivera rapidement. Je réfléchissais et aussi je pleurais car c'était trop l'enfer pour moi. Je ne m'étais pas ramassée dans un royaume, mais on m'avait lancé dans l'enfer pour ne plus jamais y ressortir. Pour une fois... Je voulais... être n'importe qui d'autre que moi. J'étais trop franche et ces personnes n'aimaient pas cette franchise. La vérité fait mal comme on le dit.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Lun 12 Mar 2012 - 12:14

Il faisait nuit. Cela faisait maintenant sept heures que son père avait emmené sa femme. Elend ne pouvait pas laissé une chose pareille se passer. Pour cette occasion, il était habillé tout en sombre, mais pas en noir, comme pour les nuits où il partait en vadrouille pour s’entrainer. Il avait mis en plus, une cape à capuche, et il avait une sacoche avec une cape similaire à l’intérieur. Le jeune roi avait préparé son coup avec minutie pendant ces quelques heures. Normalement, si tout se passait comme prévu, il n’y aura aucun conflit armé, normalement… C’était Baldr et Josh qui sont de garde à la prison, donc, tout se passerait calmement.

Il mit sa capuche et sortit de sa chambre. Il faisait sombre dans le couloir, l’opalien brûla de l’étain, il voyait maintenant comme en plein jour. Au moins, ce n’est pas une torche qui allait le faire repérer. Il avança prudemment, certes, s’habiller de la sorte pouvait élever les soupçons, mais, il connaissait le château comme sa poche, et avec ses pouvoirs, il était facile pour lui de s’échapper. Enfin, faudrait-il encore qu’il se fasse repéré avant de l’avoir délivré, parce que sinon, cela être beaucoup plus dur de s’échapper, surtout sans qu’elle se doute de ses pouvoirs.

Pour le moment, rien n’a signalé. Tout était calme, comme d’habitude à cette heure-là. Après tout, son père ne le pensait pas assez hardi pour tenter quelque chose comme ça. Mais que connaissait-il vraiment de son fils ? Rien ! Ce coup allait surement le faire changer d’avis sur son fils, ou faire de lui l’homme à abattre, au choix. Pendant sa descente silencieux jusqu’aux geôles, Elend se mit à penser à pourquoi il faisait ça. Pourquoi se donner tant de mal pour une fille qui ne l’aime pas ? Bien sûr, il y avait deux choses certaines, c’était tout d’abord son esprit de contradiction avec son père, enfin cela jouait un peu, mais ce qui jouait le plus, c’était son sentiment de culpabilité. Pour lui, elle était emprisonnée par sa faute ! C’était entièrement de sa faute, il n’avait pas su tenir son père ignorant assez longtemps. Et c’était également de sa faute, de n’avoir porté attention à sa femme que maintenant. Le jeune homme pensait qu’elle se ferait une raison, mais ce ne fut pas le cas. Elle devait être incroyablement têtue, ou faible, mais ne la connaissant pas assez, il était impossible de le savoir.

Il ne restait plus beaucoup de chemin avant d’atteindre la porte de la prison, d’ailleurs, il l’a voyait, elle était au bout du couloir. Il s’approcha furtivement, et colla son oreille contre le bois. Il fallait être sûr de qui était de garde en ce moment. Son oreille affinée écouta la grosse voix de Baldr, doyen de la garde, et son rire reconnaissable. Elend frappa à la porte. Le bruit se tut. Le roi frappa de nouveau à la porte, il y eut un bruit de raclement de chaise sur la pierre. La petite cache de métal, s’ouvrit.


« - Qui va là ?

- L’aigle n’a d’ennemi que lui-même ! »


C’était un code qu’ils avaient mis au point pour ce soir. Il devait dire la devise de sa famille être sûr que c’était lui. Il y eu un bruit de loquet qui s’ouvre et la porte grinça légèrement sur ses gonds, enfin, seul son oreille développée pouvait l’entendre. Il éteignit l’étain lorsqu’il rentra dans la pièce. La lumière du feu était trop vive pour ses yeux sensibles. C’était Josh qui avait ouvert la porte et poser la question. Apparemment, il n’avait pas l’esprit tranquille, il avait toujours l’habitude de sourire bêtement lorsque c’était le cas, comme actuellement. Après tout, Elend le connaissait depuis qu’il était gamin. Baldr lui, était tout à fait serein, après tout, il savait que quand l’ancien roi serait au courant de l’affaire, il ne risquerait pas grand-chose, son ancienneté l’immunisait. Enfin, il subirait une engueulade, après tout, le père d’Elend n’avait plus aucun pouvoir pour mettre à pied quelqu’un. Et puis, se serait Elend qui subirait le courroux du vieillard. Les soldats n’auront fait qu’obéir aux ordres du roi, que pouvaient-ils faire d’autre ?


« - Mon prince, vous arrivez plus tôt que prévu ! Vous étiez si impatient que ça de revoir votre furie de femme ?

- Baldr ! Tu peux parles au roi !

- Bah ! Qu’est-ce que ça peut bien faire ? Roi, prince ! C’est du pareil au même. »

Elend sourit devant la question du doyen. Il avait toujours ce franc parlait qui le caractérisait, c’était pour ça d’ailleurs qu’il n’avait jamais été élevé au rang de capitaine de la garde. Mais lui, il s’en fichait, il aimait bien sa place.

« - J’ai fait exprès de donner une heure plus tardive, au cas où qu’une oreille indiscrète nous écouterait.

- Vu le volume dont vous nous avez parlez, cette oreille devait être plus sensible que la vôtre ! Parce que même à dix centimètres de vous, je comprenais à peine ce que vous disiez ! »


Le roi réprima son rire. Ce n’était pas le moment. Josh qui avait compris la situation, ouvrit nerveusement la porte et conduisit son souverain devant la cellule qui l’intéressait. Sa femme était assoupie, en boule sur le lit de paille.

« - Nous avons essayé de convaincre votre père de lui donner une cellule plus descente, s’excusa Josh, mais il n’a rien voulu entendre. Pourtant, quelqu’un de son rang devrait… »

Elend ne l’écoutait pas, il s’était approché de son épouse. C’était la première fois qu’il la voyait dormir, et il fut attendrit par ce spectacle, elle semblait si fragile, pas comme quand elle était éveillée. La lumière de la lune, allié à la torche permettait de discerner son visage, il y avait des traces de larmes. Quelques heures avaient suffi à rendre son visage sale. Il la secoua légèrement.


« - Vine ! »

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Jeu 15 Mar 2012 - 13:50

Je me sentais délaissée, je me sentais abandonnée à mon sort, je me sentais comme si j’étais seule au monde. On m’apportait vers les cellules, les cachots du château d’Opale sous les regards interlocuteur des gardes qui se posaient des questions en me voyant avec l‘ancien qui était en colère. Je voyais l’ancien roi prendre un cachot au hasard le plus loin possible et de me “lancer” en quelque sorte. Je tombais sur les pierres froides de la cellule en prenant mon poignet qui me faisait horriblement mal. Il était rouge et ma main était engourdie à cause de la puissance de l’homme qui avait serré très fort mon membre. Je me levais pour sortir et être libre, pensant que c‘était une mauvaise blague, mais on avait fermé la porte alors j’étais là... Au beau milieu de la cage, tremblant de tout mon être. Il faisait très froid, j’étais gelée, grelottant et désirant d’avoir quelqu’un près de moi pour me donner une chaleur que je n‘avais plus depuis que j‘étais arrivée dans ce royaume.

J’aurais bien pu crier, engueuler tout le monde, ordonner à des gardes de m’ouvrir la porte, mais je ne pouvais pas. J’avais bien entendu mon beau père expliqué, même ordonner aux gardes de quoi que je dise il ne fallait surtout pas que je sorte d’ici, que c’était ma punition de mon insolence, de ma franchise, de mon caractère. Que faire dans un moment que j’étais désarmée? Que faire quand mes paroles passaient comme du beurre? Que faire pour sortir d’ici? Je ne voulais pas devenir une reine qui ne ressentait rien envers son époux. Je ne voulais pas être une femme qui se faisait engrosser pour donner des enfants au roi sans même les vouloir en réalité. Je ne voulais pas être docile et de me retenir de dire ma façon de penser. Je n’étais pas comme les femmes d’Opale qui se laissaient volontairement marcher sur les pieds et que les hommes étaient supérieurs. Je voulais qu’on me prenne l’égal de l’homme, mais pour le père d’Elend ce n’était pas possible. L’homme était en haut et les femmes en bas. Les femmes aidaient les hommes à la reproduction tout simplement.

Mais, je n’étais pas ce genre de femme et je ne le serai jamais. Mes principes du royaume de Turquoise resteront à jamais en moi. Les femmes étaient l’égal des hommes et j’allais toujours le voir ainsi quoi qu’il m’arrive.

Sans même que je me retienne mes larmes, je les sentais rouler encore sur mes joues. Je me sentais seule, j’étais terrifiée, j’avais mal à mon poignet que je tenais avec ma main libre. J’avais peur à cause qui avait pu avoir des criminels ici, j’avais peur aussi d’être considérée de cette façon, une criminelle. Je regardais ma cellule et je voyais qu’elle était petite, petite et pauvre. J’entendais les gardes qui tentaient de me mettre dans une cage plus de mon rang, mais non. Ils ne pouvaient pas puisqu’en réalité j’allais être coincée ici à cause du père qui refusait de cette proposition. Je voulais le lit de paille non loin de moi. Je me disais que j’avais froid, peut-être que les pailles allaient me réchauffer un peu. Quand j’allais dessus c’était gelé.

Je pleurais en me mettant en boule. Je pleurais parce que c’était vraiment n’importe quoi et que tout ce qui m’arrivait c’était plus que l'enfer. J’étais tannée, je voulais sourire et rire. Je voulais aimer quelqu’un et être bien dans ma peau. En plus, j’avais faim et mon ventre criait famine. J’avais le goût de manger les bons plats qui servaient ici même si, à première vue, je n’étais pas censée l’adorer. Honnêtement, il avait un aspect que j’aimais d’Opale c’était les plats délicieux qui offraient. Je voulais manger la bonne viande qui servait. Je sentais l’odeur de la viande que les gardiens mangeaient volontiers pendant qu’il me servait un rien que je ne mangeais pas du tout. J’étais une Reine après tout, je voulais me faire respecter pour ce que j’étais et non ce qu’on veuille de moi.

À cette pensée, je m’étais endormie malgré que je me réveillais presque à tous les cinq minutes. À cette pensée, j’avais mis dans la tête qu’Elend était peut-être comme son père avec la mentalité des femmes, mais qu’il n’avait pas assez de couille pour mettre un pied à terre. Enfin bon, il restait tout de même la seule personne que j’avais une relation. Il était mon souffre douleur du moment, la seule personne qui m’avait vu pleurer, la seule personne qui me voyait désemparée. Quand on me voyait de cette façon et qu’on me kidnappait en quelques sorte pour me mettre dans une cellule alors que je criais le nom d’une personne. Ça signifiait beaucoup pour moi. Qu’il était mon seul ami même s’il pouvait bien penser que je ne l’aimais pas. Il fallait lire entre les lignes. Me connaitre pour enfin me déchiffrer. J’étais difficile à discerner.

Pour les nombreuses reprises que je me réveillais, je tombais réellement dans le sommeil pendant quelques minutes. Je dormais paisiblement en rêvant à rien et en ayant froid. J’entendais des mots, des voix, des rires et des grincements de porte, mais je me disais que c’était un rêve. Cependant, non. Quand on me secouait légèrement pour me réveiller, j’aurais pu me virer de bord et de dire que je dormais finalement, mais je dormais terriblement mal que ça ne me dérangeait pas en réalité. Surtout quand ça venait d’une voix que je connaissais. Une voix d’Elend qui me réveillait alors que j’étais dans une cage, j’avais vite compris qu’il était venu pour me délivrer.

Je frottais légèrement mes yeux en allant m’assoir. Je voulais encore dormir et j’étais un peu somnolente. Est-ce que vous vous rappeliez que je voulais avoir de la chaleur de n’importe qui parce que j’avais froid? Ses mains étaient si chaudes, tellement chaudes que je voulais aller dans les bras de la personne qui possédaient ces mains.

« ...Elend...» chuchotais-je doucement encore ensommeillée.

Je passais doucement mes bras autour de son cou pour aller enfuir mon visage dans son cou. Je refermais les yeux, j’étais bien. Il était tout chaud, je me sentais bien dans ses bras.

« Merci... Mais vous n‘allez pas attirer la colère de votre père..?» lui demandais-je en le serrant un peu plus pour me coller près de lui car je frissonnais parce que j’avais froid.

C’était une question intéressante du moins. Quand on allait rendre visite à une personne dans la cellule à cause de ton propre père, c’était normal qu’on posait la question concernant le roi et la colère du père tout de même.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Dim 15 Avr 2012 - 9:05

Elend fut désemparé devant son geste. Il était perdu, il y à peine quelques heures, elle lui criait dessus dès qu’elle le voyait, là, elle l’étreignait. Il était complètement perdu. Mais l’heure n’était pas aux interrogations, pas encore. Mais, ce geste, que faire ? Il n’avait pas l’habitude de ce genre de réactions, surtout dans un moment pareil. Il fallait se presser, mais comment se dégager sans être trop brusque ? Il maudissait son impuissance pour gérer ce genre de situation. Le roi posa ses mains sur les épaules de son épouse pour la dégager, mais il ne le fit pas. Il sentit des frissons parcourir le corps de sa femme. Il trouva une explication de son comportement.

« - Rhahahahahahahahahahahahahaha ! RHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA ! »

Apparemment, Baldr les avait rejoints. Il n’y avait que lui pour rire dans un moment pareil. Surtout que son rire était très caractéristique. Impossible de le confondre avec un autre. Il était vraiment ingérable. Ce bougre serait capable de réveiller tout le château rien qu’en rigolant.

« - Baldr ! Josh ! Laissez-nous ! »

Josh s’inclina avant de partir, mais le roi ne le vit pas, ses yeux étaient concentrés sur sa femme frigorifiée. Il entendit l’ancien pouffé de rire jusqu’à la salle de garde. Seuls, ils étaient enfin seuls. Il allait enfin pouvoir se concentrer sur ce qu’il avait à faire, et rien d’autre. Il avait très bien écouté sa question, mais il n’avait pas envie de répondre. Il n’avait pas envie de penser à la réaction de son père lorsqu’il l’apprendra. Enfin, pour le moment, il n’avait pas d’y penser. L’Opalien étreignit sa femme quelques instants. Bizarrement, se simple geste lui fit presque oublié pourquoi il était là. C’était la première fois que cela lui arrivait. Enfin, la première fois, non, cela lui arrivait tout le temps lorsqu’il lisait, mais c’est une autre histoire.

Il se passa facilement cinq minutes, puis dix minutes. Sans qu’un mot soit prononcé. Niveau rapidité, c’était raté. Mais pour Elend, le temps qui s’était écoulé, devait être trente secondes. Il finit enfin par se reprendre. Ils devaient partir. Le jeune roi rassembla toute sa volonté pour se dégager de l’étreinte et il repoussa doucement son épouse. Ils devaient mettre les voiles au plus vite. Partir, il fallait partir, au plus vite. Il sorti la cape à capuche qu’il avait emmené en plus, pour elle.

« - Mettez ceci. Cela vous tiendra chaud, et permettra que l’on vous remarque moins dans le noir. Rejoignez-moi, une fois que c’est fait. »

Elend sorti de la cellule lentement, et se posta devant la porte de la salle de garde. Il préférait rester dans le coin, il n’était pas sûr que sa compagne est la force de se débrouiller toute seule.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Jeu 19 Avr 2012 - 15:18

Dans les bras d'Elend, je respirais tout doucement, je m'endormais tranquillement. J'étais si bien. La chaleur agréable qui émanait de cet homme envahissait mon corps ce qui m'empêchait de frissonner davantage. Un être maigrichon comme lui, je ne savais pas qu'il pouvait dégager autant de chaleur pour une deuxième personne. C'était normal puisqu'il était adapté dans un climat plutôt froid alors que moi c'était le contraire. Étant habituée dans un royaume plutôt chaud alors qu'Opale. Je pense sans cesse que c'est l'hiver, donc, je dors mal et surtout j'ai tout le temps froid. Donc, dans ses bras, j'étais bien même s'il était étonné. Étonné que je fasse un pareil câlin. C'était tout à fait normal, je l'engueulais tout le temps, mais c'était le passé non ? Il voulait me protéger de son père et il était venu me libérer enfin, je l'espère !

Je m'endormais petit à petit. Je me sentais tellement bien que je voulais y rester cependant, quelque chose m'avait fait sursauter et c'était le rire d'un des gardes de nuit. Il était là, il riait très fort et je pouvais voir le plus jeune. Il était mignon, mais il n'était pas mon genre. Par la suite, je les voyais s'en aller sous l'ordonnance du roi que j'avais dans les bras. Ne cessant jamais de rire. Le plus vieux, il était réellement intriguant ce qui m'avait fait sourire un peu. Une minute, j'avais souri ? Ça se pouvait, j'était très fatiguée aussi.

Ce qui m'avait surpris, c'était le fait qu'on soit, Elend et moi, seule dans le cachot et que finalement il fermait ses bras. Me faisant un câlin. C'était le coup fatal. Je fermais les yeux et je cachais mon visage dans son cou pour m'endormir. Aller plus rapidement que prévu dans le royaume des rêves et de rêver à rien. Pendant cinq, dix minutes je crois ? Il avait bougé donc j'ouvrais les yeux. Que faire dans un moment pareil ? J'étais bien dans ses bras, c'était comme si une femme dormait dans les bras de son amant, mais dans ce cas-ci c'était autrement. Je me sentais une femme importante dans ses bras étrangement. Pourquoi ? Tout ce que je faisais avec lui, c'était des engueulades. Pourquoi il était si gentil avec moi ? Il faudrait que je change mon attitude envers lui, surtout quand il me repoussait et me donnait une cape avec un capuchon. Il voulait que je me réchauffe et surtout il voulait vraiment que je m'évade...

J'étais réellement touchée.

Je le voyais s'éloigner et sortir de la cellule. Aller ce poster au loin, quoi. Je le regardais tout le long. On ne m'avait jamais offert un truc de ma vie, bon sauf les parents, mais côté garçon, jamais. Il était l'unique. L'unique qui pensait à moi, l'unique qui m'aidait et l'unique qui me parlait. Le roi était peut-être un abruti, mais un abruti qui aidait volontiers. Étrangement, je prenais la cape pour la serrer contre moi en souriant. Il était con, mais spécial comme jeune homme.

J'essuyais mes yeux pour me paraître un peu plus réveiller et surtout moins bizarre dans la face à cause de mon maquillage et tout. Puis doucement, je me relevais pour aller mettre la cape sur mes épaules. Mettre la capuche sur ma tête et me cacher le plus possible. Il avait un mais. Si Elend pense que je ne me débrouille pas assez, il allait être servi ! J'étais peut-être fatiguée, mais on m'avait réveillé ! Je savais que j'avais des talons hauts et que cela allait résonner partout où je vais, donc j'enlevais mes talons que je prenais soigneusement dans mes mains. J'allais rejoindre mon idiot de roi silencieusement et quand j'arrivais près de lui... Je me sentais très petite.

« On irait où ?» lui demandais-je tout bas en étant à ses côtés.

Je lui prenais la main, car je savais que malgré les quelques mois que j'étais ici, je ne savais pas par coeur le château. Je ne voulais pas me perdre ni le perdre de vu, s'il s'en allait quelque part et que finalement je me trompe de chemin. C'était pour cela, mais pour aussi dire que j'avais confiance en lui, en fait pour le moment, car il restait toujours un homme. Sur la pointe des orteils, je lui donnais un baiser sur la joue, mais non... Je titubais sur la pointe des pieds et pouf ! Je l'avais embrassé sur les lèvres. Je me retirais brusquement en rougissant. J'avais perdu mon premier baiser. Je voulais lui donner un baiser sur la joue, car c'était réellement gentil de sa part de venir me voir et de m'aider à sortir de là, mais les lèvres ce n'était pas voulu de ma part. Il aurait pu être comme son père et dénigrer les femmes. Il aurait pu avoir eu la peur de sa vie et de ne pas venir me voir. Il aurait pu venir me voir et de me laisser là aussi. Faire une petite visite, mais ça, je l'aurais mal pris. Qu'il soit finalement venu, mais qu'il reparte aussitôt parce qu'il n'avait pas de cran ! Bref, il était là et c'était ça l'important. Je lui tenais la main et je lui avais donné un baiser sur les lèvres. C'était tout ce qu'on pouvait comprendre dans ce texte.

Je rougissais et je rougissais. Je n'avais pas réellement fait ça ? J'étais tombée et sérieusement me voilà troublée par le fait que j'avais embrassé le roi ? J'étais troublée et tout ce que je voulais c'était éviter son regard. J'ouvrais la porte de la garde en rentrant et en tirant Elend de me suivre. J'avais baissé la tête pour qu'on ne voit pas que j'était comme une tomate. Comme une pierre. Que j'étais rouge écarlate et que ça ne voulait pas se dissiper. Cependant, quand Baldr se penchait devant moi, il éclatait de rire. Je crois qu'il a su en voyant nos tronches qu'il s'était passé quelque chose qui n'était pas prévu dans ce genre de situation.

« Est-ce qu'on peut s'en aller oui ou non ?» vexais-je en écoutant le rire qui répétait dans ma tête.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Mar 22 Mai 2012 - 6:49

Contrairement à ce qu’il pensait, elle ne semblait pas si fatiguer que ça. Lui, il était habitué à veiller toute la nuit, donc, il était en pleine forme. Mais… Mais… Elle faisait quoi là ? Pourquoi elle lui prenait la main ? Comme ça ? Si soudainement ! Le visage d’Elend vira rapidement au rouge, mais heureusement que la pénombre ne permettait pas de le voir. Une chose le frappa, c’était la première fois qu’il voyait son épouse sans chaussure, donc sans talon. Elle était si petite et paraissait si fragile dans cette cape. Peut-être était-ce dû à la fatigue, mais c’est vraiment ce qu’elle paraissait, vulnérable. Il ne serra pas trop sa main, de peur de la lui briser. Oui, à cet instant, elle dégageait beaucoup de fragilité, enfin du point de vue du jeune roi.

Mais, elle faisait quoi encore ? Pourquoi était-elle sur la pointe des pieds ? Hein ? Mais, pourquoi son visage est aussi proche ? Hein ? Heeeeeeeeeiiiiiiiiiiiiiiin ? Le visage rouge devint écarlate de surprise et de gêne. Pourquoi ce baiser ? Il n’avait rien fait qui méritait de tel. Bien entendu, ils étaient mari et femme, donc, ce genre de chose devrait être banal, mais non. C’était leur premier baiser. Son cerveau avait arrêté de penser, c’était comme si le temps s’était arrêté une seconde fois. Mais cette sensation ne dura pas longtemps lorsqu’il se sentit tiré dans la salle de garde. Les deux gardes étaient à leur poste. Il ne savait pas combien de temps il s’était écoulé depuis, mais vu le sourire qu’affichait l’ancien, le temps et la pigmentation actuelle de sa peau devait en dire long, très long même.

D’ailleurs, il ne tint pas son sourire longtemps puisqu’il lui fallut que quelques secondes pour éclater de rire. Josh était plus réservé, surement dû à son propre gêne et sa peur lorsque l’ancien roi va apprendre ce qu’il s’est passé. C’est à peine si il écouta que Vine avait dit quelque chose, mais il sortit en entrainant sa compagne avec lui. Ils avaient mis trop de temps, beaucoup trop de temps. A deux, ils allaient être plus lents et beaucoup moins discret. Lorsqu’il ferma la porte derrière eux, il rabattit son capuchon sur sa tête et attisa son étain. Le couloir sombre devint aussi lumineux que s’il était éclairé en plein jour.


« - Mettez votre capuchon et suivez-moi le plus silencieusement. Evitez de me perdre de vue également, si je vous dis de courir, courrez dans la direction que je vous indique sans vous retournez. Je serais plus apte à me débrouiller que vous, ici. »

Sa voix était presque inaudible puisqu’il voulait être discret et qu’à ses oreilles, il chuchotait. Mais dans le doute, il répéta ce qu’il venait de dire plus fort, pour lui il parlait normalement, et il pouvait entendre l’écho de sa voix dans le long couloir vide. Avoir une ouïe affinée pouvait rendre paranoïaque, chaque bruit, même leurs respirations étaient pour lui, un moyen de se faire repérer. Cette peur s’empara de lui, il n’avait jamais effectué ce genre de chose en étant accompagné, enfin accompagné par une personne normale.


Dernière édition par Elend le Mar 22 Mai 2012 - 17:11, édité 1 fois

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Mar 22 Mai 2012 - 15:08

C'était vrai que j'avais raté mon baiser sur la joue. Je ne pouvais pas aller dans le passé et recommencer pour ne pas tomber dans sa bouche. Si j'avais ce pouvoir, je l'aurais fait depuis longtemps. Bien me comporter devant l'ancien et de ne pas faire crier les servantes pour ne pas que cela atteigne l'ancien. Si je pouvais, j'aurais été jusqu'à l'époque que je vivais encore à Turquoise et d'essayer de convaincre mon père, mais plus que je réfléchissais, plus que je me disais que ce n'était pas si mal, il fallait juste : aller de l'avant. Honnêtement, je pensais tellement qu'Elend serait le portrait cracher de son père ayant moins de couille, mais regardez ce que nous en sommes désormais. Il était là à m'aider à sortir de ce cachot. Il était gentil et je trouvais cela rigolo de le sentir hésitant concernant ma main. Il me trouvait si fragile ? Il ne devrait pas. J'étais peut-être une femme, mais je restais fort en caractère.

Quand on rentrait dans la section où que les gardes se reposaient. C'était inévitable que le vieux gardien ne riait pas de cette situation. Il riait, j'étais gênée de cette situation, puisque ce n'était pas du tout voulu que je l'embrasse et qu'il soit, sur un vite coup d'oeil, rouge écarlate. Pourquoi il rougissait ? Pourquoi je rougissais qu'il rougissait ? C'était assez intimidant surtout avec le rire qui résonnait dans ma tête. Heureusement, qu'on partait de cette place pour aller dans un corridor.

Un corridor si sombre, si noir que je voyais à peine à quelques mètres de moi. Bon, je ne savais pas comment Elend avait pu faire pour se rendre dans les cachots malgré qu'il doit connaître réellement par coeur le château. Comparer à moi qui ne connait que le chemin pour aller à la salle à manger, la chambre et les jardins et mise à part ça, je restais assez craintive de me parcourir dans le château de peur de me perdre. Même si ça pourrait m'aider à connaitre davantage le château. Peut-être, j'irais parcourir quand tout cela soit de l'histoire ancienne. Puis que la tension disparaisse de cette atmosphère.

Je voyais vaguement Elend se tourner vers moi et je regardais ses lèvres bougées. Il disait quoi en ce moment ? Je m'approchais de lui et ce que je pouvais entendre c'était sa fin de phrase. Hein ? « Plus apte à me débrouiller que vous » ? Est-ce qu'il pense que je ne savais pas me débrouiller ? Il ne savait pas que lorsque j'étais à Turquoise on n'avait pas réellement d'affinité entre frère et soeur surtout quand l'un était l'héritier du trône ça pouvait donner un grand froid, malgré que ça ne me dérangeait pas. J'avais des amis (es) et là, mon seul ami était mon mari, c'était décevant et d'ici-là c'était encore un inconnu, une simple connaissance que je n'essayais pas de connaitre. Bon peut-être ça changerait en temps et lieu pour l'instant je me concentrais sur ses paroles qui répétaient en chuchotant cette fois.

Ah ! Là, je comprenais parfaitement ! Je profitais de ses explications de lâcher sa main et de mettre mon capuchon avant de reprendre sa main. Je ne voulais pas me ramasser quelque part que je ne savais pas où qu'on était en réalité. Puis avoir compris la première fois, j'aurais dit de se taire, mais comme ce n'était presque inaudible et qu'il fallait que je sois à côté de ses lèvres pour comprendre quelque chose, ça désolait un peu la situation.

« Mais Elend... Je connais pas aussi bien le château que vous.»

J'avais chuchoté également, mais je me ressaisissais, au pire. S'il connaissait aussi bien le château et qu'il voyait complètement dans le noir, il pourrait également m'aider à me retracer. Bon, je me sentais un peu banane à ce sujet, mais il fallait un début à tout pour la découverte si c'est pour m'échapper de ma prison.

Il commençait à marcher que je suivais de suite pour ne pas le perdre où qu'il s'en allait. D'une main j'avais sa main, mais de l'autre je tenais mes souliers à talons haut fermement pour ne pas que ça tombe et que j'alerte les gardes qui faisaient sûrement leur ronde à l'heure qu'il était. Je respirais, j'étais très nerveuse de cette situation et je me méfiais, j'avais peur de me rendre à un endroit où que finalement on était les deux en tête-à-tête et qu'il décide d'aller dans ses pulsions. Je restais tout de même une jeune femme de seize ans qui était marié avec un jeune homme de vingt ans. La vie pour moi n'avait même pas commencé alors que lui si. Espérons que tout va bien aller et tout va aller pour le mieux pour aller me coucher même j'avais de l'adrénaline.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Mer 23 Mai 2012 - 4:07

Elend sourit lorsqu’elle mit son capuchon. Très bien ! Au moins, ils allaient peut être pouvoir passer inaperçu dans la pénombre. Les torches étaient trop dispersées pour permettre à quiconque de voir correctement, enfin, une personne normalement constitué. Par contre, elles permettaient quand même de voir s’il y avait des personnes indésirables qui se baladaient, si on savait faire attention. Mais les gardes ne se déplace qu’avec des torches, donc, c’est chose facile de les repérer de loin. Surtout lorsqu’on voyait comme en plein jour comme lui, enfin, il connaissait tellement bien le château qu’il pourrait s’y promener les yeux fermés sans se prendre un seul mur. C’était sa maison après tout, vaste, mais sa maison quand même.

Lorsque Vine chuchota, Elend cru qu’elle criait et eu un moment de panique avant de se rendre compte qu’elle avait seulement chuchoté. Son ouïe surdéveloppé n’était vraiment pas un cadeau lorsque l’on est sur les nerfs. Il mit un petit moment avant de retrouver son calme puis se mit avancer doucement, en faisant le moindre bruit possible, sentant la paume, maintenant chaude de son épouse dans la sienne. Il pouvait sentir le moindre pore de la peau à cause de sa sensibilité actuellement, mais il s’en fichait, ce simple lui donnait du courage. Il fallait qu’il avance, qu’il la sorte de là. Hors d’atteinte du vieil aigri rageur qu’est son père.

Pour cela, il avait plusieurs idées. Bien sûr, la ramener à la chambre n’était pas une bonne idée, puisque ce que serait surement là qu’elle serait découverte le plus rapidement. Sinon, il y avait ses planques. Celles que l’opalien utilisait lorsqu’il était jeune pour échapper à son père ou lire tranquillement et pour faire ses expériences sur les métaux. Bien sûr, il ne pouvait pas se permettre de lui montrer toutes les planques, sinon, il ne pourrait jamais avoir la paix. Il fallait en trouver une. La plus proche serait surement le mieux. Elend prit un virage et se retrouva face à un mur. Mur tout ce qu’il y a de plus banale, hormis une pierre qui est d’une couleur légèrement plus clair que les autres.

Pour pouvoir la discerner des autres, il fallait vraiment avoir des bons yeux, des yeux comme le roi d’Opale. Il fit bien attention que son épouse de trouvait près de lui et appuya sur la pierre. Le mur fit un demi-tour sur lui-même, entrainant avec lui le couple royale. Elend se demandait comment ce mécanisme fonctionnait, et il avait toujours eu envie de l’étudier, mais jamais prit le temps de le faire. Il faudrait qu’il comble cette lacune, un de ces jours. Pour inventer un tel système, leurs ancêtres devaient être des génies. Il fallait vraiment qu’il prenne le temps de l’étudier. Ses pensées revinrent au bout de deux ou trois secondes sur ce qu’il l’attendait. Des escaliers, impossibles à discerner dans l’obscurité, même pour lui. Il n’y avait aucune source de lumière dans ce passage secret. Il se tourna vers son épouse, enfin sembla se tourner vers son épouse, c’est juste sa respiration qui lui donnait une idée de son emplacement.


« - Vous allez devoir abandonner vos chaussures ici. Elles vous embarrasseront plus qu’autre chose dans cet escalier obscur. Il n’est pas impossible que vous trébuchiez, que vous lâchiez prise et que le fracas alerte tout le château. Parce qu’après tout, cet escalier traverse plus au moins la moitié de l’édifice, donc, le moindre bruit importun dans une nuit aussi silencieuse que celle-ci se ferait tout de suite remarquez. A moins que vous ne vouliez retournez la charmante petite pièce que vous venez de quitter. »


Il avait chuchoté très bas, et plus il avait parlé, plus il s’était approché de l’oreille de sa compagne. Il voulait être discret, cela raisonnait facilement ici, mais moins, il était impossible qu’un garde passe. Mais pourquoi n’avait-il donc pas pris de torche ? Il aurait dû prévoir qu’il allait passer ici au retour.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Jeu 24 Mai 2012 - 20:18

Sérieusement, je ne savais pas comment je faisais pour avoir une confiance aveugle en cet homme. Il était quand même un inconnu en qui, on m'avait forcé de marier. En qui, je refusais de le connaitre. En qui, je ne trouvais pas intéressant et pourtant, en me querellant avec... j'apprenais petit à petit à le connaitre. À commencer à apprendre qui il était réellement. Il commençait à être plus intéressant que l'enfant gâté que j'avais rencontré la première fois.

Les mots qu'il disait fréquemment, je ne les entendais plus. Les "moi, je " et la possession m'étouffait de plus belle. Comment je pouvais vivre dans un cas pareil, alors que je vivais avec un homme que c'était CHEZ LUI, que c'était SA chambre, que c'était SA demeure. Qu'il était le PATRON des lieux et ce que je pouvais faire c'était de me morfondre dans l'unique salle qu'on m'avait dirigée pour tenter de faire une chose qui m'avait traumatisé. Comment faire des actes érotiques avec lui même si je ne connaissais pas du tout le roi ? Je ne voulais pas et peut-être que je ne voudrais pas non plus. Toutefois, j'avais l'impression que mon avis envers cet homme que je croyais tel un enfant gâté, changeait petit à petit. Ça me troublait

En ce moment, je sentais légèrement qu'Elend était tendu. Si, je l'étais, mais moins que lui puisque j'avais de l'adrénaline. Je n'avais jamais fait cela de ma vie auparavant, quand je vivais à Turquoise. Turquoise, un royaume qui faisait chaud et légèrement froid. Turquoise que l'eau était légèrement turquoise et que toutes les pierres précieuses turquoise faisaient fureur. Turquoise avait de beaux champs à cultiver, c'était charmant, chaleureux, j'aimais bien le jardin que j'avais là-bas. Malheureusement, j'avais déménagé dans un royaume qui faisait plus froid que d'autre chose. Je voyais de la neige alors que je ne voyais pas auparavant. Je voyais de la verdure et des bâtisses et non des bâtisses et du blanc. Sur ce point, ça me décourageait, mais ce qui me décourageait encore plus, c'était le fait que je n'essayais pas de m'intégrer. J'étais pourtant bien sociable, mais on ne dirait pas.

On avait commencé à marcher et j'avais terriblement peur de faire du bruit qui pourrait attirer des oreilles inconnues. J'avais peur d'éternuer dans un moment pareil et d'alerter tout le château. J'avais peur de trébucher et que finalement on se fait repérer. On ne savait pas, mais j'avais peur. Terrifiée que je n'osais même pas bouger. Apeurée au point d'avoir les mains moites et je ressentais en tenant la main de mon époux, de mon unique ami, de celui qui est venu me chercher au-delà des jardins pour aller me libérer dans les cachots.

Je le suivais sans même réellement voir. Je le suivais sans même mémoriser le chemin puisque je ne voyais rien. Je le suivais de près, point. Jusqu'à temps qu'on s'arrêtait et qu'il faisait je-ne-savais-quoi pour que le mur s'ouvre. J'étais bien curieuse où ce passage secret pourrait y mener et étonnamment on rentrait quand le mur se refermait. Il me chuchotait à l'oreille et depuis la dernière fois, je tentais de m'approcher, mais il le faisait à ma place. Me disant de laisser mes souliers ici. Me disant que j'avais des possibilités de trébucher, mais avec les souliers seraient plus bruyants. Je me mordais les lèvres, c'était ma pair préférée et... C'était rare que j'enlevais mes souliers sauf si j'avais horriblement mal au pied. Je les déposais sur le sol avec désarroi, un beau jour peut-être que je tomberai sur ma belle pair de soulier à talon haut.

Même s'il m'avait dit si je voulais retourner dans ma petite pièce qui était la cellule. Je me disais non ! J'étais peut-être égoïste sur certain point. J'avais peut-être un mauvais caractère, mais je ne voulais aucunement pas retourner dans le cachot. J'avais plus froid que dans mon lit et... Enfin ! Non ! Je ne broncherai pas, je n'abandonnerai pas ! Je m'en allais continuer quand soudainement mes orteils atteignaient une surface assez dur et froide pour mes orteils. Mon souffle était coupé et une chance que je m'étais retenue pour ne pas me fracasser le visage sur les marches des escaliers.

« Aye... ! »

Disais-je dans un souffle. Disais-je dans un chuchotement qui contenait des larmes de douleur. Ça faisait très mal et enfin... Je n’allais tout de même pas cesser pour un détail douloureux comme celui-là. À la place de serrer la main d’Elend, je serrais désormais plutôt le bras. Tel un beau soutien d’un homme galant. Un soutien qui m’aiderait énormément à monter des escaliers qui étaient invisibles à mes yeux vus. À moins que le roi actuel avec des pouvoirs magiques. Ce qui m’étonnerait fortement.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Dim 27 Mai 2012 - 9:15

Elend fit la même chose que sa femme lorsqu’il l’entendit s’agiter, c'est-à-dire enlever ses bottes. La semelle était dur, cela ne gênait pas dans le couloir, mais ici, l’étroitesse du passage faisait que le moins son était amplifié, surtout au milieu de la nuit. Il en profita pour mettre leurs chaussures dans son sac maintenant vide. Il se retrouva ainsi pieds nus, sentant la fraicheur de la pierre sous ses pieds, une fraicheur fortement désagréable, car pour lui, elle était glaciale ! Il pouvait également les défauts des pavés, lui causant une douleur atroce, mais il ne laissa rien paraitre, il était habitué. Il détestait vraiment ce contre coup de l’étain. Il ne pouvait pas affiner qu’un seul sens, il n’avait pas le choix, c’était tout ou rien, et généralement, cela provoquait plus de désagréments que d’avantages.

C’était un passage secret, certes, il n’y avait pas grand monde qui a dû y passer au fil des siècles, mais ce n’était pas entretenu. La pierre était beaucoup plus coupante, pour quelqu’un qui a la peau sensible, ici que dans le couloir. Il dut se contraindre à brûler du potin pour s’aider à supporter la douleur. Il n’avait guère le choix, car il savait que dans quelques minutes, il allait crier de douleur et ameuter tout le château. Le roi se sentit plus fort, le métal faisait son effet. La douleur était toujours aussi vive, mais il était capable de l’endurer. De plus, le potin avait un autre avantage à cet instant précis. Il allait accroitre son équilibre, fort utile pour éviter de se rompre le coup même si il connaissait ses escaliers par cœur.

Elend prit une inspiration et chercha la première marche à tâtons. Il se représentait plus ou moins la distance, mais mieux valait être prudent. Il ne désirait pas se fracasser le pied dès le départ. Ses orteils finirent par entrer en contact avec la surface désirée. Il monta ainsi la première marche, maintenant qu’il avait commencé son ascension, le reste allait être un jeu d’enfant puisqu’elles étaient égales. Aucun n’avait été usé pas le passage répétitif de millier des personnes comme les escaliers communs mais justement c’est cela qui les rendait si douloureuse, aucune n’étaient arrondies et polies par le temps et la foule. Elles étaient rigides et nets pratiquement comme à leur premier jour.

Le jeune homme sentit sa femme suivre avec hésitation. Normal, elle était aussi aveugle que lui ici, sauf que contrairement à lui, elle ne connaissait pas l’endroit. Elle ne savait même pas qu’elle forme adoptait l’escalier, droit, en colimaçon ? Bon, pour l’heure, c’était un escalier droit qui montait légèrement avec plusieurs bifurcations, donc, il était relativement simple même si les marches étaient plus hautes que la moyenne. Plus haute ? Il avait oublié la prévenir de ce détail relativement important pour quelqu’un ayant la taille de son épouse. Mais, trop tard, elle gémissait déjà de douleur avant qu’il n’est eu le temps de la prévenir. Quelle andouille, il pouvait être ! Encore heureux qu’elle était arrivée à se contenir, rattrapant ainsi la bourde se son époux.

Elend sentit la petite main moite qu’il avait dans la sienne la quitter, avant de sentir une pression au niveau du bras. A ce rythme, ils n’étaient pas arrivés. Il restait encore du chemin. Il restait qu’une solution pour accélérer le mouvement et éviter de se faire repérer pour autant. Mais il n’était pas sûr qu’elle l’apprécie. De son bras libre, il chercha où se trouvait sa jeune femme. Ses doigts rencontrèrent ses cheveux, avant de descendre pour trouver son épaule. Il chuchota :


« - Excusez-moi ! »

Avant de dégager son bras, et de la prendre au niveau des genoux pour la porter. Son bras gauche la portait au niveau des épaules. Le potin lui donner la force et l’équilibre nécessaire pour grimper les escaliers, pour lui, elle ne pesait maintenant presque rien. Et il s’enfonça ainsi, dans le couloir qui montait ignorant la douleur qu’il ressentait au niveau des pieds.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Mar 5 Juin 2012 - 1:07

Honnêtement, il aurait pu m'avertir pour les escaliers. J'étais aveugle et lui, il avait l'air à voir dans le noir ce que je trouvais plutôt étrange en y pensant bien. C'était vrai que j'aurais pu l'attendre quand il mettait nos souliers dans le sac. C'était vrai également qu'il aurait pu me dire à propos des marches. De leur forme. De leur état. La grandeur aussi. On dirait que non, ça lui avait complètement sorti de l'esprit et voilà que je souffrais. J'avais mal à mon bout de pieds. Heureusement, qu'il fallait qu'on soit discret, car j'aurais pu crier plus fort pour avertir le monde entier où que nous sommes réellement. Je n'avais aucun problème. Avoir su, j'aurais préféré mourir geler dans les cachots que de me faire mal et de me promener nu pied partout dans le château.

Avoir su d'avance ces événements, je me tiendrai tranquille quand il s'agissait d'Elend et peut-être qu'à l'heure qu'il l'est, je serai dans un bon lit, au chaud, aux pays des rêves puis de tenter d'oublier cette histoire. Malencontreusement, non. La vie avait choisi autrement. Au point, d'aller dormir que quelques minutes dans le cachot, avoir donné un câlin à mon inconnu de mari, marcher à l'aveuglette pour être ici. Dans la noirceur totale que je ne voyais même pas le bout de mon nez. Une chance que je tenais fermement le roi, une chance, car je paniquerai. Je serai en état de crises. Jamais auparavant, je n'ai jamais été dans le noir total. Dans le noir comme dans les catacombes, on dirait.

Puis, je le sentais légèrement bougé. Comme s'il avait grandi. Comme s'il avait réussi à monter une marche alors que moi je restais au rez-de-chaussée ne voulant pas monter de peur de me fracasser. De m'étendre de tout mon long sur les marches du château d'Opale et de souffrir parce que j'avais eu un mauvais atterrissage. Bon, je trouvais cela étonnant que lui ait trouvé la marche alors que moi, habituée des autres, je m'étais fait mal. Est-ce qu'il venait souvent ici ? Ça serait fortement plausible comme situation. Même un homme, qui savait sa maison, aurait su ce passage secret ne l'aurait pas trouvé dans le noir. D'ailleurs, tellement qu'il faisait noir, je ne savais même pas dans quel corridor et surtout dans quel mur où était ce passage. Cependant, il avait une intrigue. Où allait déboucher ce passage ? J'avais une crainte, j'avais une angoisse qui commençait à monter en moi, comme une crise d'angoisse quand... J'ai senti un contact avec mes cheveux.

Par réflexe, j'avais esquivé légèrement se contact, mais je me disais qu'il voulait savoir où j'étais réellement. Donc, énormément méfiante, je le laissais faire. Sentant sa main dans mes cheveux, qui descendait tranquillement vers mes épaules que j'avais eu un frisson. Pourquoi un frisson dans un endroit pareil ? Je savais que j'avais tout de même froid parce que mes pieds n'étaient pas chaussés, mais pourquoi avais-je eu la chair de poule ? Ça m'intriguait au point que j'ai été surprise de ne plus sentir son bras et de me sentir comme si on me levait.

Un simple excusez-moi que je n'avais pas pris en cause que je me ramassais dans ses bras. Telle une princesse dans les bras d'un prince.... Ma foi ordinaire, je lui chuchotais :

« Mais... Q-qu'est-ce que vous faites ?»

Je me sentais gênée. J'avais honte. Jamais de ma vie, on m'avait pris de cette façon. J'avais peut-être un handicap côté visibilité, mais ça ne lui donnait pas le droit de me tenir, de me prendre de cette façon. Comment dire... Dans une telle situation, je me sentais comme si j'étais un fardeau. Comme si mon "aventure" était pour me faire sortir de ma cellule par culpabilité et non pour affection pour moi. Comme si c'était une obligation pour son égo. Comment je pouvais me sentir dans un cas pareil ? À moins que tout cela, c'était que des idées.

« Dites... On va se retrouver à quel endroit rendu là-haut ?»

J'avais encore chuchoté, mais cette fois près de son oreille et plus bas pour ne pas le rendre sourd. J'avais déjà posé la question plus tôt, concernant d'où qu'on y allait, mais il n'avait pas répondu. Là, je repose de nouveau et je désire absolument d'avoir une réponse, qu'importe la réponse. Je voulais me faire à l'idée avant. Bref, cette prise de tête m'épuisait énormément, alors tranquillement j'avais déposé ma tête sur son épaule, pour enfin finir par sortir de ce corridor de la souffrance.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Mar 5 Juin 2012 - 16:14

Elend continua à monter les marches en faisant bien attention que la tête de son épouse ne frotte pas contre le mur, comme ses pieds nus d’ailleurs. Mais normalement si il continuait à marcher dans cette direction, cela ne devrait pas arriver, mais c’était plus au croisement qu’il allait devoir aborder qu’il craignait. Le couloir allait être moins large, mais bon, il n’était pas encore arrivé. Il avait encore le temps de réfléchir, surtout à ce rythme. Il avançait vraiment lentement avec son fardeau. Bien sûr, il pouvait aller plus vite, mais qu’un gringalet comme lui, arrive à monter les marches deux par deux sans effort, serait extrêmement suspect. Elle ne voyait rien, comme lui, mais sa vitesse de déplacement se ressentirait quand même. Il préféra continuer à ce rythme lent mais acceptable tout de même.

Il avança ainsi quelques marches avant d’écouter le chuchotement de son épouse, comme si le volume avait été mis à fond pour ses pauvres oreilles sensibles. D’ailleurs pourquoi gaspillait-il de l’étain dans le noir complet avec ses pieds dénudés qui criait de souffrance ? Il était vraiment bête parfois. D’accord, l’étain était le métal qui brûlait le plus lentement, mais quand même, dans un endroit comme ça, il avait que des désavantages ce qui était plutôt gênant. Le roi arrêta d’attiser son étain stupidement. Le cri de ses pieds n’était maintenant plus qu’un murmure lointain. Il se sentait apaiser maintenant. Il était maintenant capable de réfléchir à la réponse qu’il allait donner.

Il ne devait pas trop en dire, mais assez pour être tranquille. Il devait trouver le juste milieu. Mais comment lui dire sans rien dévoiler ? Il voulait garder sa planque secrète pour garder sa tranquillité. Ce n’était pas la seule qu’il possédait, mais en avoir une de découverte était fort désavantageux car la connaissance d’une planque permettait de découvrir les autres. Enfin, elle n’était pas relié, mais la logique pour les découvrir était la même à chaque fois. Les architectes étaient peut être ingénieux pour créer des emplacements secrets avec des mécanismes géniaux, mais pas pour avoir des idées pour les dissimuler différemment. Cela devait être la même personne, la logique était toujours la même, mais comme une seule personne pouvait créer ça ? Cela devait-être un maître magicien ou bien un dieu. Mais penser à la personne qui avait créé tout ça ne faisait pas avancer les choses. Il était peut-être temps de tenter quelque chose, il était dans le mutisme depuis trop longtemps.


« - Heu… Dans un endroit sûr pour vous. Un endroit où vous pourrez dormir tranquillement et manger un peu si vous en sentez l’envie. Un endroit loin de mon père. »

Il avait chuchoté. Habituer par une sensibilité auditive accru, il avait été tenté de crier pour s’entendre mais cela n’aurait pas été très discret. Donc, il s’est à peine écouté lorsqu’il adressa la parole à la jeune mariée. Mais cette impression allait rapidement disparaitre, cela était toujours ainsi après avoir brulé de l’étain. Il atteint le croisement, beaucoup plus rapidement qu’il ne le pensait. Il avait remarqué qu’il devait tourner car la marche était plus large, l’opalien avait essayé de monter une marche inexistante. Il fit donc un quart de tour sur la droite et avança à l’aveuglette. Espérant que son épouse ne se prenne pas l’angle du mur d’un côté ou de l’autre. Même en avançant très doucement, cela restait douloureux.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Mer 6 Juin 2012 - 16:53

Se promener tout bord tout côté tout en étant dans les bras de quelqu'un. Qu'on devait tout simplement attendre que la destination arrive plus vite. En attendant qu'il parle également pour répondre à une question que vous avez posée plus tôt. Attendre point. Il fallait attendre pour tout, mais on dirait que depuis qu'on m'a pris comme une princesse l'adrénaline partait pour que je puisse bailler doucement. Passant mes mains dans mon visage pour me réveiller ? Me réveiller aucunement, mais ça m'aidait plutôt à m'endormir. Je ne voulais pas m'endormir qui te dit qu'il allait en profiter. J'étais épuisée et je ne voulais qu'une chose dormir dans un lit douillet.

C'était en me répondant qu'il m'a permis de me réveiller quelque peu. Me réveiller pour quelle raison en particulier ? Ça restait un mystère que je devais déterminer un peu plus tard. Sinon j'avais une sorte d'impression qu'il n'avait pas tellement le goût de me répondre. Qu'il ne voulait pas. Comment si je me posait des questions pour rien. Pourtant, je voulais savoir pour ne pas que je panique pour rien. Je tenais à la bonté de mon âme que j'avais encore actuellement. Merci les dieux qui m'avaient permis d'avoir un entêtement qui décourageait le roi. Merci encore ! Pourquoi il évitait mes questions et pourquoi il ne voulait pas y répondre ? Je n'avais rien fait et d'ailleurs c'était la première fois qu'on se parlait doucement comparer les autres fois. Auparavant on s'engueulait, mais depuis qu'il est venu me "secourir" dans le cachot on se parlait calmement et même, je lui avais donné un câlin ayant besoin d'une source chaude pour me réchauffer un peu. Oui, j'avais froid et un bon bain chaud serait l'idéal à l'heure qu'il est !

Ça me faisait plaisir tout de même. Enfin, je pouvais entendre une belle réponse venant de sa part. Enfin, je pourrais me reposer convenablement et même être loin de son foutu père que je n’aimais pas du tout. Son père que je l’avais profondément dans mon cœur d’une manière ironique. Un père qui n’avait que son fils dans la vie. À ce que je savais, sa mère n’était plus de ce monde et j’étais l’unique femme de cette famille ce qui me désolait le plus haut point. Comme si j’avais un rôle si misérable pour le vieux puisque techniquement les femmes étaient considérées comme des inégaux des hommes. Je votais pour l’égalité des hommes et des femmes. Franchement, les femmes pouvaient faire ce que les hommes faisaient. Avec de la volonté et de la force, on était tous des êtres humains, mais on dirait que ça ne paraissait pas dans la mentalité de l’ancien roi, malheureusement. À bien y penser pour cet endroit, j’allais être comblée par l’absence du vieux croulant. J’avais déjà hâte d’y aller, manger un morceau et aller dormir dans les bras de Morphée.

Je souriais à cette idée d'être seule sans père, mais je me posais tout de même une question. Est-ce qu'Elend allait rester avec moi pendant mon séjour là-bas ? Je ne savais pas. J'allais lui poser la question quand soudainement j'avais senti quelque chose me cogner littéralement à la tête. J'avais eu un grand réflexe de me tenir la tête et d'aller enfouir mon visage dans le cou du jeune roi. Ça faisait mal. C'était une douleur assourdissante qui m'assommait avec un malin plaisir de me massacrer le crâne. Sentant que j'allais avoir une bosse. Sentant que ma boite crânienne devenait trop petite pour mon cerveau. Sentant que mes larmes montaient à mes yeux. Sentant également que je souffrais intérieurement. Une chance que c'était mon époux. Mon ami que je prenais un pur plaisir de l'envoyer se promener. Une chance que c'était lui, car je serai encore dans le cachot à l'heure qu'il l'est ou sinon je serai en train de gueuler pour la douleur que j'avais à la tête. Une chance que c'était lui point !

« Est-ce que vous allez rester avec moi ?» fis-je encore en chuchotant en m'assurant que je ne lui avais pas parlé dans son cou.

Justement non. J'avais étouffé mon cri en mettant mon visage dans son cou et par après, je respirais doucement pour faire passer la douleur en allant regarder... Le noir. Je soupirais doucement en essuyant les larmes qui coulaient avec autonomie sur mon visage avec ma main qui tenait ma tête. Oui, je reniflais, mais je ne pleurais pas pour autant pas pour une douleur telle que celle-là. J'étais quand même une femme forte, il fallait que je cesse de pleurer, cela allait faire la deuxième fois, que je pleurais devant lui et j'étais tannée de pleurer, j'étais trop épuisée.

« Une chance que c'était vous, car sinon je dirais adieu à subtilité... En tout cas, merci Elend de faire tout ça pour moi. Ça me touche... Énormément.»

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Elend le Dim 17 Juin 2012 - 16:21

Doucement. Il fallait avancer doucement, tout doucement même. Tout seul, il pourrait avancer bien plus vite, mais là, il ne pouvait pas avec ce fardeau dans les bras, un fardeau humain qui plus est. En plus, il l’a transportait pas vraiment comme un sac à patates ou sur son dos. Sans potin, il n’aurait vraiment pas aimé cette position inconfortable. Il continua d’avancer puis il sentit une légèrement résistance sur la gauche. Ce que le roi avait craint s’était réalisé. Bien entendu, il fallut que ça frappe au niveau de la tête, pourquoi pas les pieds ? Même si ça fait mal, c’est moins terrible que le crâne. Il s’attendit à l’entendre hurler, mais non. Pas un bruit, rien. Elle était beaucoup plus forte qu’il ne l’avait pensé. Se prendre l’angle d’un mur de pierre, certes doucement, mais cela avait de quoi faire hurler, surtout lorsque c’est fait par surprise, comme actuellement. Elend était étonné, il ne s’attendait pas une telle chose de sa femme qui ne faisait que pleurer et hurler. Elle n’était peut-être pas si faible.

Par contre, le roi l’a senti bouger après le choc mais sans se rendre vraiment compte de la nouvelle position de son épouse. Le métal qu’il brûlait actuellement réduisait énormément la sensibilité de sa peau. Il fit tout de même un pas sur la droite, ne sachant pas trop où se trouvait la tête de Vine actuellement. Il avança, toujours tout droit. Dans le noir, c’était dur d’avancer correctement, encore plus dans un couloir, les escaliers aident un peu à marcher correctement. C’est pour ça qu’il avançait plus lentement que lorsqu’il était dans les escaliers, un nouveau choc était si vite arrivé. Heureusement, le chemin à faire n’était pas long. Le bruit de ses pas commençaient à être audible correctement, le contrecoup s’estompait. D’ailleurs, son épouse ne mit pas longtemps à lui adresser la parole une fois l’effet estompé. C’était certes, le fruit du hasard, mais au moins, il ne devait pas lui demander de hurler, et ainsi se faire repérer, pour comprendre c’est qu’elle lui disait.

D’ailleurs, la question le désarçonna et pas qu’un peu. Il faillit tomber en s’entravant sur une pierre légèrement plus haute que les autres, mais l’agilité conférée par le potin lui permit de se rattraper comme s’il n’avait pas trébucher. Ce métal avait vraiment du bon. Dommage qu’il brûle si vite. Mais par contre, pourquoi pensait-elle qu’il allait rester ? Elle avait passé les six mois à mettre toute son énergie pour qu’ils ne se retrouvent rarement ensemble dans la même pièce, surtout dans la chambre puisqu’elle l’avait virée. Alors, pourquoi resterait-il ? Il l’avait libéré en parti pour contrarier son père et parce qu’il se sentait responsable de son incarcération. Son plan, c’était de l’emmener en lieu sûr, et de partir dans les minutes suivantes. Rester ne faisait pas vraiment parti de ses plans mais maintenant qu’elle abordait le sujet. Devait-il vraiment partir ? Cette question était simplement pour s’assurer qu’elle soit seule ou pour l’inciter à rester ? La connaissant, le choix était vite fait, c’était la première option la bonne.

Son temps de réflexion ne lui permit pas de répondre immédiatement car elle avait déjà enchainé. Là, il s’arrêta quelques secondes pour que le choc ne le fasse pas trébucher. L’opalien n’arrivait vraiment pas à comprendre cette femme. Que voulait-elle réellement ? Fallait-il se contenter de la première réponse qu’il désirait donner ? La changer ? Il était perdu. Que fallait-il qu’il fasse dans cette situation ? Il n’avait jamais été habile avec les dames, encore moins avec celles de son rang. Vine, était après tout, la première dame ayant le même statut que lui qu’il ait rencontré. Elle avait vraiment le don pour le désarçonner mais il devait faire un choix, au moins, cela lui permettrait de sonder sa réaction. Le choix qu’il fit était le moins risqué, celui qui n’allait pas la mettre en colère quoiqu’il arrive. Il n’avait pas vraiment besoin de ça, actuellement.


« - Je vais partir une fois que vous serez installé, chuchota-t-il, vous n’aurez plus besoin de ma présence auprès de vous. Vous pourrez vous reposez tranquillement. »

Elend réactiva son étain, il était quasiment sûr qu’il était arrivé. Oui, le mur laissait paraitre un peu de lumière, il était arrivé. Il ne laissa pas le temps à son épouse de répondre ou de réagir en la déposant sur le sol et activa une pierre sur le sol. Faisant décaler le piédestal de la statue qui cachait le passage. Le couloir était désert, bien. Il éteignit le potin presque épuisé. Une grande fatigue s’empara de lui, mais pas assez forte pour qu’il s’endorme sur le champ. Enfin, il était incapable de dormir actuellement, ses pieds lui faisaient extrêmement mal, et l’étain ne l’aidait pas. Mais, il n’était pas question de s’arrêter, ils étaient presque arrivé. Il fit quelques pas dans le couloir, ouvrant un passage secret caché derrière un tableau représentant une chasse. Il s’engouffra dans le passage ouvert, espérant qu’elle le suivait de près. Il avait hâte d’arriver.

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] 75892_blblbl2
Elend
Elend
Modo Grinch

Masculin
Messages : 1037
Rôle : Ancien roi d'Opale
Âge : 55 ans
Âme Soeur : Inconnue
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 12/07/2011


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Vine le Jeu 5 Juil 2012 - 14:03

J'avais mal au crâne et ça ne voulait pas s'en aller. Une douleur qui était toujours présente sur ma tête ne désirait pas s'en aller. Préférant me faire souffrir et d'avoir les larmes aux yeux. Étonnamment, je n'avais pas crié, mais je me retenais. Je me retenais de penser, de pleurer, de respirer, même de vivre. Je ne voulais plus rien faire ne voulant pas que mon cerveau travaille. Je voulais avoir du silence et de ne pas bouger. Pourtant... Elend bougeait à ma place et il me faisait bouger. J'avais mal, horriblement mal, j'avais une migraine qui montait et montait. Un maux de tête qui augmentait me voulant que du mal. Une souffrance si présente qui me faisait regretter d'avoir bougé de ma cellule. Je voulais retourner et de dormir, de souffrir en paix et de gueuler comme ça ne se pouvait pas pour une femme. J'avais mal, je voulais crier mon mal, mais j'endurais. J'endurais pour voir mon idiot de mari se fendre les fesses pour me sortir de cette situation. Concernant un père sexiste et de ses envies de contrôler la maisonnée. J'endurais et on dirait que c'était rien que pour lui.

Commençais-je à l'apprécier ? C'était mon unique ami, la seule personne dont je parlais réellement les disputes incluent. C'était l'unique qui "pouvait" me supporter même si en réalité non. Grâce à lui, j'évitais son père et il m'a même protégé, même demander si je voulais faire un voyage pour aller dans mon royaume natal. J'aurais bien aimé. J'aurais adoré en fait. De pouvoir voir mes amis et mes parents. Cependant, non. La vie a décidé autrement. C'était vrai que j'aurais eu une tendance à rester à cet endroit si chaud et confortable que dans le froid glacial d'Opale. Mais bon, il fallait que je survis. Il le fallait bien, après tout je voulais changer le comportement de monsieur l'ancien roi envers les femmes. On a le droit de faire ce qu'on veut non ?

Il avait failli trébucher ce que j'ai eu peur. Je ne voulais pas tomber dans un cas pareil et surtout c'était moi qui allait tomber. Moi qui allait tomber en premier et lui dessus moi ce que je ne voulais pas. J'allais avoir encore plus mal et je ne voulais en avoir d'autre douleur, déjà que je souffrais de la tête d'une douleur qui saisissait terriblement. Que je restais réveiller malgré moi. Que je restais attentive dans cette situation et c'était plus fort que moi. D'ailleurs, il m'avait chuchoté. Je l'écoutais attentivement - même si je n'avais pas le choix - me répondre en fronçant les sourcils et en fermant les yeux de douleur. J'avais hâte d'avoir de la glace, réellement hâte pour une fois.

Il devait partir une fois que je serai installée. Elend m'abandonnait pour partir comme si de rien ne s'était.. ? Comment allait réagir le père quand il allait me voir que je n'étais pas présente dans les cellules et même partout à travers le château ? Comment il allait réagir ? Il va engueuler le jeune roi, même peut-être le battre pour lui tirer les vers du nez. Je ne voulais pas autant de souffrance rien que pour me protéger. Il fallait que je fasse quelque chose, sinon on allait se battre pour moi même si c'était le cas. Les gardiens étaient du côté du roi et le jeune monarque m'aidait à "m'échapper" de cette punition qui était de ma faute à cause de mon caractère de cochon. Il disait aussi que je pourrais me reposer. Ça, je n'avais pas de troubles, tant que je n'avais pas de troubles-fêtes dans mon coin, je me reposais jusqu'à Amen. Cependant, j'allais réellement rester seule ? Est-ce qu'il avait un bain que je pouvais purger pour relaxer plus convenablement ? Est-ce qu'il avait de la nourriture que je pourrais manger à ma faim à la place du pain et de l'eau que j'avais reçu ?

Je voulais répondre, mais il me déposait pour faire je-ne-savais-quoi avec le mur pour qu'il s'ouvre. J'avais repris sa main pour savoir où j'allais, car sérieusement je ne savais pas où j'étais. J'avais pris sa main et on dépassait le mur. Je le suivais encore pour s'arrêter et de le sentir s'engouffrer derrière quelque chose. Honnêtement, j'étais perdue. Je ne savais pas le château du bout des doigts et j'avais l'impression qu'on était dans un labyrinthe que seul Elend savait l'entrée et la sortie. Je m'engouffrais dans un endroit avec une crainte. J'avais peur de me rendre quelque part et que je sois obligée de rester là pendant un sacré moment. Au point que ça soit mon tombeau, au point qu'on me tue à cet endroit et que personne ne sache pas ma disparition. J'avais peur, mais malgré ça, j'avais confiance à cet homme qui m'avait aidé à m'échapper. Que ce passe-t-il avec moi ?

_________________
Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Vinesign
Vine
Vine
Nouveau personnage

Messages : 34
Rôle : Reine d'Opale, mère de trois adultes.
Âge : 51 ans
Âme Soeur : Je n'ai qu'en vue que mon tendre époux.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 22/01/2012


Revenir en haut Aller en bas

Une vie royale (Flashback) [PV Vine] Empty Re: Une vie royale (Flashback) [PV Vine]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum