-31%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil à réduction de bruit active – Bose Headphones 700
274.01 € 399.95 €
Voir le deal

Tempête (libre)

Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Tempête (libre)

Message par Joêve le Dim 30 Jan 2011 - 21:17

J'étais couchée dans ma nouvelle chambre, celle que l'on m’avait assignée il n'y a pas si longtemps. Un vent glacial se hissait à l'intérieure de ma chambre et vint geler le bout de mes pieds et soufflant la seule bougie qui me procurait le peu de chaleur qu’elle dégageait. Soudain, quelques gouttelettes s’introduire à l’intérieur de ma chambre froide accompagner d’une éclaire qui illumina la nuit entière. Couchée bien profondément dans mon lit, j’avais des sueurs froides qui me coulaient le long du dos. Dans ma tête se déroulait cette fameuse nuit où j’ai perdu ma famille. Je me tordais dans tous les senses et je me débattais comme si je me défendais contre quelque chose d’imaginaire… Mes poings bien fermés, je frappais durement contre le mur comme si ma propre vie en dépendait, mais même le mal ne réussissait pas à me réveiller de ce cauchemar si réel. Des taches de sang s’imprégnèrent sur la pierre froide, mais je devais fuir à tous pris cet endroit…

Dans ma tête, dans mon rêve, je pouvais voir devant moi mon père qui jonchait le sol avec cette marre de sang autour de son corps inanimé. Je tournai la tête à ma droite, comme à toutes les fois où cet évènement se déroulait dans ma tête. Ma mère effrayée, terrorisée, criant au meurtre le visage ruisselant de larmes. Je voulais agir, faire quelque chose pour lui dire que tous va bien aller, mais mes muscles étaient tellement tendus que je ne pouvais en bouger aucun… Derrière elle, je voyais son tueur lever la chaise en bois, tout se faisait au ralenti… Dans un fracas, la chaise s’écrasa sur la nuque de ma mère, la tuer sur le coup.

Dans ma chambre, une éclaire frappa le sol de plein fouet. Un bruit assourdissant résonnait partout à des kilomètres à la ronde faisant vibrer tous les murs du château. Dans un geste de panique, je sursautai dans mon lit en poussant un crie de terreur. Moins d’une seconde plus tard, j’étais dans le couloir du château, pied nu et je courais vers l’extérieur. Mes mains étaient en ensanglantés et je ne l’avais même pas remarqué, de toute façon c’était la dernière de mes préoccupations… En tournant brusquement un coin du château, le sol était humide et mes pieds glissèrent et je tombai à la renverse. Aussitôt relevée, je me remis en course et je sortis finalement dehors, sous la pluie glaciale. Sans y avoir pensé, je m’étais dirigée vers le jardin. Mes cheveux collés sur ma tête, enfin je ne ressentais plus rien, pas même le froid qui gagnait mes muscles à chaque seconde… Les images dans ma tête s’éloignèrent peu à peu, mais j’étais trop terrorisée pour bouger…
Joêve
Joêve
Personnage principal

Féminin
Messages : 537
Âge : 8 ans
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 12/04/2007


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Hayden le Dim 6 Fév 2011 - 1:12

Petits cristaux qui tombaient comme des clous à l'extérieur du château. Pendant cette nuit assez turbulente à cause de ces nuages sombres qui couvent tout le ciel bleu encre, j'étais adossé au cadrage de ma fenêtre et je regardais tranquillement les gouttes tombées à plusieurs à la fois avec les éclairs qui se fracassaient contre le sol. D'un air sérieux, je regardais la scène avec un certain inquiétude pour mes amis les plantes, mais ce qui me rendait inquiet c'était que je sentais que l'atmosphère était pesante pourtant j'étais bien seule dans ma chambre. Ouais, c'était assez étonnant que durant la nuit, je n'étais pas couché comme les autres, mais c'était ainsi que j'étais fait. Si je vedgeais une grande partie de la journée, je ne dormais pas durant la soirée. M'enfin.

C'était comme ça à chaque fois. Je relaxais pendant une grande partie et durant la nuit j'avais les yeux grand ouvert. Et le pire c'était que le lendemain, j'arrivais en grande forme, cependant j'étais beaucoup plus facile à faire rire et à s'amuser que la plupart des fois, oh, non ça c'est vrai. Alors, je suis fatigué, mais je garde la forme, c'est ça? Oui. Bon, je regardais à l'extérieur, regardant le temps qu'il faisait. Habituellement, on n'avait pas de si grosse tempête que cela, mais en observant les arbres qui se décoiffaient à cause du vent et des nombreux flash qui parcouraient dans le ciel pour atterrir sur le sol, ça m'inquiétait, espérant que ça ne frappe personne dans ce vaste monde. Pauvre de lui, malchanceux ou malchanceuse que cette personne est si elle se fait foudroyer.

Les éclairs comment se faisaient-elles? En réalité, je me le posais cette question. Je suis de l'élément de la nature, alors je ne prenais que l'eau, la lumière et la terre pour pouvoir utiliser ce pouvoir, mais l'éclair? Ça m'intriguait vraiment. Si j'avais eu une éducation sur cela pendant que j'étais élève, je l'avais formellement oublié ou soit je n'avais pas écouté. Dommage, ça aurait pu m'empêcher de me croiser les bras prenant un air sérieux et regarder la pluie tombée à flot et voir des éclats de lumières partout. Arf. Je suis pathétique quand il s'agit de penser, d'où le pourquoi je ne suis pas le chef. Dire, aussi qu'on me prend pour un intelligent, je suis un idiot dans l'âme. En tout cas, pendant que j'étais dans mes réflexions, j'ai vu un flash vraiment, mais vraiment très proche. C'était ce qui m'avait agis en mettant mes bras devant mon visage pour ensuite sentir le château trembler de tout part. Oh mon dieu! L'éclair a rentré dans la chambre à Mia si je me fiais à sa trajectoire. Enfin, à la place de tarder et regarder bouche bée ce phénomène assez peu normal, je partais à courir pour sortir de ma chambre et ainsi aller voir Mia si elle allait bien. Ouais, ce n'est pas très intelligent de sortir d'une chambre torse nu, je sais, mais je n'avais pas le temps de penser à ça, oh, mais oui finalement, j'apportais une chemise au cas.

Tap, tap, tap, tap, tap!


Quand j'avais ouvert ma porte de ma chambre, j'avais senti un léger courant d'air penser devant moi et tout en entendant pleurer. Je regardais la personne passée devant moi et c'était bien, la belle chevalière. Oh. Je comprenais vraiment, elle avait sans doute eu la peur de sa vie en voyant l'éclair dans sa chambre. Donc que faire? J'allais à sa poursuite évidemment. Femme en détresse? Le gentil gentleman elfique est là pour vous sauvez mes ladies.

Alors, je la poursuivais pour se rendre au jardin. Je me posais des questions même que je fronçais les sourcils en voyant cela. Je pouvais voir une belle femme brune aux yeux bruns magnifiques en chemise de nuit était là sous la pluie, en faite, sous cette tempête. Un beau bourgeon de fleur en voie d'éclore essayait de trouver un moyen pour éclore convenablement pour ainsi montrer sa vraie couleur, était là, silencieuse cherchant un moyen, cependant cette future fleure ne pouvait pas, je savais que son passé lui préoccupait tant. Chaque personne cache quelque chose par le passé et je le remarquais que trop bien. Les yeux étaient et sont les fenêtres de l'âme et quand je les regardais, je pouvais voir qu'il était déchiré, attristé, terrorisé. J'étais sensible, certes, mais je n'étais pas le seul qui pouvait faire cela. Tout le monde à une certaine sensibilité, mais il refuse de la développer comme lorsqu'en on était gosse, on a la possibilité de parler avec les animaux, mais avec le temps, petit à petit ça s'en va peu à peu.

"Mia...?"


Je m'étais avancé vers elle. Oui, j'étais toujours aussi torse nu que quelques minutes plus tôt. Je n'avais pas mis la chemise que j'avais apporté, alors je la mettais sur elle pour ainsi la protéger de la pluie, même si ça ne faisait pas grand chose. Mettant ma chemise sur ses épaules, j'avais également déposé mes mains sur ses épaules. J'avais pris un air inquiet, même si ça ne paraissait pas, j'avais plutôt l'air soulagé qu'elle était saine et sauve, malgré que j'avais peur pour sa santé.

"Mia..? Ma belle, ce n'est pas le plus beau temps pour aller faire une visite au jardin, rentre à l'intérieur avant qu'on se fasse foudroyer surtout tu vas attraper froid." lui disais-je doucement.

Ouais, un moyen pour ne pas que j'aille un mal de crânes si je permettais de dire cela comme ça. Vous saviez, j'espère que je parles aux plantes et que ces plantes me parlent continuellement, alors en ce moment même j'entendais des cries et des plaintes qui me perturbaient. Alors, je l'invitais tranquillement à rentrer. Ce n'était pas le fait que j'aimais pas le temps dehors, les plantes qui me parlaient, en faite, criaient et que j'étais complètement trempés de la tête aux pied, mais c'était complètement ça. Je pouvais dire que je n'appréciais pas vraiment avoir des gouttes de pluies sur mon torse quand même sculpté, je préférais la sueur... M'enfin... espérant qu'elle accepte.
Hayden
Hayden
Personnage important

Messages : 122
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge : 29 ans
Âme Soeur : Myria, une belle orchidée ~
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 30/01/2011


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Joêve le Dim 6 Fév 2011 - 2:09

La pluie ardente s’abattait durement sur moi, j’étais trempée de la tête aux pieds, mais mon corps refusait de bouger malgré que je lui ordonnais de le faire le contraire. Les fleurs du jardin m’entouraient, c’était probablement les seuls qui aimaient cette pluie froide dans ses temps si… Les éclaires continuaient de s’effondrer sur la terre mais ma tête était ailleurs et malgré tous les efforts que je faisais pour revenir à moi-même je n’y arrivais pas. Loin, dans le passé, je revoyais certain visage d’on j’aurais bien aimé oublier à jamais…Je les revoyais refaire les gestes qui ont fait à moi et à ma famille. J'entendais leur voix qui résonnait dans ma tête comme si j'étais revenu dans le passer à ce moment précis, comme toujours. Les larmes continuaient malgré moi de couler sur mon visage mais la pluie effaçait rapidement leur trace sur mes joues. Mon corps tremblait, non pas seulement à cause de la pluie qui pétrifiait mes membres mais je tremblais aussi de peur. Mes pieds étaient sales par la boue qui s’enfonçait dans le sol mais de toute façon je ne sentais plus grand chose...

-Ça va aller, calme toi…

Je répétais ses mots dans ma tête pour tenter de m’apaiser, mais en vain, mon esprit voguait loin de mon corps comme s’il était retenu par le temps qui s’était arrêté sous cette tempête. Je crus entendre une voix qui disait mon nom derrière moi, mais j’étais malheureusement la meilleure des proies à cet instant même. Même un ours aurait pu m’attaquer et je ne me serais même pas défendue malgré la rage qui sommeille toute au fond de moi. Je sentis quelque chose se déposer sur mes épaules, mais avec cette pluie battante et le froid qui s’en mélangeaient, je n’y trouvais aucun réconfort ou de chaleur apparente. Sur mes épaules se déposa des mains d’homme mais je ne savais toujours pas qu’il c’était. Je sursautai et mon cœur battait la chamade, comme un tambour que l’on frappait lors de grandes fêtes saufe que la musique ne semblait pas vouloir s'arrêter...

- Mia..? Ma belle…

Qui me parlait ? J’entendais une voix très floue qui semblait venir de très loin, mais pourtant il était juste derrière moi. Sa voix m’était pourtant très familière et me réconforta progressivement. Je sentais mon esprit qui revenait tranquillement à moi et qui flânait au dessus de ma tête sans pour autant revenir dans mon corps. Ma respiration se calma quelque peu ainsi que mon cœur malgré qu’il était fissuré à plusieurs endroits déjà… Le temps s’emblait s'être arrêté et j’entendais les paroles de cet homme qui se répétaient et qui résonnait dans ma tête comme un éco.

-"Mia..? Ma belle, ce n'est pas le plus beau temps pour aller faire une visite au jardin, rentre à l'intérieur avant qu'on se fasse foudroyer surtout tu vas attraper froid."

Je sentais que quelqu’un me poussait gentiment par-derrière pour revenir à l’intérieur du château. Je me sentais revenir à moi-même, je pouvais sentir le froid qui envahissait mon corps et la douleur de mes membres endoloris. Il était temps que je bouge parce que j’avais de la difficulté à bouger mes orteils bleuâtres. Sans me plaindre, je suivis les directives de l’homme qui me guidait sans savoir qui il était, mais j’avais confiance malgré tout. Mes pieds touchèrent finalement la pierre froide et humide du château ce qui eu pour effet de me ramener encore plus a la réalité… Doucement, je tournai la tête pour voir l’homme qui était venu me pêcher dans le jardin dans cet état lamentable. Hayden me guidait toujours, je ne portais aucune attention vers l’endroit où il me dirigeait. Je suivais seulement mes pieds, un à un. Un vent glacial pénétra entre les murs qui eu pour effet de me glacer davantage le peu de sang chaud qui circulait encore dans mes veines. Mes genoux se flanchèrent sous le froid, mais je ne sentis pas mon corps tombé sur le sol qu’Hayden m’avait déjà rattrapé.

-Merci…

C’est le seul mot que je réussis à dire et à articuler sans trop de difficulté…


Joêve
Joêve
Personnage principal

Féminin
Messages : 537
Âge : 8 ans
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 12/04/2007


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Hayden le Dim 6 Fév 2011 - 12:42

Mia, ça me faisait penser à un chat qui miaule. Mia, c'était sûrement un petit chaton qui était à la recherche de sa mère pour aller manger. Un chaton qui était égaré comme qu'elle était en ce moment. Je la voyais, tremblée de tous ses membres, ses orteils plein de boues changeaient petit à petit de couleurs pour prendre une couleur bleutée. Je la voyais qu'elle avait froid sans se rendre compte, terrifiée par ces fantômes du passé. Mia était un petit chat égaré parmi se vaste monde et elle se retrouvait dans un coin sombre de la pièce tremblotant pour essayer de s'enfuir de sa vision d'horreur. Je ne pouvais que soupirer intérieurement et de dire que la vie était faite de cette façon et que j'étais différent.

Elle bougeait par elle-même pour aller dans le château. Ouais, j'aurais bien pu apporter une douillette pour la réchauffer car en ce moment elle devrait être gelée à l'heure qu'il l'était et depuis le temps qu'elle était sous la pluie. En tout cas, je pensais que lorsqu'on vivait dans le passé on n'avançait pas dans la réalité et ni dans l'avenir. On restait sur le chemin en plein milieu et on cherchait où aller pour continuer. Soit retourner et vivre dans le passé ou aller en avant et de regarder le présent. Cependant, je m'apercevais trop souvent que les personnes aimaient vivre dans le passé, soit pour retrouver des réponses à ce qui s'était produit auparavant ou soit essayer de changer son passé. Je me disais que, le passé s'était le passé et qui devrait rester là où il devra être, dans le passé. Malheureusement, personne ne comprenait ça, tout le monde me juge que je n'avais rien eu de traumatisant et c'était vrai. J'avais rien eu de si effrayant dans ma vie et je restais toujours simple d'esprit ce qui me rendait différent des autres outre que ma race, c'était ce qui me plaisait.

Les pierres du château étaient plutôt froides quand on venait de rentrer. Certes c'était pas si brillant d'aller dehors dans un temps pareil, mais je ne disais rien, je ne pouvais pas être compatissant à ces souffrances du passé et je ne pouvais que dire des paroles comme "tourne la page" et d'attendre la réaction de la personne. Or, je ne comprendrais sûrement jamais ces personnes qui avaient un passé endoloris. Donc, en laissant cour à mes pensés, j'avais senti quelque chose flancher sous mes mains. Pardon? Je regardais Mia qui s'en allait tomber à mes pieds. Certes, je fantasmais que les filles tombent à mes pieds, mais de à cause du froid, mais dans les pommes. En tout cas, je l'attrapais avant qu'elle ne puisse retomber sur le sol.

- "Merci..."


Un simple mot qui pouvait tout dire. Un merci que j'appréciais quand même, même si je n'avais pas fait grand chose à part de la faire rentrer au château. Je n'avais rien fait, à part de l'attraper avant qu'elle heurte le plancher. Je n'avais pas fait grand chose et pourtant elle me remerciait, ça me touchait en quelque sorte. Je l'avais dans mes bras comme une princesse et je lui souriais de toutes mes dents en la regardant même si j'avais les cheveux collés sur le visage. Comment dire quelque chose quand tu n'as pas fait grand chose? Rester modeste? C'était ce que j'avais à l'esprit.

" Ce n'est rien, sincèrement."


Alors, je la prenais convenablement, la lançant un peu dans les airs pour avoir une poigne d'enfer pour la transporter vers sa chambre, euh... Plutôt dans la mienne. Tranquillement, je la transportais vers ma chambre petit à petit. La collant un peu sur moi pour qu'elle aille de la chaleur. Non, ce n'était pas un moyen pour la draguer. Quand même, je n'étais pas du genre à faire ça quand une femme était en détresse. J'étais plus du genre à draguer pendant qu'elle était sobre. De plus, elle était peut-être magnifique, splendide, resplendissante, mais, je n'avais personne en vue et je ne voulais pas me casé immédiatement.

" Si ça te dérange pas, j'aimerais ça savoir pourquoi tu as couru vers l'extérieur par ce temps pareil?"


J'étais rendu au niveau du couloir des chambres et je m'étais arrêté pour la regarder dans les yeux. Ouais, j'étais le genre de personne qui te regarde dans les yeux pour lire les fenêtres de l'âme grâce à mes yeux bleus royaux.
Hayden
Hayden
Personnage important

Messages : 122
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge : 29 ans
Âme Soeur : Myria, une belle orchidée ~
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 30/01/2011


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Joêve le Dim 6 Fév 2011 - 13:52

L’air commençait à entrer convenablement dans mes poumons. Je respirais mieux mais je restais pour autant tellement confuse et perdue… Je ne me posais aucune question à savoir le pourquoi et le comment Hayden avait fait pour savoir où j’étais, mais j’en étais reconnaissante. Je savais que trop bien que s’il n’était pas arrivé je serais probablement morte frigorifier par la pluie dans le jardin du château… Ça aurait été une mort sans raison et je n’aurais rien accompli de ma vie pour qu’on se souvienne de mon nom dans l’ordre des chevaliers, on s’aurait souvenu de moi comme la jeune femme terrorisée par les fantômes de son passé qui est morte gelée dans le jardin… Je sentais Hayden derrière moi qui me soutenait, j’ignore comment je faisais pour mettre un pied devant l’autre, c’était comme si je ne contrôlais plus mon corps. J’étais en possession de mon esprit, mais mon corps était commandé par je ne sais quoi encore… Je n’étais pas posséder ou sous l’influence d’un sort quelconque, mais j’avais de la difficulté à revenir à la réalité et de sortir de mon cauchemar.

- " Ce n'est rien, sincèrement."

C’était étrange comment la voix du chevalier réussissait à me faire revivre. Chaque fois qu’un son sortait de sa bouche, j’avais l’impression de revenir à moi. Ce qui me faisait le plus grand bien. Habituellement, lorsque ses crises m’arrivaient, je ne m’évadais pas comme je l’ai fait ce soir. Certes, j’avais peur mais je revenais à moi assez rapidement et tous se terminaient bien, généralement. C’était probablement l’effet de la température de l’extérieur qui me faisait vivre le même contexte et qui m’a autant bouleverser. Je sentis soudainement mes pieds quitter le sol et mon corps se soulever. J’étais tellement dans mon propre monde, perdue loin dans ma tête que je n’avais pas remarqué qu’Hayden était torse nue. De toute ma vie, je n’avais jamais était en contact de si près avec le corps d'un homme et encore moins à moitié habiller sauf trois ans plus tôt mais ce n’était vraiment pas dans la même situation… La chaleur de son torse me réconfortait car mon corps tremper tremblait comme une feuille bat au vent, mais en même temps j’étais soucieuse de ce qui pouvait se passer et où Hayden m’apportais. J’aurais surement la force de me défendre au besoin mais j’y laisserais probablement ma peau car le peu d’énergie qui me restait, je l’utilisais pour essayer de rester éveiller.

- " Si ça te dérange pas, j'aimerais ça savoir pourquoi tu as couru vers l'extérieur par ce temps pareil?"

Je relevai timidement ma tête qui était posée sur l’épaule d’Hayden pour le regarder. Je ne savais quoi répondre devant cette question pour ne pas passer pour la jeune fille apeurée. Ses yeux bleus perçants me surprenaient et me terrorisaient en même temps, j'avais l'impression de me faire scruté l'âme de fond en comble. Je ne voulais pas passer pour une faible et pourtant ce qui venait de se passer prouvait tout le contraire…

-Je… Je fuyais…

Mon histoire était restée silencieuse jusqu’à ce jour et je n’avais pas l’intention de m’ouvrir aujourd’hui et dévoiler mon secret. Je tournai ma tête pour reconnaître l’aile des chevaliers mais ma chambre ne se trouvais pas dans se couloir. Mes yeux s’agrandit soudainement parce que j’avais peur de ce qui pouvait se passer. Pour me protéger, j'avais appris à ne pas faire confiance aux hommes, je savais qu'ils avaient tous un côté chaché... Je ne pouvais fuir mais en même temps je ne voulais pas le faire non plus parce que j’avais confiance en Hayden, c’est un chevalier! Sans me contrôler, mes mains qui étaient posées sur le torse d’Hayden pour me retenir commençaient à picoter. J’essayais de me pas utiliser mon énergie au fond de moi pour me défendre, car je n’étais pas en danger et je le savais, mais c’était mon instinct de survie qui prenait le dessus… Je me battais à l'intérieur de moi pour prendre le contrôle de mon corps et de mes pouvoirs, au fond de moi je ne voulais faire de mal à personne.

- Où m’emmènes-tu?

Ma voix était courte et sans souffle. J’essayais de me résonner par moi-même, mes mains continuais de picoter augmentant d’intensité plus le temps passais. Si Hayden ne me lâchait pas ou s’il ne faisait rien pour me calmer, mon corps allait lui donner une décharge d’énergie qui pourrait être très dangereuse autant pour lui que pour moi…
Joêve
Joêve
Personnage principal

Féminin
Messages : 537
Âge : 8 ans
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 12/04/2007


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Hayden le Lun 7 Fév 2011 - 18:19

Petite pétale de fleurs que je voyais dans mon subconscient s'en aller dans le vent. Pour moi c'était toujours mauvais signe quand je sentais qu'une pétale de fleurs volait dans les airs, dans le vent qui la faisait virevolter dans le ciel pour ne pas qu'elle touche le sol. Certain, la surnommait l'instinct ou sinon l'impression. J'avais une impression, je ressentais que quelque chose va se passer si je ne faisais rien de si tôt. Cependant, comment le savoir si j'étais réellement en danger peut-être de mort? Peut-être la foudre va s'abattre sur nous avec la chance que Mia avait en ce moment.

Scrutant l'âme, j'avais jamais aimé ce mot, scruter. Il fallait scruter l'horizon, c'était correcte, mais scruter l'âme, je disais plutôt que j'observais à la recherche d'information et non le scruter pour ainsi trouver des informations, c'était une nuance que tout le monde faisait. Scruter et observer s'étaient des mots très différents qui n'avaient aucunement la même signification. En fait, il n'avait un qui avait une définition d'examiner avec attention et ainsi percevoir ce qui était caché, l'autre se disait seulement qu'on observait attentivement. On observait quoi attentivement? Là, est la nuance! Percevoir quelque chose et observer attentivement quelque chose c'était plusieurs qui visaient les yeux, oui, mais qui voulait dire totalement autre chose de l'un à l'autre. C'était un point que je voulais mettre sur le i avant que tout le monde soupçonne de quelque chose envers mon attitude assez observatrice.

- "Je... Je fuyais..."


Que quelques mots pour m'enlever complètement de mes songes. Elle fuyait quoi? J'avais constaté qu'elle fuyait avant qu'on arrive à l'extérieur tremper jusqu'aux os sous la tempête dehors, mais de quoi elle fuyait précisément? Comme je disais, tout le monde avait ses propres fantômes du passé que la personne qui détonnait cela restait dans le passé. Vivre dans le passé, vivre dans le noir et le blanc, alors qu'on devrait vivre dans les couleurs comme dans un arc en ciel. Allons, soyez un peu indulgent avec moi, je manque un légèrement de sommeil. Oui, je faisais de l'insomnie ou j'avais vedgé durant toute la journée pour ne pas dormir la nuit, mais pareil. Quand j'avais le sommeil, je me perdais très facilement dans mes songes, oh, mais c'est tout le temps.

"Tu f-fu..!?"


J'avais senti des mains sur mon torse et je ne pus que regarder les mains présentes. Ça m'intriguait un peu car sérieusement, je n'avais aucune intention de l'embrasser ou de la toucher dans les cas extrêmes. J'étais peut-être du sexe masculin, mais de là à s'intéresser et ainsi s'approcher d'une femme qui n'était pas dans sa meilleure journée, j'avais quand même ma fierté qui prenait un coup si je faisais ça. Je suis un elfe et je respecte les femmes même si j'ai été élevé dans le monde des hommes comme étant des bêtes très... En manque du sexe opposé, puis pourtant, je n'étais pas le plus pervers, je n'étais pas la personne que tout le monde devait redouter quand j'étais avec une fille. J'étais poli, respectif et gentleman avec ses belles créatures. Je suis peut-être un mâle et que le mâle a le dessus dans pas mal des domaines, mais on devrait s'incliner devant ces femmes car c'était grâce à elles qu'on s'accouple et qu'on a des enfants, pas seulement nous. M'enfin, mes pulsions masculines, je les contrôlais parfaitement, il ne fallait pas s'inquiéter. J'étais peut-être un dragueur, mais je jouais à un jeu très loyalement et pas de raccourci qui pouvait exister pour ainsi m'avancer dans la relation. Je prenais mon temps à vrai dire à ce sujet, je n'ai que vingt et un, j'ai encore tout mon temps, n'est-ce pas? En plus, j'attendais plutôt de trouver la perle blanche très rare et non la perle noire.

- "Où m'emmènes-tu?"

Ah, mes idées étaient désormais des affirmations. Je sentais envers Mia une crainte envers les hommes et d'ailleurs quand j'avais entendu le son de sa voix, je savais qui avait la méfiance et surtout de l'inquiétude. Il ne fallait pas prendre la situation du mauvais œil, regarde du mon côté, elle allait pouvoir dormir dans une chambre d'homme sans même que l'homme en question puisse la toucher ni dormir avec elle. Écoute! Je n'étais pas assez gentil? Allons, il fallait la rassurer. Bref, je rigolais en commençant de marcher. j'avais un sourire affiché sur mon visage, j'avais du plaisir en ce moment. J'espérais qu'elle ne pensait pas que j'allais faire avec elle? Certes, elle était très attirante, très magnifique, j'adorais ses cheveux et ses yeux bruns, mais elle ne m'attirait pas tant que cela et habituellement j'approchais des femmes avec qui je m'intéressais vraiment ou je m'inquiétais pour son état, d'où la deuxième option pour Mia.

"Je t'emmène dans ma chambre, mais ne t'inquiète pas, je ne te toucherai pas. J'ai pu voir que ta chambre a été la cible d'une éclair, alors, oui tu vas passer une petite nuit dans ma chambre, mais elle va être tranquille et douce comme un agneau cette nuit. De toute façon, je ne dors pas dans les tempêtes."


FAUX! Je dormais comme un bébé durant les tempêtes. Tout le monde avait peur et pas moi, c'était ainsi que j'étais fait. Cependant, je ne pouvais pas dormir à cause que j'avais relaxé pendant la journée, donc adieu le merveilleux sommeil que j'aurai pu avoir. Hm..? Encore ce préssentiment d'être en danger? Ouais, mais c'était la vie d'un chevalier d'être en danger et de ne jamais relaxer convenablement, alors que moi c'était le contraire. Oh, que je suis bizarre parfois.
Hayden
Hayden
Personnage important

Messages : 122
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge : 29 ans
Âme Soeur : Myria, une belle orchidée ~
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 30/01/2011


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Joêve le Lun 7 Fév 2011 - 19:22

Lorsque j’avais découvert mon don il y a trois ans pendant mon harcèlement, j’ai appris que je possédais quelques bases de magie que je n’avais jamais soupçonné avoir en ma possession. C’était étrange parce que jamais mes parents ne m’avaient parlé que je pouvais avoir de pouvoir. Si j’en conclus, mes frères aussi devaient en posséder… Du moins, je ne crois pas être la seule héritière… Lorsque je suis arrivée au château, j’ai découvert comment sonder les gens pour savoir leur émotion et comment communiquer entre mes frères d'armes. Il était crucial pour les chevaliers d’être capable de pouvoir communiquer entre eux durant une bataille. Je préférais tellement mieux me protéger avec une épée qu’avec mes pouvoirs… Je ne les maitrisais pas tous à la perfection et parfois j’oubliais comment m’en servir… Comme c’était le cas ce soir. Tout se bouleversement inutile, je n’aurais jamais du sortir de ma chambre… Mais où avais-je la tête!? Surtout dans quel pétrin m’étais-je mise avec Hayden… Il semblait très calme pourtant, je savais très bien que je n’avais rien n’à craindre…

-"Je t'emmène dans ma chambre, mais ne t'inquiète pas, je ne te toucherai pas. J'ai pu voir que ta chambre a été la cible d'une éclair, alors, oui tu vas passer une petite nuit dans ma chambre, mais elle va être tranquille et douce comme un agneau cette nuit. De toute façon, je ne dors pas dans les tempêtes."

Je tentai de me calmer pour essayer de lire en lui, je voulais savoir quelles étaient ses intentions, ses vraies intentions! Le sourire qu’il affichait me rendait nerveuse parce que je ne savais pas ce qu’il voulait signifier… Je fermis les yeux pour essayer de mieux me concentrer sur mon pouvoir, mais il me restait tellement peu d’énergie qu’il était difficile de regarder en lui surtout dans l’état où j’étais…Je réussis quand même à m'introduire un peu mais sans pour autant avoir plus d’information que ce que mes yeux pouvaient me fournir, il était inquiet et il ne voulait que m’aider. Voyant et comprenant cela, me corps réussis à se détendre un peu dans les bras d’Hayden et je laissai ma tête tomber tout doucement sur son torse. Son corps commençait à se réchauffer sous l’effort qu’il mettait pour me porter, mais il ne tremblait pas sous le poids. Mon corps contre le sien parvient à me donner un peu de chaleur et me réconforta quelque peu de ma crainte, mais je restai quand même un peu douteuse de la suite des évènements. Pour la première fois de la soirée, je pouvais dire que ma tête allait mieux même si cœur était brisé en mille miettes.

Hayden s’était remis à marcher vers la direction de sa chambre. Voyant une porte ouverte parmi les autres, je compris que c’était la sienne. Je me tenais contre lui comme une enfant terrorisée… J’avais honte de moi, comment je vais réussir à former un écuyer si je ne suis même pas capable de me maîtriser moi-même… Si se genre de situation se répétait et que j’aurais un écuyer sous ma garde, le pauvre il va avoir peur de moi le reste de ses jours et voudra changer de maître en disant aux autres que je suis folle. Voyant toutes les situations qui pourraient arriver, je commençais à désespérer. Mes poumons se gonflèrent d’air et je laissai échapper le tout d’un coup pour tenter de me donner un peu de courage pour m’insister à ne pas lâcher prise et de continuer à poursuivre mes objectifs.Le chevalier passa le seuil de sa chambre et me déposa gentiment sur le lit. Lorsque je quittai le confort de la chaleur de son corps, les cheveux encore mouillés ainsi que ma chemise de nuit, je me mis à frissonner de tous les membres de mon corps. Je ne savais pas comment j'allais réussire à me réchauffer avec ce temps maussade de l'extérieur. Voyant que mes vêtements dégoutaient sur la couchette de monsieur, je ne voulais pas y rester car j’étais en train de mouiller tout ce qui était sèche dans sa chambre. Alors j’essayai de me mettre sur mes pieds sachant très bien que j’aurais de la difficulté à rester debout. Maladroite que je suis, mon corps se balança un peu et je m’agrippai aux bras chauds d’Hayden.

-Je ne veux pas mouiller tes couvertures.

Mes mains étaient encore très froides ainsi que le reste de mon corps. J’avais peur au fond de moi de la suite des évènements… Le fait de savoir qu’il ne dormait pas dans les tempêtes me rassurant beaucoup, car je savais que si je me réveillais encore il allait être là. D’un autre côté… Qu’allait-il faire pendant que je tomberais presque de l’inconscience… Je ne voulais pas paniquer, mais mon visage finissait toujours par me trahir…

-Je ne te crains pas, ne m’en veux pas si j’agis de la sorte avec toi… Je ne le fais pas exprès, crois-moi…
Joêve
Joêve
Personnage principal

Féminin
Messages : 537
Âge : 8 ans
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 12/04/2007


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Hayden le Mer 9 Fév 2011 - 19:17

Habituellement, il ne fallait qu'un simple sourire pour que tout le monde devenait heureux ou du moins rassuré, mais ça dépendait des circonstances et surtout de la personne pour qui j'offrais ce sourire. Si c'était à une femme qui avait subit des fantômes assez traumatisante, je ne pouvais que lui offrir et c'était à elle de décider si j'avais une conséquence ou à cet acte. Ça dépendait des situations et je m'en sortais quelques fois sain et sauf. Comme je disais, ça dépendait de la personne, si c'était une simple femme n'ayant aucune magie, je pouvais avoir une claque assez facilement qu'avec une qui en avait car cette dernière pouvait me sonder en tout temps. Pourquoi? Je n'avais jamais rien à cacher dans ma vie. J'étais tout le temps franc ou on finissait par le découvrir tôt ou tard, alors, à quoi bon le garder profondément en toi? Pour moi, j'étais un livre grand ouvert, on pouvait me lire continuellement et ça ne me dérangeait aucunement, tant qu'on ne criait pas sur tous les toits tout était correcte. Alors, je disais que Mia m'avait sondé. Assez faiblement, mais juste assez pour découvrir mes vrais intentions et c'était tout ce qui comptait pour ne pas avoir quelque chose qui m'aurait faite éclater à rire ou pire, me surprendre.

Donc, je rentrais dans ma chambre. Ma belle et magnifique chambre qui me servait à rien pour cette soirée. En faite, elle servait d'une chambre de secours pour une femme en détresse, mais pour rien concernant moi et c'était dommage. J'aurais bien pu dormir car je sentais une petite fatigue montée en moi, mais j'allais veiller, rien que pour elle, rien que pour aider à enterrer ses fantômes qui était sûrement monter à la surface. D'un coups, je sentais qu'elle lâchait un gros soupir ce qui me donnait une envie de rire envers cette situation que je tenais une femme chevalier dans mes bras dans ces mauvais moments de la vie. C'était étonnant, mais j'appréciais cela. Ça permettait de nouer des liens et se rapprocher de la personne. Oh! Je parlais côté amitié et non cette arrière pensée! Bref, je la déposais sur mon lit, certes, elle était encore mouillé, mais au moins je pouvais aller chercher une chemise de rechanges et ainsi une serviette pour s'essuyer en grandeur, mais non. Elle se relevait ce qui m'avait surprit beaucoup et comme réflexe je lui tendais mon bras pour qu'elle puisse se tenir, c'était ce qu'elle faisait désormais.

Tremper mes couvertures... Ça ne valait pas la peine de s'inquiéter ça sèche avec le temps. C'était vrai que ce n'était pas brillant de ma part de laisser sur le lit si elle allait dormir là. Cependant, juste me libérer les bras pour aller chercher quelques détails au moins, ce n'était pas si dramatique. Enfin, pour elle ça l'était je crois. En tout cas, ses mains au contact de ma peau, m'avaient donné une de ses frissons qui te donnaient envie d'aller prendre un bain. J'aurais pu aller la porter là-bas, mais disons que j'avais ma fierté à respecter, car nous avions une loi et cette loi n'était pas aller voir une femme pendant qu'elle prenait son bain. C'était méchant! Ce n'était pas très gentil venant de notre part. Il fallait quand même prendre le contrôle de nos pulsions même si on avait des beautés vachement intéressantes et rares. C'était la vie malheureusement... Pardon?

Je rigolais en allant mettre ma main de mon bras libre derrière la tête pour ainsi me gratter mes cheveux sombres et mouillés. Je rigolais car elle pensait que je lui en voulais d'être agis drôlement pendant ce transport. Oh mon amie, c'était de l'autodéfense pour toi, de toute façon, je ne me sentais aucunement agressé ou en danger de mort. Oui, au début, mais avec le temps, je me sentais quand même à l'aise de te transporter. Don't worry, be happy!

"Ne t'inquiète pas, je ne t'en veux pas et d'ailleurs je n'en voudrais à personne. Tu me connais, je ne suis pas rancunier."

Et c'était vrai. Une personne pouvait me tuer et je ne lui en voudrais même pas. C'était la triste réalité car tout le monde allait sûrement prendre ma défense pour ainsi me venger de ma mort si tragique, mais en gros, moi qui était mort, j'allais sourire quand même et faire des tata à tout le monde rien que pour adoucir l'atmosphère même si on ne me voyait pas. Allions, il fallait que je me lève pour aller chercher quelque chose de rechange pour elle et pour moi.

"Une minute, je vais te prêter quelque chose pour la nuit..."


Je me levais et j'allais fouiller dans mes tiroirs. Allons. Je portais du très grand en haut, donc je pouvais lui prêter un chandail long chaud, puis comment sécher ses cheveux? Oh un chandail que je n'aimais particulièrement pas. Oh, des pantalons noirs que j'adorais porter pendant les nuits pas très chaude. Oh, un autre pantalons de nuits que j'aimais me réchauffer à l'intérieur. Arf! Je vais prendre cette dernière pair et je vais lui laisser le rester. Alors, prenant les vêtements ci-dessus. Je me dirigeais vers elle et prenant le chandail que je n'aimais pas, j'ébouriffais les cheveux. Ça me faisait penser à un père qui essuyait son enfant.. C'était drôle. Je partais à rire à cause de cela dans mon fort intérieur.
Hayden
Hayden
Personnage important

Messages : 122
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge : 29 ans
Âme Soeur : Myria, une belle orchidée ~
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 30/01/2011


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Joêve le Jeu 10 Fév 2011 - 20:55

Je m’étais calmée, mais je restais quand même chamboulée par les évènements. Je trouvais extrêmement difficile de garder tous ses secrets pour moi-même, mais d’un autre côté mon histoire allait changer l’opinion des gens. Ils ne verront plus comme une simple chevalière qui défend la liberté, mais celle qui a été maltraitée. Avec le temps, je m’étais forgé une carapace assez solide pour affronter n’importe quelle tempête, mais ce soir elle s’était fissurée. Mon cœur devenait plus lourd plus le temps passait, je devais bien m’attendre a ce qu’un jour le tous explosent… Chaque jour lorsque je marchais parmi les paysans au village, j’avais toujours l’impression de revoir les visages de ses hommes qui avaient pris en otage ma famille. Je voyais des enfants avec le même âge de même frère courir dans le village et je croyais que c’était eux. Des hommes passaient à côté de moi et tout au fond de moi j’avais peur d’eux même si rien ne paraissait sur mon visage. Je ne voulais rien laisser paraître, je ne voulais pas qu’ils pensent que j’étais faible parmi les autres. Ma réaction était peut-être exagérée et c’était pour cette raison que je voulais tout cacher et garder ses secrets pour moi. Certes, plusieurs m’avais posé la question du pourquoi j’étais venue me réfugier à Émeraude… La vérité est que je m’étais retrouvée près d’Émeraude sans savoir où j’étais… J’avais franchi les portes du château dans le seul but de survivre…

Ma façon de penser était peut-être différente des autres, comme le démontrait la situation actuelle. Hayden semblait me trouver drôle à ne pas vouloir mouiller ses couvertures, mais j’étais totalement sérieuse. Mon intention n’était pas qu’il court dans le château toute la nuit pour parvenir à mes besoins, je n’avais pas besoin de cela en plus! Le plus rapidement possible j’allais être capable de me rendre à ma chambre par mes propres moyens me réconfortera complètement. Pour l’instant j’étais dans l’âme d’une pauvre gaffeuse. Mes mains agrippées aux avant-bras d’Hayden semblaient l’avoir bouleversé quelque peu. Il déroba l’une de ses mains pour la mettre derrière ses têtes et échappa un rire.

-"Ne t'inquiète pas, je ne t'en veux pas et d'ailleurs je n'en voudrais à personne. Tu me connais, je ne suis pas rancunier."

J’étais soulagée de savoir que mon comportement ne le troublait pas. J’en connaissais beaucoup qui auraient pris la fuite et me laissez geler les membres aux plus profonds de mes entrailles! Ce n’est pas tout le monde qui à l’âme d’un héros dans le corps… J’étais reconnaissante à ce brave chevalier de m’être aidée, mais aussi très timide d’avoir eu besoin de l’aide de quelqu’un pour me sortir de cette mauvaise phase. J’étais au courant évidemment que dans l’ordre nous devons tous nous supporter quoiqu’il advienne, mais dans mon cas c’était différent. Voyant que cela l’importunait vraiment peu que ses couvertures soient trempées, je me rassis tandis qu’Hayden ouvrit un tiroir de sa commode pour chercher des vêtements sèchent.

-"Une minute, je vais te prêter quelque chose pour la nuit..."

Il en sortit un long chandail et deux paires de pantalons qui semblaient être chauds. C’est à ce moment que je rougis un peu, je me félicitai intérieurement d’avoir enfilé une tunique de couleur verte foncé avant de me mettre au lit. Autrement, Hayden aurait probablement pu voir au travers! L’elfe se plaça derrière moi avec un chandail et ébouriffa mes cheveux avec pour essayer de les sécher un peu plus avant de se mettre au lit. Je fermais les yeux comme si je savourais cet instant… Il y avait si longtemps que ce ne m’était pas arrivé. Il y a quelques années, chaque soir ma mère me brossait les cheveux avant d’aller me coucher. Des souvenirs remontaient en moi mais cette fois si j’étais heureuse, car je sentais la présence de ma mère et qui me réconfortait. Le rire du chevalier me sortit de ma rêverie et je compris aussi rapidement la raison de se rire. Un sourire se dessina enfin sur mon visage.

-Merci, tu es gentil de t’occuper de moi comme tu le fais. Je te revaudrais sa.

Je recommençais à sentir de la chaleur, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Je me retournai vers lui et c’est seulement à ce moment que je m’apercevais que son corps était très bien formé, ou pour dire sculpter. Je crus ressentir en moi un désir que je n’avais jamais éprouvé avant envers un homme. Je détournai rapidement le regard pour oublier ce que je venais de ressentir. Je ne pouvais m’embarquer dans une histoire dans laquelle je savais que j’allais être terrorisée de vivre. Enfin bref, cette idée quitta mes pensées aussi rapidement qu’elle y est arrivée. Je me levai t’en bien que mal et j’enfilai le pantalon qu’il m’avait prêté sous ma tunique. Je me retournai vers lui, toujours debout, et je pris le chandail qu’il m’avait prêté. Je le regardai d’un sourire timide, désignant mon désir de me changer de tunique, mais comme je ne portais rien sous ma tunique il était délicat d’enlever se morceau devant un homme!

-Hum… Tu permets… S’il te plaît.

Je lui souria timidement en baissant la tête. Cette situation était pour moi quelque chose de nouveau. Jamais je ne m’étais retrouvée seule avec un homme dans une pièce parce que j’avais peur. Mais, ce soir je me sentais en sécurité. C’était étrange comme sensation, il y avait longtemps qu’un tel sentiment ne s’était pas dévoilé…
Joêve
Joêve
Personnage principal

Féminin
Messages : 537
Âge : 8 ans
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 12/04/2007


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Hayden le Dim 13 Fév 2011 - 0:15

Merci de t'être occupé de moi. Ce n'était rien. Après tout on était frère et sœur d'armes, on pouvait s'aider sans même redonner à l'autre son dû sauf pour elle. Elle voulait me le remettre alors que pour moi ça ne valait pas la peine. Je l'avais tout simplement aidé pendant qu'elle avait besoin le plus d'aide et c'était normal, pas besoin de faire un cas et de me remette ça à plus tard. Hm. De toute façon, ça n'arriverai jamais quand j'allais me sentir au plus bas de mon moral. J'étais trop simple d'esprit, positif et pas rancunier, alors comment j'aurais pu avoir des bas comme dans les montagnes russes si j'étais de la sorte? Il en fallait beaucoup pour devenir en bas de l'échelle pour ainsi remonter. Il en fallait même beaucoup plus pour que je puisse perdre le sourire et éviter toute bonne personne qui désirait monter mon moral. Vous savez, quand je suis en bas de l'échelle, je préfère le monter seul pour construire seul mon échelle et non avec l'aide de tout le monde malgré que ça serai fort appréciable, mais la fierté, mon orgueil, ils vont frapper fort, un peu.

Donc, je disais? J'étais dans ma chambre accompagné par Mia qui était toujours trempée et qui désirait malgré tout se dévêtir pour se changer. Cependant, vous savez comme tout homme parmi se monde, il fallait les réveiller pour les faire tourner de bord pour ne pas qu'ils regardent. Bon, premièrement, je pensais que Mia avait quelque chose en dessous. Alors, j'avais croisé les bras et j'attendais patiemment en regardant par la fenêtre même si j'étais en face d'elle. Ouais, habituellement quand tu sortais dehors, tu avais des sous-vêtements ou pour les aguicheuses, elles en mettaient tout simplement pas et se montraient avec fierté devant tout le monde ce qui me dégoutait en particulier. En tout cas, je pensais qu'elle avait quelque chose en dessous parce qu'elle avait déjà commencé à se déshabiller, point finale!

- "Hum... Tu permets... S'il te plaît."


Deuxièmement, on allait avec la logique des choses. Les femmes se cachaient quand elles se changeaient devant des hommes qui ne sont pas leur plus grand amour. Pour un pervers, je dirais: Malheureusement, pour un simple elfe chevalier comme moi, je dirais un beau: heureusement. Comme ça, on n'aura pas les pulsions masculines dans le tapis ou dans le plafond à chaque fois. Bref, je regardais Mia, elle me souriait timidement en baissant la tête. Je ne pouvais que ricaner un peu avant de me retourner, dos à elle, toujours avec les bras croisés.

"Pardon, cependant si je te gêne trop, je peux aller à l'extérieur de la chambre, si tu le souhaites?"

Je me dirigeais vers la fenêtre. Je m'adossais au cadrage de la fenêtre qui était totalement dos à Mia. J'avais honte un peu de moi, de rester dans la chambre et d'attendre qu'une si jolie demoiselle se change pendant que je regarde la tempête à l'extérieur. Je me sentais tellement pervers en restant-là, mais la problématique c'était que je voulais avoir la certitude que si je restais avec elle, elle ne courait pas dans tous les sens pour finir dans les jardins. Je voulais effacer mon inquiétude, mais je me sentais trop mal à l'aise à cause de la situation dans ma chambre. Une dame se change, il fallait avoir la gentillesse et surtout la politesse de la laisser se changer en paix... Mais..? Hayden! Réveille c'est une femme laisse-là seule pour se changer, c'est tout, après tu cognes à la porte.

Aussitôt dit, aussitôt fini de m'obstiner, j'avais pris mes bas de pyjama et je me dirigeais vers l'extérieur de la chambre. Je disais pendant ce temps, en regardant le mur à l'opposé de Mia:

"Je vais te laisser la chance de te changer convenablement dans ma chambre, sans homme pour essayer t'épier..."

J'avais dis ça sur un ton de malaises. Alors, je prenais la poignée de portes pour me rendre dans le corridor. Pour me changer qui sait ou sinon attendre patiemment adossé sur le mur bras croisé que Mia aille fini, malgré qu'il lui restait que le top à mettre, mais allons. Il fallait que j'arrête de penser aux femmes.
Hayden
Hayden
Personnage important

Messages : 122
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge : 29 ans
Âme Soeur : Myria, une belle orchidée ~
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 30/01/2011


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Joêve le Mar 15 Fév 2011 - 23:02

Pour moi, le sense de la famille était une chose extrêmement importante. J’avais été élevée de cette façon et j’allais poursuivre cette tradition. Quand j’étais plus jeune, mes frères et moi avions parfois de la difficulté à bien nous entendre, car on se disputait presque à toutes les heures de la journée. Ce n’était vraiment pas évident d’être la seule fille mélangée à un troupeau de garçons en pleine phase d’adolescence. Cependant, il y avait aussi un bon côté des choses. Chaque soir ma famille se réunissait pour bénir le repas qui était sur notre table et ont mangeaient en parlant de notre journée, des bonnes et des mauvaises choses. Il y a vraiment très longtemps que ce genre de situation n’était pas arrivé, d’être assis autour d’une table entre bon ami ou en famille et discutée et rire de bon cœur. Il était certain que je mangeais tout aussi bien au château, mais l’ambiance n’est vraiment pas la même. On a beau dire tous les jours que nous sommes des frères d’armes, mais jamais ses personnes qui combattent à mes côtés ne pourront remplacer le sentiment de mieux-être, de sécurité et de joie que j’éprouvais avec ceux qui m’étaient liés par le sang. Aujourd’hui je suis capable d’admettre que malgré tous les mauvais coups de mes frères, le temps où ils savouraient leur victoire quand je m’avouais vaincue, je m’ennuie d’eux. Je m’ennuie de la vie que j’avais avant, je donnerais absolument tout pour revenir en arrière et de pouvoir aller réveiller tout le monde avant que ses foutus brigands fracassent ma vie en mille et une miettes à tout jamais. J’ai appris ici à faire confiance aux personnes qui m’entourent même si j’ai parfois de la difficulté, car il était absolument impossible pour moi d’en faire autant deux ans passés, mais c’est de cette façon qu’il est possible de créer des liens puissants qui nous aideront à vaincre nos ennemis et peut-être je trouverais sur mon chemin les autres qui ont survécu cette nuit-là…

Devant moi se tenait cet homme, il était étrange que je n’avais pas peur dans cette circonstance. Habituellement j’aurais pris mes jambes à mon coup en tremblant et j’aurais déguerpi sans demander mon reste. Avoir su que j’allais faire une crise de panique en plein milieu de la nuit et que je me serais retrouvée sous la pluie et ensuite seule à seule dans la chambre d’un homme… J’aurais mis plus qu’une tunique sur moi… Si j’avais pu, j’aurais mis une camisole de force pour lui donner la vie dure si jamais il aurait de la difficulté à maintenir ses pulsions pour lui-même! Son pantalon était une chose facile à mettre, car je pouvais l’enfiler directement sous ma tunique sans qu’il puisse voir une seule parcelle de ma peau! Il était temps que mon corps ressente un peu de chaleur, car je ressentais encore le froid qui me rongeait les entrailles! Le chevalier était debout devant moi et me regardait faire, sans m’aider et je n’en demandais rien! Il avait les bras croisés tout simplement, et à ma demande il eut un petit ricanement puis pivota sur lui-même pour me faire dos.

-"Pardon, cependant si je te gêne trop, je peux aller à l'extérieur de la chambre, si tu le souhaites?"

Hayden s’était dirigé vers la fenêtre et épiait la tempête, sans bouger. Derrière lui, je me sentais tout aussi craintive que lui, car enfiler le reste des vêtements chauds était une autre partie pour moi. J’étais gênée, un peu honteuse, car je n’avais pas vraiment envie de me faire épier même si je savais qu’il n’allait pas se retourner aussi longtemps que je n’allais pas lui dire que j’étais prête. Bref, je restais immobile sur le plancher de pierre et j’essayais de me convaincre qu’il ne bougerait pas, que je pouvais avoir confiance en lui. Après tous, il m’avait bel et bien sauvée non? À l’instant où je commençais à remonter ma tunique encore humide, Hayden me prit de court. Un frisson de peur parcourait mon corps entier ayant peur qu’il me voie ainsi.

-"Je vais te laisser la chance de te changer convenablement dans ma chambre, sans homme pour essayer t'épier..."

Hayden se glissa le long du mur, face contre la pierre et quitta la chambre pour que je puisse me retrouver seule quelques instants. J’avais eu peur d’une réaction plus forte que cela et que mon cauchemar recommence encore une fois. Dans ma tête, je voyais tous les hommes de la même façon, mais je savais qu’au contraire il y en avait parmi eux qui avaient un cœur d’or, comme Hayden. J’avais entendu le malaise dans sa voix, tout comme moi je l’étais. Je compris alors que lui, il était sincère et qu’il ne me ferait pas de mal sinon il l’aurait fait il y a bien longtemps. Je pris une profonde inspiration, je devais à tout prix arrêter de penser que tous les hommes que je croisais voulaient me violer! Aussi rapidement que possible, j’enlevai ma tunique et je la remplaçai aussitôt par le chandail sec qu’Hayden m’avait sorti. Les vêtements étaient évidemment tous trop grands pour ma petite taille, mais je n’allais surement pas me plaindre devant l’aide que ce chevalier m’apportait. Ma peau commençait à prendre sa couleur normale et je commençais à sentir mes orteils qui brûlaient à cause du soudain changement de température. Je me dirigeai t’en bien que mal à la porte, je m’appuyai sur la poignée et j’ouvris la porte. Timidement, je sortis ma tête dans le couloir et je souris timidement à Hayden. Il était appuyé contre le mur, les bras croisés sur son torse, attendant patiemment comme un vrai gentleman.

-J’ai terminé, tu peux venir…

Je restai la porte entre ouverte et je me dirigeai vers le lit. Je tirai les quelques couvertures et je plongeai mes jambes dessous. Un soupir de soulagement s’échappa de ma bouche, soulagée de ne plus avoir à supporter le froid et surtout mon propre poids. Hayden était entré et c’était assied au pied du lit.

-Tu dois tellement me trouver folle après tout ce que tu as vu ce soir… Je suis désolée que tu m'ai vu dans cet état aussi lamentable...

Petit à petit, je commençais à avoir confiance en l’homme qui se tenait devant moi. Il était la preuve que ce genre d’homme existait vraiment! La femme qu’il choisirait sera comblée et ce j’en suis certaine! Dans mon propre cas, jamais je ne pourrais m’épanouir avec un homme aussi longtemps que je ne passerais pas à autre chose dans ma tête. Du moins, accepter ses évènements et continuer d’avancer…
Joêve
Joêve
Personnage principal

Féminin
Messages : 537
Âge : 8 ans
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 12/04/2007


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Hayden le Dim 20 Fév 2011 - 15:05

On devrait être poli, gentil, doux avec ces belles femmes qui les dieux nous donnent. Ces belles créatures qui nous sont très utile comparer à nous qui servent soit à procréer ou aller travailler. Les femmes, elles, faisaient le ménage, travaillaient, faisaient à manger, s'occupaient des enfants. À vrai dire, on devrait donner beaucoup de respect envers le sexe féminin que nous le croyions. Vous ne sachiez peut-être pas, mais à chaque fois que je les regardais, je me disais qu'elles étaient magnifique à leur façon, d'autres étaient superbes côté apparence, mais laides dans la personnalité. D'autres étaient certes pas des merveilles, mais elles avaient des sacrés personnalités. Hm. Ça dépendait des hommes. Les hommes pouvaient regarder de ma manière, mais dans un tout d'autres manières je les trouvais magnifique dans un certain sens, jusqu'à temps que j'allais trouver la belle orchidée parmi les buissons de roses pleins d'épines. J'allais la trouver et ainsi la cueillir de toute ma douceur que j'avais pour s'occuper de cette rareté exquise. J'allais la trouver pour la protéger et l'aimer de tout mon être. Romantique? En partie.

Alors, patientant à l'extérieur adosser sur le mur de pierres assez froides ayant les bras croisés. J'attendais que Mia se change pour ensuite rentrer à l'intérieur et regarder la tempête. J'avais certes mes pantalons de pyjamas avec moi et je ne voulais pas me changer à l'extérieur, en fait, dans le corridor. Ça ne me dérangeait pas, mais s'il avait une domestique ou quelqu'un qui passait par là, ma réputation de frimeurs? De toute façon à cette heure tout le monde rêvait dans leur lit. Je soupirais et rapidement je me changeais dans le corridor. Je devenais vraiment de plus en plus gentleman que je laissais ma chambre à une femme pendant que moi, je restais dehors de la chambre. J'espérais que ça ne se passe pas comme ça quand on allait être en voyage. Donc, me voilà changer, je prenais encore ma position précédente. Aller, Mia.

J'avais entendu la porte s'ouvrir et une voix qui passait par là pour me dire que je pouvais rentrer. CHOUETTE! Je rentrais en fermant la porte derrière moi. Je vis Mia se coucher dans mon lit et soupirer drôlement fort que je n'avais pu m'empêcher de rigoler à ce son. Je m'assoyais au pied de mon lit tout en regardant Mia qui avait l'air drôlement bien et confortable dans mon lit bien chaud et sympathique à regarder... j'avais envie de dire un petit bonjour à mon oreiller. M'enfin, j'allais dormir durant la journée, je crois demain.

" T'inquiète pas à ce sujet, Mia. Je ne te trouve aucunement folle, on a tous nos moments de paniques dans notre vie qui doit passer, même moi, je peux en avoir." Disais-je avec un sourire rassurant en prenant le pied de Mia et le bouger un peu.

Des moments paniques? Est-ce que j'avais des moments sombres dans ma vie passée qui m'avait réellement marqué? Pas vraiment, peut-être à l'avenir j'allais en avoir, car tout le monde en avait un jour ou l'autre, alors je n'étais pas l'exception à la règle.

" Tu sais, c'était assez étonnant que tu ailles autant peur pour aller directement dehors sous la tempête et surtout en tunique très peu vêtu." finissais-je par dire en me grattant la tête un peu embarrasser en faisant une pause. " Quand j'ai entendu crier, j'ai aussitôt regardé dans le couloir, mais bon... Sans être indiscret, puis-je savoir ce qui te fait peur et ce qui te rend méfiante envers les hommes?"

Ouais, je voulais savoir la raison. J'avais senti en elle, une sorte de méfiance, de peur, envers les hommes qui m'intriguaient beaucoup. Enfin, je voulais savoir pour pouvoir l'aider un peu plus à s'adapter avec les hommes et de ne pas trop méfier des personnes qui sont réellement bonne en gros. C'était son choix de me le dire ou non, je ne lui forçais pas la main.

" Oh, tu n'es pas obligé de me le dire! J'avais seulement remarqué plus tôt, quand t'avais les mains sur moi, je ressentais un peu... une méfiance, une crainte, alors, je me posais la question!"
Hayden
Hayden
Personnage important

Messages : 122
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge : 29 ans
Âme Soeur : Myria, une belle orchidée ~
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 30/01/2011


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Joêve le Mer 23 Fév 2011 - 22:44

Hayden me suivit derrière moi pendant que je m’installais sous les couvertures chaudes de son lit. C’est alors que je remarquai qu’il était lui aussi changé, je trouvais l’idée drôle qu’il se soit changé dans le couloir de château. Avec l’allure qu’il a, il aurait aussi bien pu faire une crise cardiaque à une servante du château si elle s’était montré le bout du nez! Je dis évidemment une crise cardiaque dans le bon sens, car on s’entend pour dire qu’Hayden était assez bien bâtie comme jeune homme. Enfin bref, à son tour Hayden prit place au pied du lit. J’étais un peu gênée à l’idée d’avoir un homme en torse nu en face de moi, c’était la première fois que j’aboutissais dans une telle situation. Cependant, je fis comme si rien n’étais, comme si cela ne me dérangeait pas, mais discrètement je me rinçais l’œil, comme l’aurait fait probablement n’importe qu’elle fille normale… Mais je ne suis pas normale, Bon Dieu! Je suis tellement mélangée dans ma tête! Pourquoi je n’éprouvais pas le dégout que j’ai habituellement avec les autres hommes, tout ça était vraiment étrange pour moi. À l’intérieur de moi, une foule de choses se passait, mais sur mon visage s’affichait uniquement un sourire léger, d’insécurité et timide. J’entendis son rire venir à mes oreilles lorsque je soupirai et me rassurai en même temps, j’avais peur qu’il me prenne pour une fille hystérique…

-" T'inquiète pas à ce sujet, Mia. Je ne te trouve aucunement folle, on a tous nos moments de paniques dans notre vie qui doit passer, même moi, je peux en avoir."

Il secouait mon pied gentiment, le sourire au visage et je lui répondis de la même façon. J’étais contente de savoir que l’opinion qu’il avait de moi ne changerait pas ou plutôt n’avait pas changé après ce soir… J’étais consciente que tout le monde avait ses petits problèmes de la vie quotidienne, mais dans mon cas j’avais un peu plus de difficulté à garder tout cela dans mon for intérieur, et plus le temps passe, plus tout cela devient encore plus difficile.

-Tu sais, c'était assez étonnant que tu ailles autant peur pour aller directement dehors sous la tempête et surtout en tunique très peu vêtu."

Sur ses mots, je ramenais mes genoux près de mon corps et je posai mon menton sur mes genoux, entourant mes jambes de mes bras en regardant Hayden dans les yeux. Je n’aurais jamais dû perdre le contrôle comme je l’avais fait, de cette façon j’aurais évité d’avoir à répondre des questions que je ne voulais pas vraiment entendre. Je savais que j’allais devoir m’ouvrir à quelqu’un un jour si je voulais pouvoir aller de l’avant sur le plan psychologique, mais est-ce que je me sentais prête ce soir à dévoiler mon histoire? Hayden avait pris une courte pause, mais repris de plus belle, ses paroles que je ne souhaitais vraiment pas entendre.

-" Quand j'ai entendu crier, j'ai aussitôt regardé dans le couloir, mais bon... Sans être indiscrète, puis-je savoir ce qui te fait peur et ce qui te rend méfiante envers les hommes?"

Il avait raison, je me méfiais des hommes et avec raison… Mais je ne savais pas que cette attitude ne se voyait ainsi pas tout le monde. Finalement, je me cachais très mal. Il finit par me dire que je n’étais pas obligée de lui dire quoi que ce soit, il avait seulement remarqué que j’essayais de me défendre contre lui quand il me portait dans ses bras. Ce n’était pas vraiment de ma faute, je ne lui voulais aucun mal… Ce n’était que mon instinct de survie qui prenait le dessus. Je me demandais si je devais lui révéler, j’avais peur de passer pour la victime qui est incapable de se défendre, je ne voulais pas attirer la pitié de personne, encore moins des chevaliers. Je voulais simplement être comme tout le monde… Avoir une vie normale comme n’importe qu’elle fille aurait eu normalement… Aider sa mère avec les tâches ménagères à la maison, apprendre à cuisiner, comment élever une famille! Trouver un homme séduisant qui unirait sa vie à la mienne en promettant a jamais de me protéger et de m’aimer à la vie à la mort… Ses beaucoup de chose pour moi qui ne m’arriverons probablement jamais… J’avais envie de parler, mais il y avait cette peur au fond de moi qui m’en empêchait et je ne savais quel chemin suivre. Mes mains s’étaient mises à trembler et je tentais de me calmer comme je le pouvais.

-Oui eh bien… Ça m’arrive quelque foi de faire un mauvais rêve et je me réveille en panique… J’ai perdu le contrôle ce soir… Je suis revenue à moi seulement quand tu es arrivé, je n’étais même pas consciente que j’étais dehors sous la pluie…

Je continuais de le regarder puis mon regard se dirigea sur mes mains tremblantes avec un petit sourire. On ne savait pas toujours tous les pouvoirs de chaque chevalier!

-Mon pouvoir à moi, c’est de me défendre avec mon énergie. Je peux envoyer une décharge d’énergie assez grande pour tuer un humain sur le coup… La seule chose c’est que j’utilise ma propre énergie… Tout à l’heur, je t’entais de me défendre malgré moi… Je ne contrôle pas vraiment mon pouvoir, il n’y a pas si longtemps que je connais son existence.

Je me dis au fond de moi, que je n’étais peut-être pas obligée de tout dire de A à Z, peut-être que si… Non… Non, c’est une mauvaise idée. Est-ce que je sors de l’eau? Ou je me noie? J’appuyais mon front contre mes genoux et fermis les yeux, je n’arrivais plus à penser, ma tête en avait trop! Je relevai ma tête, quelques larmes silencieuses coulaient le long de mes joues.

-Est-ce que tu veux savoir mon mauvais rêve?

Mes yeux le suppliaient de m’écouter mais au fond de moi, mes entrailles se déchiraient.
Joêve
Joêve
Personnage principal

Féminin
Messages : 537
Âge : 8 ans
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 12/04/2007


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Hayden le Sam 26 Fév 2011 - 12:29

Elle n'était vraiment pas obligée de me le dire. De dire ce qui s'était passé par le passé pour qu'elle agisse de cette façon quand elle fait des crises. Elle n'était vraiment pas obligée. Je voulais seulement savoir la situation pour permettre de l'aider, de l'aider dans ces crises pour ne pas que je me pose la question à chaque fois quand elle fait ça. L'aider lorsqu'elle paniquera durant la bataille et que personnes ne comprennent. L'aider pour qu'elle passe à travers de sa situation traumatisante.

Elle disait que ça lui arrivait quelques fois de faire ce mauvais rêve. Dire, qu'elle paniquait et on ne savait même pas. Dire qu'elle était en train de pleurer dans son lit, se morfondre sous son sort alors que nous on dormait paisiblement. Puis, perdant contrôle inconsciente de ces gestes, elle était à deux doigts de prendre froid à cause d'une peur qui avait marqué sa vie. Je ne pouvais franchement pas comprendre cette situation car je n'avais jamais eu de problèmes comme tel. Oui, on m'insultait parce que comparer aux autres elfes, ils avaient les cheveux blonds et moi, noirs. Noir comme de la nuit. On m'avait insulté, mais je ne prenais pas pour acquis, j'étais et je suis trop simple d'esprit pour m'occuper de pareil bobard, je me disais, ils étaient ordinaires alors que moi, j'étais spécial pour avoir une grosse différence physique avec eux. Vous saviez, c'était la même affaire avec les chevaliers d'Émeraude. On avait tous un physique particulier. J'étais un elfe avec les cheveux noirs et qui adorait le noir. Il y en avait un qui avait les yeux de couleurs mauve. Il y avait une qui avait les cheveux presque blancs. Il y avait même des servantes, des domestiques qui étaient différente. Ayant les cheveux roses ou des yeux rouges, tout le monde est venu ici pour en quelque sorte faire sa vie dans un monde qui ne fait pas de discriminations. C'était ce que je me disais, ou sinon, ils n'avaient carrément pas le choix de venir ici ou d'être ici.

J'avais remarqué qu'elle commençait à trembler. Je commençais à me sentir mal de parler de ça alors que ça ne faisait pas quelques jours ou quelque temps, ou encore, qu'elle voulait m'en parler. Je trouvais que je la forçais à s'ouvrir et je n'aimais point ça. J'aurais bien voulu lui dire de ne rien dire à ce sujet si elle n'était pas prête, mais... Elle recommençait à parler.

J'avouais sans gêne que j'étais certes étonné de ces révélations. Elle avait un pouvoir qu'elle n'était pas vraiment capable de contrôler et moi, j'avais failli mourir dans atroce souffrance si je n'avais en quelques sorte pas rassurer pendant qu'elle était dans mes bras. Honnêtement, je l'avais senti le danger, mais je n'avais pas vraiment préoccupé, je me disais que rien n'allait se passer si je la rassurais, alors voilà. Je l'avais rassuré et elle était dans mon lit me regardant les larmes qui coulaient. Une femme qui pleure s'était toujours dramatique, c'était la seule chose que je ne voulais que ça m'arrive devant moi. Je me trouvais impuissant dans ces situations. Je voulais la prendre dans mes bras, mais je ne pouvais pas sentant que dans cette situation un câlin était trop déplacé, donc avec une de mes mains j'enlevais doucement les larmes avec un sourire triste.

"Si tu en as envie de me le raconter ce mauvais rêve, vas-y. Je n'ai rien contre et surtout je ne te force aucunement à me le révéler."


J'étais triste pour elle. J'étais tellement si impuissant quand je voyais une femme pleurer. Je voulais aider, mais comment? Pour moi c'était de remonter le moral, mais parfois, non ce n'était pas bien. Parfois, il fallait tendre l'oreille pour que l'autre puisse se vider convenablement. J'étais cette oreille et je voulais l'écouter pour ainsi l'aider à tourner la page.

"Puis, concernant ta magie, on va trouver un moyen pour que tu puisses le contrôler. Sinon, si tu sens que ça arrive à quelqu'un d'autres ou à moi. Appel moi ou averti moi pour ne pas que tu ailles une victime sur la conscience." Lui disais-je avec un sourire rassurant.
Hayden
Hayden
Personnage important

Messages : 122
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge : 29 ans
Âme Soeur : Myria, une belle orchidée ~
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 30/01/2011


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Joêve le Lun 28 Fév 2011 - 19:05

Je me retrouvais dans une situation très bizarre et pourtant tout au plus nouvelle pour moi. Il y avait bien quelques années que je n’avais pratiquement eu aucun échange seul à seule avec un homme, encore sous les couvertures de son propre lit… Je trouvais tout cela étrange, car rares étaient les personnes qui réussissaient aussi facilement à entrer dans ma vie sans que je m’éloigne d’eux volontairement. Hayden lui était tous simplement là, devant moi et ne semblait pas en demander plus en provenant de moi, et c’est probablement ce qui me rassurait le plus. Il était différent, l’idée que je m’étais faite des hommes depuis quelques années était fausse si on essayait de l’appliquer à Hayden. C’était du nouveau pour moi, un terrain encore inconnu pour moi et que malgré moi, j’espérais pouvoir avoir le courage de le connaître davantage dans le futur. J’étais comme un enfant qui venait d’apprendre à marcher, je découvrais l’univers qui m’entourait n’était peut-être pas aussi noire que je le voyais. Je voyais au bout de chemin qu’il y avait de l’espoir pour refaire ma vie, même si je sais que j’allais encore devoir endurer des obstacles, un après l’autre.

Hayden s’était approché doucement de moi et tendit une main pour essuyer une de mes larmes qui coulaient sur mes joues. Son geste me fit sentir quelque chose que je n’avais pas ressenti depuis très, très longtemps… Je me sentais présente, j’avais l’impression que mon existence dans ce monde était importante pour quelqu’un et que ma vie valait la peine. C’était une sensation très agréable qui circulait dans mon corps, comme si je renaissais, j’en avais presque le souffle coupé. Il va sans dire que je n’avais jamais eu de contact physique avec aucun homme depuis que je suis née. À l’époque j’étais trop jeune pour rencontrer quelqu’un et puis je me suis retrouvée à Émeraude par je ne sais quel miracle… Bref, son geste me soulageait et ne me faisait aucunement peur. Au contraire, ma confiance en lui grandissait. Mes yeux fixèrent, grand ouvert, j’étais si étonnée que j’arrivais encore à ressentir quelque chose d’aussi puissant, autre que la colère et la peur. Je voyais très bien que ce brave chevalier était mal à l’aise à cause de mes larmes et je ne lui en veux pas, je comprenais très bien et j’en étais désolée. Il me dit qu’il ne voulait pas me forcer à parler si je n’en avais pas envie. Je lui répondis d’un petit sourire… Un peu manquée, je devais avoir l’air affreuse! Le visage en larme mélangé d’un sourire complètement manqué! Je me trouvais vraiment idiote! Puis il rajouta qu’il allait m’aider a contrôlé mon pouvoir, ce que je trouvais un peu courageux, car moi-même je ne savais même pas à quoi m’attendre!

-Tu n’es pas obligé d’être aussi gentil avec moi tu sais. Je ne contrôle même pas la moitié de mes pouvoirs, je préfère me battre à l’épée, au moins je contrôle ce que je fais…

C’est alors que j’avais envie de tenter une petite expérience. Je me disais que si j’arrivais à transférer mon énergie pour attaquer un adversaire, alors est-ce que je suis capable de faire ressentir ce que je ressens à une autre personne par la même façon? Je pris la main d’Hayden et la replaça a nouveau sur ma joue. Avec mes deux mains, j’entourai son poignet et je fermis les yeux. Le contact de sa main avec moi faisait naître un grand plaisir… Comme si je renaissais, l’émotion que j’éprouvais était difficile à décrire alors quoi de mieux que de la faire ressentir? Peut-être un mélange d’amour, de soulagement et de remerciement. Je sentis mes mains picotées, la même chose qui se produisait lorsque je voulais me défendre, mais cette fois-ci je sentais cette boule d’émotion montée en moi, passer par mes bras et se transférer dans le bras d’Hayden. Je rouvris mes yeux pour regarder le visage du chevalier avec un sourire. J’étais contente qu’il puisse sentir. J’enlevai sa main de ma joue, mais je la gardais dans ma main, sa paume vers le haut, faisant courir mes doigts sur les siens et sur sa paume. J’étais contente de ma découverte, puis une seconde idée me venait à l’idée. Peut-être que si j’arrivais à faire sentir mes émotions ainsi à Hayden, peut-être que je n’aurais pas besoin de lui expliquer mot pour mot mon histoire, mais peut-être que je réussirais à lui démontrer par moi-même, lui faire voir mon histoire comme une vision. C’était beaucoup de peut-être dans une seule phrase, mais je voulais tenter le coup.

-J’ai peut-être un moyen de me rendre tout cela plus facile… Si tu as confiance, ferme les yeux et tu comprendras absolument tout…
Joêve
Joêve
Personnage principal

Féminin
Messages : 537
Âge : 8 ans
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 12/04/2007


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Hayden le Jeu 3 Mar 2011 - 19:51

La vie prenait tout le temps une tournure assez tordue pour que la vie soit qu'une déception pour certaine personne. D'autres c'était que la vie était une enfer et d'autres comme moi était bien simple et la vie était merveilleusement belle. Certes, je ne me vantais pas d'être simple d'esprit et que pour moi la colère était carrément une option de la vie. Je me disais qu'il y avait des choses qui devraient être surmontée malgré les pires choses que tu ne pouvais qu'imaginer dans les pires cas. Je pourrais dire que je me trouvais drôlement chanceux pour ne pas avoir d'élément déclencheur atroces pour avoir des péripéties tous aussi marquants.

Mon élément déclencheur des éboulements de malheurs ou de nouvelles assez marquantes soient bonnes ou mauvaises, je ne l'avais jamais eu. J'avais tout simplement une grosse introduction et un gros développement en attendant bien des éléments qui pourraient déclencher les aventures. D'autres pourraient dire que mon élément déclencheur ça été d'être élève d'émeraude pour devenir ainsi un chevalier. Oui, mais pour moi ce ne l'était pas totalement... Je voulais quelque chose qui bouleverserait ma vie. Que je changerais un peu et que tout le monde s'inquiéterait pour moi, pour une des fois... Ouais, j'arrête de rêver à ce sujet.

Sinon, elle pleurait et je ne pouvais qu'enlever les larmes d'une main. Cependant, je pensais qu'elle allait le repousser, mais non. Elle me souriait tout simplement. En pleurant, certes ce n'était pas très jolie deux émotions en même temps, mais on pouvait rien n'y faire. Ceci dit, ce que je trouvais magnifique quand une femme pleurait c'était qu'elle pleurait bien malgré que nous les hommes on avait l'air des imbéciles qui avait des poussières dans l'œil. C'était la vie. Les femmes avaient la grâce à pleurer pendant que les hommes avaient.. Autre chose comme être protecteur envers certaines personnes. C'était l'instinct. La femme était sensible et les hommes plus sans cœur. Malheureusement moi, je ne l'étais pas vraiment car j'étais plutôt sensible, mais je parlais dans le sens qui ne pleurait pas parce que je ne pleurais pas, j'avais des poussières dans l'œil.

Je n'étais pas obligé être gentil? Oh oui, je l'étais, mais c'était mon choix de vivre ainsi. Lorsque j'étais un jeune elfe pendant qu'on m'éduquait dans la culture des hommes, j'avais choisi être une personne bien gentille tout en étant généreuse même si je n'aimais pas m'incruster dans les problèmes pour que sa soit la mienne, mais j'avais cette manie de m'incruster sans même le savoir. Je voulais être gentil. Simple non?

« Hm, c'est mon choix d'être gentil, ma belle...»


Sur ce, elle avait pris ma main pour la replacer sur sa joue. Elle voulait faire quoi? Et je me demandais si elle aimait autant que cela le contacte de ma main sur sa joue..? Je ne savais pas ce qu'elle faisait, mais elle concentrait, jusqu'à temps que je ressentais des chocs dans mon bras. Oh, nom d'une plante carnivore! Mon bras était engourdit et elle me regardait, je ne pouvais que sourire. Elle avait réussi à contrôler un peu son pouvoir tout en ayant une concentration nécessaire et voilà que j'étais engourdis, j'applaudis, mais je ne pouvais pas.

Elle enlevait ma main de sur sa joue pour qu'elle puisse dessiner mes lignes de mains avec son doigt. Bon, j'avais plus la possession de ma main donc, je me plaçais plus à l'aise sur le lit comme en me mettant en indien par exemple pour la regarder avec un sourire en coin. Je perdais possession de ma main pour une difficulté, et bien, j'apprenais toute une à soir. J'avais fait un sombre saut quand elle commençait à parler. Lui faisais-je confiance pour fermer les yeux? Bien évidemment quelle question idiote! C'était ma sœur d'arme après tout.

« Si j'ai confiance en toi? Franchement Mia! On est chevalier, frère et soeur d'armes, si on ne se faisait pas confiance, je serai peut-être mort à l'heure qui l'est!» lui disais-je en rigolant un peu avant de hausser les épaules et fermer les yeux. C'est parti mon minou!
Hayden
Hayden
Personnage important

Messages : 122
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge : 29 ans
Âme Soeur : Myria, une belle orchidée ~
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 30/01/2011


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Joêve le Sam 12 Mar 2011 - 22:45

Mon but n’était pas de séduire ou de me faire désirer par Hayden. J’avais devant moi un ami, un lien que je n’avais pas partagés avec une personne depuis de nombreuses années. J’avais oublié à quel point il était amusant de pouvoir partager ses joies, ses peines ou ses secrets avec une personne de confiance. C’était comme si je me redécouvrais après toutes ses années cachées dans l’ombre, à vouloir être inaperçue aux yeux de tous. Ce n’est pas de cette façon que je désirais vivre ma vie, il était temps que tout cela change même si je savais que ce changement allait quand même prendre beaucoup de temps pour que je sois totalement rétablie. Peut-être même que dans quelques années, je trouverais le courage d’essayer de retrouver mes frères qui ont disparu. Dieu seul sait où ils sont rendus maintenant… Ou s’ils respirent encore dans ce monde…

Je tenais gentiment la main d’Hayden dans la mienne, me demandant si mon don pouvait être aussi puissant que je le pensais. Il me répondit en rigolant qu’il me faisait confiance, parce qu’on était chevalier, frère et sœur d’arme. Sa réponse me réconforta parce que j’avais peur, au pire, qu’il me réponde non! Mais où en était rendu, cette réponse m’aurait quelque peu étonnée. Je lui souris timidement, essayant de me concentrer sur ce que j’essayais de dire, de dévoiler depuis tellement d’années. Ça y est, aujourd’hui, ou plutôt cette nuit était décisive… Plus révélatrice. Depuis ce fameux soir, je ne m’étais pas vraiment servie de mon don pour me défendre. Un peu pour chasser, car j’étais un peu maladroite pour ce qui est de la chasse. Le plus souvent c’était l’animal qui se défendait et je me retrouvais dans de fâcheuses situations. Dans ses circonstances, je me défendais avec mon don, sans pour autant savoir ce que je faisais vraiment. C’était comme l’habitude, un instinct de survie auquel je n’avais pas encore trouvé comment le contrôler. Tout ce que j’espérais était de ne pas envoyer ses images trop fortes pour mettre Hayden inconfortable. Bref, contrôler ce que je m’apprêtais à lui montrer par la pensée. Il y avait surement plusieurs façons d’exploiter ce don que je cachais, j’allais probablement découvrir tout cela plus tard avec de la pratique intensive. Je fermis les yeux, de cette façon je pourrais certainement mieux me concentrer sur ce que je voulais montrer. L’air frais entrait dans mes poumons, je pris quelques respirations lentes pour ralentir le plus possible ma respiration.

De mes deux mains, je pris celle d’Hayden. Je me sentais confiante, mais en même temps, il y avait cette peur qui courait le bas de mon ventre et qui me rendait très nerveuse. Lentement, j’essayais de transmettre des images de ma tête à celle d’Hayden. En premier, je fis un petit test, je n’étais même pas certaine que ce que je voulais faire puisse vraiment marcher. Dans ma tête, je visualisai ma famille. Le jour où nous somme allé en vacance au large de la mer dans le continent d’Argent. Mes parents étaient allongés dans le sable chaud, sous le soleil. Tandis que mes frères se baignaient dans l’eau, où plutôt se chamaillaient pour essayer de se noyer mutuellement. Moi, je n’étais pas très loin, essayant de me faire bronzer tranquille sans que mes frères essaient de me mouiller.

-Tu vois?

Demandais-je à peu près 15 secondes plus tard? Je rouvris mes yeux, le regardant. J’espérais que tout cela marche vraiment. Ayant sa confirmation, je me concentrais d’avantage parce que je m’apprêtais a montré ne serai vraiment pas facile pour moi.
La première image que je transmettais était de moi, j’étais dans ma chambre. La vue que je montrais était comme je l’avais vécue, je transmettais mes souvenirs d’après ce que je me rappelais avoir vu. J’avais les yeux fermés, puis soudain je me redressais vivement sur mon lit, un brusque bruit m’avait réveillée. Sans prévenir, un homme fracassa ma porte de chambre et entra. Il se dirigea vers moi et m’agrippa fermement. Un sentiment de peur m’envahit au grand complet, me faisant trembler. Ce n’était pas des souvenirs que j’aimais particulièrement me rappeler. L’homme m’avait agrippée par l’un de mes poignets et son autre main m’avait agrippée par mes cheveux. Je fus obligée de suivre cet inconnu. Il m’amena dans la cuisine, je passai à côté du corps inerte de mon père qui jonchait le sol… Un long filament de sang qui coulait entre les planches de ma maison. Une grande tristesse me secoua, mes parents me manquaient terriblement… Je savais très bien qu’il était mort et que je n’y pouvais rien. J’étais à présent agenouillé sur le sol, je voyais très bien quatre hommes qui circulaient dans ma maison. Puis, mes frères sortirent de leur chambre, eux aussi accompagner d’un des hommes. Ils étaient attachés deux par deux par des cordes liées aux poignets. Ils avaient tous peur, le plus vieux d’entre eux essayait de les calmer. Ce fut la dernière fois que je vu mes frères en vie. Ils furent amenés hors de la maison pour la dernière fois. Je pouvais encore sentir les larmes qui coulaient le long de mes joues. Ma mère entra dans la pièce et poussa un crie déchirant, qui glace le sang, voyant le corps inerte de mon père sur le sol. L’homme la poussa violemment contre moi et je tombai à la renverse avec ma mère. T’en bien que de mal, nous nous relevons. Ma mère criait des choses aux hommes, mais j’étais tellement bouleversée que j’entends juste le son de sa voix résonner dans le fond de ma tête, mais les paroles ne sont pas claires. Puis, un son fracassant résonna et je vis des bouts de bois tombé un partout autour de moi et ma mère s’écrasa à côté de moi… Je vis la chaise en mille miettes et je compris qu’on le lui avait lancé la chaise en plein sur le crâne. Un frisson d’horreur m’envahit… Je n’en revenais pas de ce qui se passait. Du jour au lendemain, ma famille détruite… Je criais à mon tour, je voulais m’enfuir, mais j’étais terrorisé et il y avait encore deux hommes dans la maison, c’était impossible. Je sentais le désespoir monter en moi. Mon corps commençait à trembler parce que je savais ce qui s’en venait. Je me souviens du sourire méchant que cet homme avait… Il se jeta sur moi… Je me débattais, mais ma force seule ne servait pas contre cet homme. Ses mains couraient partout sur mon corps et je me débattais pour ne pas sentir ce qu’il faisait jusqu’à ce qu’il… s’amuse avec moi… Chacun leur tour…

Je rompis le lien que j’avais avec Hayden, essoufflé et bouleversé par tous ses souvenirs refoulés. Je tentais de me calmer, mais il était certain à présent que j’allais passer une nuit totalement blanche… Pas question que j’essai de dormir…

-C’est sa, mon passé.

Ses quelques mots se glissèrent de ma bouche, avec un léger tremblement. Honteuse de tout ce qui s’était passé.
Joêve
Joêve
Personnage principal

Féminin
Messages : 537
Âge : 8 ans
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 12/04/2007


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Hayden le Mar 15 Mar 2011 - 21:47

J'entendais le vent soufflé très fort à l'extérieur. J'entendais des craquements de branches à cause de l'intensité du souffle du vent. Le vent s'était la liberté, l'air qui nous permettait de respirer convenablement. Elle apportait toute sorte de choses dans son courant. Elle transporte sans même y avait de restriction, elle était libre tant qu'on ne lui ordonne pas de rester pendant un long moment à la même place tout était correct. C'était la loi de la nature. On forçait les choses, on bâtissait on détruisait des forêts pour construire des habitations sans leur consentement. C'était attristant, mais c'était cette ère que nous sommes aujourd'hui. Construire sans même se soucier de la nature, des plantes, des rocher. Ne souciant aucunement du vent, des nuages, de l'eau et même de la terre. Je prédis que tout cela allait nous lâcher un jour ou l'autre pour nous remettre à la bonne place et de nous permettre de trouver notre humanité que nous étions en train de perdre.

J'avais fermé les yeux et j'attendais patiemment ce qu'elle voulait faire. C'était bien elle pratiquait sa magie et j'étais son cobaye, au moins. Il fallait quelqu'un pour être témoin et/ou victime, non? Enfin, je rigolais. Elle était une ravissante humaine qui avait du potentiel et qu'il fallait seulement qu'elle trouve sa confiance et qu'elle fasse la paix avec son passé. Je sentais qu'elle avait tant d'avenir comparer à moi et pourtant elle était pris dans un problème que je ne connaissais pas moi-même. Ce n'était pas de mes affaires de connaître les problèmes des autres, en fait, je ne voulais pas savoir les problèmes, sauf si c'était vraiment nécessaire comme cette fois. Où elle me tenait les mains en fermant les yeux en s'efforçant de faire quelque chose alors que j'attendais à cette effort avec tant de patience tout en gardant les yeux fermés.

Soudain, je voyais une famille à la plage près de la mer d'Argent. Je me rappelais que j'allais souvent là me réfugier pour ainsi discuter calmement avec la nature, avec mes fleurs, avec mes plantes qui me parlaient, me conseillaient sans cesse. J'avais déjà été de nombreuses fois et revoilà que je voyais cette plage de passé aussi magnifique avec une famille ravissante qui vivait le parfait bonheur. Je voyais des adultes couchés sur les sables chauds du Soleil en plein Zénith. Je voyais des jeunes personnes se baigner tout en se « noyant » dans l'eau de la mer qui était froide quand on y allait. Noyer... On faisait tout ça quand on avait des amis avec qui baigner. C'était difficile de faire cela tout seul et je l'étais, mais pas assez pour que ça devient mon problème. J'aimais la solitude et j'aimais la compagnie. C'était presque impossible que je détestais ou que j'avais un problème quelconque. Enfin, il avait une douce petite fille qui se bronzait un peu plus loin de ses frères pour ne pas être mouiller. Ah les filles.

- « Tu vois?»

« Oui...» avais-je pu murmurer en souriant.

C'était si joyeux ce moment que mes parents me manquaient. Certes, j'étais un jeune adulte, mais pareil on avait des parents et ça faisait quand même longtemps que je ne les avais pas vu. En tout cas, peut-être un jour je leur rendrais visite. Un jour, qui sait. Bref, je rouvrais mes yeux en apercevant qu'elle venait tout juste de les refermer. Et bien! Mon affirmation n'était pas assez forte? Ce n'était pas bien grave tant qu'elle continuait se s'amuser avec sa magie et que moi, je sois témoin de ses exploits. J'étais vraiment fière d'elle. C'était simple d'utiliser la magie, il fallait seulement se concentrer et quand on avait l'habitude pas besoin de réfléchir pour pouvoir l'utiliser.

Je ne voyais que du noir lorsque j'avais entendu un bruit très fort qui m'avait fait asseoir sur le lit. Je voyais une chambre qui n'était pas mienne. Une minute, ce n'était pas la mienne non plus, c'était le passé de Mia qui commençait? Pourtant c'était comme si je l'avais vécu... Déjà que ça me donnait des mauvaises impressions. Je voyais un homme qui forçait la porte pour rentrer dans la chambre pour ainsi m'agripper fermement pour ne pas que je m'échappe. Il avait de la poigne cet homme. Enfin, je ressentais de la peur dans tout ça pendant que l'homme prenait mes poignets avec une main pendant que l'autre me tirait les cheveux. Je me sentais comme une fille à cette position. Ah oui, j'étais Mia en quelque sorte. Je sortais pour me rendre à la cuisine avec l'agresseur. Un corps sans vie jonchait sur le sol avec une longue trace de sang sur le planché. C'était quoi ce massacre?! Ça m'attristait tout ça et d'ailleurs j'avais seulement hâte que la fin arrive car ça devenait de plus en plus inquiétant. J'étais désormais à genoux et je voyais les petits frères à Mia partir vers l'extérieur avec des hommes. Bon, je me disais qu'il n'avait pas de victimes, du moins je l'espérais. Pauvre petit. L'homme avait vraiment perdu l'humanité qu'il avait autrefois avec les autres races. Un crie strident m'avait fait revenir dans le spectacle qui m'avait offert Mia. Sa/ma mère criait d'une telle force en voyant son tendre sur le sol, blanc comme un drap, puis j'avais ma mère sur moi, elle avait du courage pour pouvoir crier de tels choses sur les hommes alors que ces bêtes avaient une grande avantage sur eux. Enfin, j'avais entendu un bruit d'un objet se cassant sous un endroit dur, je voyais des pattes de chaises revolés et ma mère tombée à côté de moi, le crâne fendu. Oh seigneur. Ça existait encore des personnes qui avait autant de cruauté envers sa propre espèce? Puis, je commençais à crier voulant m'échapper ne voulant pas que ça m'arrive une telle chose à moi. C'était terrifiant, je le ressentais aussi. Même moi à son âge par le passé j'aurais la peur de ma vie, mais ce n'était pas tout. Moi qui voulait que ça se termine ainsi, mais non. L'homme qui était avec elle osait faire une chose qui me mettait habituellement en rogne. Cet homme qui avait un sourire pervers, méchant envers une belle déesse et il osait la toucher, la déshabiller, l'embrasser pour s'amuser de cette façon hideuse envers elle. J'avais le goût de vomir en voyant cette scène.

Fin. Je voulais tuer cet homme qui avait fait un pareil crime envers une belle créature. Comme je disais tantôt, c'était presque impossible que je déteste quelque chose, mais cette fois c'était possible. Je détestais quand j'entendais de viole envers une femme. Qu'on agressait une femme. Quand il s'agissait de mal traitée une femme, ça me mettait hors de moi, je voyais noir. Une chance que Mia m'avait adressé la parole pour me remettre en place et pour que je puisse enfin ouvrir les yeux car saviez-vous que j'imaginais une souffrance atroce quand j'aurais croiser la personne qui avait fait ça à ma sœur d'armes. Qui avait enlevé la pureté d'une femme! Hm... Quelle belle vengeance que je prenais avec tant de plaisir. Enfin, revenons à nos moutons.

Je la voyais essayer de se calmer alors que moi, j'avais perdu mon sourire en voyant un pareil crime. J'avais perdu le fameux sourire que personne n'avait réussi à m'enlever. Je respirais doucement en cherchant quelque chose à lui dire pour ce calmer. Que dire? Rien jusqu'à date. Je bougeais du lit pour être à ses côtés. Je m'installais, assis, sur le lit à ses côtés et tranquillement je passais une main dans son dos et je l'attirais vers moi. Elle pouvait me donner le choc, je m'en foutais. Les hommes méritaient grandement cette punition, même si c'était pas moi qui avait fait cet acte. Je l'avais attiré vers moi, pour lui faire un câlin. Déposant ma tête sur la sienne, je respirais tranquillement pour enfin dire ceci:

« Je pensais pas que t'avais autant souffert, ma belle...» Murmurais-je doucement avant de fermer les yeux. Sérieusement, j'étais déchiré.

« Je me sens tellement coupable même si c'était pas moi, je me sens tellement sale à cause de ces hommes qui salit la réputation des mâles... Enfin... je peux pas savoir comment tu ressens après tout ça, mais je peux te dire que je me sentais impuissant.»

Je lâchais un peu ma force concernant cette étreinte. Et je soupirais.

« Si je peux faire quoi que ce soit pour toi. Si c'est pour te remonter le moral, te dire des conneries, t'écouter, te donner à manger, fais-le moi savoir, je suis à ton service.»
Hayden
Hayden
Personnage important

Messages : 122
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge : 29 ans
Âme Soeur : Myria, une belle orchidée ~
Sexe : Masculin
Date d'inscription : 30/01/2011


Revenir en haut Aller en bas

Tempête  (libre) Empty Re: Tempête (libre)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum