Le Deal du moment : -50%
Promo sur un arbre à chat géant – ...
Voir le deal
68.99 €

Rencontre Chevalier-Écuyer ( Pv Elias)

Aller en bas

Rencontre Chevalier-Écuyer ( Pv Elias) Empty Rencontre Chevalier-Écuyer ( Pv Elias)

Message par Invité le Sam 6 Fév 2010 - 17:46

Lorsque je m'étais réveillée, j'avais découvert une petite servante en train de préparer une bassine d'eau chaude. Bon. Pas la peine de dire qu'elle avait eu un choc en me voyant moi, une chevalière. Elle bafouillais des excuses incompréhensible pendant que je serrais mes couvertures contre moi. Je finis par éclater de rire, détendant l'atmosphère ( Pour moi, du moins). Gênée, la petite servante s'inclina et déguerpit de la pièce à la vitesse d'un cheval qui s'aurait fait piquer par une abeille. Je souris et, lentement, je descendis de mon lit. Je començai par m'étirer puis je dirigeai vers la fenêtre, mes couvertures toujours enroulé autour de mon corps. Je tirai les rideaux et, humant l'air à plein nez, je me mis à observer le ciel bleu. Cela allait être une belle journée puisqu'aucun nuage n'était en vue. Mais ce ne l'était pas seulement pour cette raison. On m'avais attribué un écuyer et je devais le rencontrer dans la grande cours, à midi. Un coup d'oeil à la position du soleil m'indiqua qu'il était environ 8 heure de matin. J'avais donc encore du temps devant moi. Satisfaite, je fermai les rideaux et me tournai vers la bassine. Je laissai tomber les couvertures puis, après avoir ôté le vieux chandail qui me servait de pyjama, je me glissai dans l'eau chaude. Je lavai mes longs cheveux noirs à l'aide d'un produit naturel inconnu puis je lavai le reste de mon corps. Une fois sortie de la bassine, je pris la serviette que la petite servante avait déposé sur le sol et m'en servi pour éponger mes cheveux dégoulinant. Lorsque j'eus fini, je l'enroulai autour de moi et partit à la recherche de quoi m'habiller. En fouinant dans un placard, je dénichai une paire de leggigns blanche et une petite robe noire avec des motifs blanc. Je détestais me compliquer la vie alors je les mis sans poser de questions du genre: Est-ce que cela va bien ensemble? Je brossai mes longs cheveux puis j'enfilai des chaussures noires. Enfin prête, je retournai à la fenêtre et ouvrit les rideaux tout grand. En jetant un coup d'oeil en bas (J'étais au deuxième étage), il me prit l'envie soudaine d'aller me promener dans les jardins. C'est ce que je fis. J'errai un moment dans les allée fleuries lorsqu'une petie fille me frappa de plein fouet. Étourdie, je constatai avec amusement que c'était justement la petite servante qui avait apporté la bassine dans ma chambre. Elle avait les même cheveux blancs et les même yeux doré. Elle me fit un adorable sourire et lança: ''Je suis désolé!''. Je fus surprise parce que, contrairement à ce matin, elle n'était pas du tout gênée.

- Comment t'appelles-tu, petite? demandai-je en m'accroupissant à sa hauteur.

- Himawari! dit-elle.

Un détail qui m'avais jusque là échapper me revint. La fillette devant moi semblait plus jeune que celle de ce matin... Mais comment cela était-il possible?

- Et... Que fais-tu ici, Himawari?

- Ath' m'a dit d'aller chercher l'arrosoir dans la remise pour qu'elle puisse arroser les fleurs du secteur Ouest... ou Est, je ne sais plus.

Je supposai que ''Ath'' était sa supérieur.

- Donc tu es servante?

- Ouais! Et toi, t'es chevalier?

Elle n'avait aucune gêne et, vu son caractère, ce n'était pas la fillette de ce matin! De toute façon, me dis-je, elle m'aurait reconnue... Himawari se retourna soudainement et, mettant ses mains en mégaphone autour de sa bouche, cria:

- Ça va, Tampopo! C'est juste un chevalier!

Un buisson se mit à bouger et une autre petite fille, identique à la première, en sortit.

- Des jumelles! m'exclamai-je.

La Tampopo en question se réfugia derrière sa soeur.

- En fait, dit Himawari, on n'est pas jumelle. Tampopo a 8 ans et moi 10. On est juste des soeurs qui se ressemble beaucoup!

À ce moment, une voix furieuse retentit:

- Himawari et Tampopo! Avez-vous fini de faire n'importe quoi? On ne vous engage pas pour vous amuser! Allez chercher l'arrosoir et, comme punition, vous la remplirez vous-mêmes!

Tampopo fixa sa soeur en marmonnant un: ''Bravo, Himawari''. Celle-ci fit volte-face et dévisagea furieusement sa soeur.

- Allons, dis-je, je vais vous aider. Ce n'est pas si grave.

Les fillettes me guidèrent et rendu à la remise, me montrèrent l'arrosoir en question. Tampopo s'en empara et la transporta toute fière jusqu'au puit. Cependant, une fois remplie, l'arrosoir était bien trop lourde et je dus moi-même l'amener. La ''Ath'' en question était en fait une jeune femme à peine plus vieille que moi (environ 20 ans), qui s'appelait Athénia. Elle n'opposa aucune contradiction à ce que j'aide Himawari et Tampopo. Je passai donc la matinée à arroser des fleurs et à écouter Himawari raconter des histoires qui n'avait aucun sens. Sa soeur, Tampopo, était plus discrète et semblait témoigner beaucoup de respect pour la nature. Je finis par m'épuiser et les deux soeurs me montrèrent ''leur'' cachette secrète. Il s'agissait d'un petit banc de pierre situé juste à côté d'une mini cascade artificielle. Elle me parlèrent une bon moment puis je dus me rendre à l'évidence qu'il était bientôt Midi. Je quittai donc Himawari et Tampopo en leur promettant que je les reverrai. Je me rendis à la place centrale de la Grande Cours, une sorte de cercle de pierre. C'est là qu'une foule de questions m'envahir. Comment était mon écuyer? Était-ce un garçon ou une fille? Était-il gentil? Colérique? Je finis par tasser toutes ses questions dans un coin de ma tête, en me promettant toutefois d'y trouver une réponse...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Rencontre Chevalier-Écuyer ( Pv Elias) Empty Re: Rencontre Chevalier-Écuyer ( Pv Elias)

Message par Invité le Sam 6 Fév 2010 - 20:01

    Elias était moins en contrôle de son horaire que Michaëlla. En fait, il ne contrôlait rien du tout. Personne ne lui avait jamais dit qu'il devait rencontré son maitre. Il n'avait eu l'occasion de raconter son histoire qu'une fois à un diplomate excelsorien qui lui avait poliment conseillé d'aller voir un guérriseur. En cinqs jours, depuis qu'il était ici, il avait eu le temps de se coincer dans un souterrain magique sous la grande coure, rentré dans la salle de bain des filles en pensant que c'était la cuisine et devenir l'amour de la vie d'une jument collante et cinglée. Ce n'était donc pas étonnant qu'il se soit déjà fait une réputation et que les dames du château l'ait tout de suite employé pour toute sorte de petit boulots. Sa politesse naturelle l'avait empêché de refuser, mais il l'avait rapidement regretté.

    « Elias, va me chercher un gâteau aux cuisines »
    « Eliaas, viens ici.»
    « Eliaaas, va dire à Amélie que Trumachin est vraiment beau »
    « Eliaaaaaaaas, viens nous aider »
    « Eliaaaaaaaaaaas, tu es notre seul espoire »
    « ELIAAAAAAAAAAAS, ON EST PERDUES SANS TOI !!! »

    Bref, l'enfer. C'était pour ça qu'il avait un horaire très chargé, sollicité de-ci de-là, il n'avait pu se coucher que très tard, ou plus tôt très tôt vu qu'il était déjà 2H du matin. Il ne put malheureusement dormir très longtemps car il fut réveillé par une langue baveuse sur son visage quelques heures plus tard. Il ouvrit les yeux pour tomber nez à nez avec ... Un cheval. Une jument pour être plus précis. Aziel.

    - AAAAAAAAAH !!!!

    Elias était de nature à gardez son sang froid, mais si vous vous reveilleriez nez à nez avec un cheval dans votre chambre, comment réagirirez vous ? Il remonta donc rapidement ses couvertures par reflex et se recula dans l'extrémité du lit la plus éloigné d'Aziel. Aziel était une belle jument de taille moyenne qui appartenait au château. Ses yeux bleus foncés resortaient sur son pelage noir. Mais ce n'était pas tout ce qui attirait l'attention. Sa crinière et sa queue, terminées par un dégardé de noir, étaient d'un blanc crème délavée. Normalement, c'était une jument assé sympa, sauf quand elle trouvait quelqu'un qu'elle aimait bien. Elias était en état de choc.

    - Comment t'as fait pour rentrer ici ?!
    - Par la porte, pensa bon de préciser le miroire.
    - Oui, ça je sais mais--

    Aziel intervint.

    - C'est pas l'important. Elias, vient avec moi. Je veux jouer :D
    - Hmm ... Écoute Aziel, je sais pas pour vous les cheveaux, mais moi je suis un humain et j'ai besoin de 8 heures de somei--

    Aziel l'interompit de nouveau.

    - Et je sais que les humains on besoin d'exercice.

    Et Elias comprit avec horreur ce qu'elle allait faire. D'un coup de sabot, elle ouvrit son tiroir et y pris tous les vêtements dans sa gueule. Il faut dire qu'Elias n'en avait pas beaucoup. Malgré les protestations du dit tiroir et d'un Elias en caleçons, elle défonça la porte de ses gonds et partit en trottant dans le couloir. Elias décida de ne pas tomber dans sson piège. Elle voulait qu'il parte courire en caleçon dans tous le château. Il n'allait pas le faire. Il mit la couverture sur ses épaules et s'approcha de la porte qui pendait misérablement sur ses gonds. Il allait marché jusqu'a la chambre d'Andy et demander des vêtements. Ça serait déjà moins stupide que ...
    Il n'eut pas le temps d'achevé sa pensé.
    Un brusque poussé de son côté droit le souleva et il se retrouva en amazone sur le dos d'une Aziel au galop. Il se demanda pendant un instant où elle avait largué ses vêtements, puis décida que sa priorité était simplement de s'accrocher à sa crinière et d'essayer de ne pas tomber. Lorsqu'ils descendirent les escaliers au triple galop, Elias cru vraiment que cette fois il allait se rompre le cou. Une fois en bas, sa couverture glissa et Aziel redoubla de vitesse sur les parquets cirés en renversant au passage des plateaux qui poussaient des cris aigus et des serviteurs ahuris. Elle s'arrêta finalement en dérapage contrôlé et largua Elias sur un sofa qui protesta violament en invoquant les droits des meubles, déclaration dont le jeune prince n'avait jamais entendu parlé lors de ses cours de diplomatie. Si les chevaux pouvaient sourir, Aziel aurait surment arboré un sourir narquois à ce moment là.

    - Alors, programme de la journée. D'abord, on passe aux cuisines prendre des carottes. Ensuite, on va énerver les boeufs. Tu devrais les voirs ! Il se croient teeeellement supérieurs ...

    Pour Elias, c'était une certaine jument qui se considérait supérieur. Heureusement pour lui, il n'eut pas à écouté plus longtemps un discours sur comment énerver des boeufs, car une voix geignarde intervint. Apparament, c'était assé important car la personne ne s'étona pas de trouver un cheval dans le couloir et un Elias ébouriffé en caleçons.

    - E ... Elias ! C'est horrible ! Pon ... Ponpon est sur le toit !

    La voix qui venait de parler apartenait à Lady Amélie et Ponpon était son chat. Prenant la première occasion qu'il avait de s'éloigner d'Aziel, même si cela impliquait de faire des accrobaties en caleçon sur le toit du château, il s'approcha de la dame.

    - N'ayez craintes, milady, indiquez moi simplement où je puis monté sur le toit.

    La demoiselle, entre deux sanglots, le mena vers une porte qui ouvrait sur un escalier. Elias s'empressa de monté les marches quatres à quatres et devina d'après le bruit de sabots qu,il entendait derrière lui qu'Aziel le suivait. Il déboucha finalement dans une sorte de pièce circulaire au sommet de la tour. C'était visiblement un débarras, emplit de livres et de babioles dont Elias identifia certaines comme étant des instruments d'alchimie.

    - Ne touche à rien, ordonna t-il à Aziel qui venait d'entrer dans la pièce.

    Il remarqua un deuxième petit escalier qui montait sur le toit de la tour. Il ouvrit le trape et se retrouva sur le toit. Le chat était sur l'autre toit, environ un mètre plus bas que la tour, accroché de toutes ses forces au porte drapeau d'Excelsior. Sans hésiter, Elias sauta du sommet de la tour sur le toit plus bas et s'avança vers le chaton. À Florentina, il avait souvent passé ses nuits allonger sur le toit, il y était donc parfaitement a l'aise. Il était là. Il n'avait qu'a tendre le bras pour attrapé le félin. Mais un bruit le fit se retourné. Aziel était sur le tour et elle avait l'air terrorisée. Avant qu'il ne put dire quelque chose, elle sauta sur le toit qui craqua sinistrement sous sont poids. Elias commençait à ce dire qu'elle était un peu trop agile pour un cheval ... Mais en tous cas. Les mots sortirents, précipités, de la bouche d'Aziel.

    - Je ... Je ne voulais pas, vraiment. J'ai juste accroché le truc, ça fait des étincelles et ça à touché le liquide rouge et ... et ...
    - Et quoi ?
    Dit Elias en tentant de comprendre le charabia d'Aziel. Mais il n'eut pas besoin de réponse. Une colonne de flamme sortie de la petite tour derrière Aziel. Maintenant ils étaients coincés sur le toit. L'ex-prince tenta de se calmer. Il fallait qu'il trouve un plan pour les sortirs de là et vite. La muraille. Elle n'était pas assé proche pour qu'il saute, mais peut-être pour un cheval ...

    - Aziel, vient ici.

    Il attrapa sans plus de cérémonie Ponpon et monta sur le dos d'Aziel. Cette fois ci, il était bien assis. Il avait déjà reçus plusieurs cour d'équitation et se tenait cette fois ci bien aggripé.

    - Ok, Aziel, tu vois le chemin de ronde, là, sur la muraille ? Saute.

    Et elle sauta. Mais elle était trop nerveuse, il n'y avait pas assé d'élan. Seul des sabots d'avant attérirs. Mais ce fut suffisant pour qu'elle recalcule sa trajectoire et atterisse dans un tas de foin. Elias grimaça, car le chaton effarouché était monté sur sa tête et y avait profondément enfoncé ses griffes. Emporté par son élan, Aziel sortit du tas en galopant, trébuchant, et manquant tombé. Ce fut donc en caleçon, couvert de paille, monté sur un cheval, lui même avec un chat sur la tête, trente minutes en retard et sur un fond de tour enflamée qu'Elias arriva devant Michaëla.


Dernière édition par Elias le Dim 7 Fév 2010 - 18:46, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Rencontre Chevalier-Écuyer ( Pv Elias) Empty Re: Rencontre Chevalier-Écuyer ( Pv Elias)

Message par Invité le Dim 7 Fév 2010 - 12:16

[ Elias, c'est Michaëla, pas Michaëlle! Et... Désolé, petit post ><]

Vous vous souvenez de ces questions que je me posais sur mon écuyer? Eh bien, j'ai trouver une réponse. Bizarre. Tout court. J'avais entendu assez longtemps sur la place centrale, voir une demi heure. Je commençais à m'ennuyer et à me demander sérieusement si je devais m'en aller lorsqu'un cri retentit. De ma nature protectectrice, je courus donc d'où venait le cri et découvrit Athénia, pointant d'un doigt horrifié une tour enflammé. En regardant mieux, je pus apercevoir une silhouette humaine et une autre de la forme d'un cheval sur le toit.

- Oh mon dieu, murmurai-je. Mais qu'est-ce qu'ils font?

Mon premier réflexe fut de sécuriser les lieux. Je demandai à Athénia de faire réfugier tous les enfants à l'intérieur, sans leur dire ce qui se passait. La pauvre femme partit en courant sans demander son reste, jusqu'à ce qu'elle frappe Himawari et Tampopo accidentellement. Les soeurs m'apercurent et se mirent à courir dans ma direction. Chouette.

- Mikae! lança Himawari, traînant Tampopo derrière elle.

Elles arrivèrent à ma hauteur, d'où elles purent voir la tour enflammée. Avec un sourire d'excuse, je mis un doigt sur ma bouche, chuchotai: ''Cela doit rester secret, sinon tout le monde paniquera.'', et envoya les deux fillettes chercher leurs amies pour les emmener à l'intérieur. Puis je me relevai et vérifiai la direction du vent. Par malheur, il venait du côté Nord, donc il entraînait la fumée et les débris de toit en plein sur le jardin. Je jetai un regard sur les deux silhouettes en hauteur et décidai d'intervenir. Je me plaçai au milieu du cercle de pierre et, joignant mes mains ensemble, je fermai les yeux. Je commençai par faire le vide dans mon esprit puis je levai mes mains pour qu'elle puissent sentir le vent. En me concentrant, je refermai les poings sur deux languettes de vent et, tel un cerf-volant que l'on dirige, je fis une lente et forçante rotation sur moi-même. Le vent changea de direction et après quelques minutes la fumée cessa d'envahir la place Centrale de la Grande Cours. Par contre, j'étais très faible et, à bout de souffle, je m'effondrai sur le sol. Je dus rester immobile un bon instant puisque j'avais de la misère à ouvrir les yeux. Un bruit d'ébroument me força alors à jeter un regard devant moi. Un cheval noir se tenait à quelques mètres de moi et m'observait avec un drôle d'air. Je fermai les encore les yeux, n'y tenant plus. Mon souffle rauque me faisait presque peur et je reprochai mon imprudence. Qu'est-ce qui t'a pris, Mikae? Hein? Tu as failli te tuer! Et même encore, rien n'est certain... À ces paroles, je me concentrai et forçai la douleur qui martelait ma tête à disparaître. Alors je tentai encore d'ouvrir les yeux et je pus enfin apercevoir une scène un peu plus clair. Le cheval était monté par un adolescent au cheveux pâle qui semblait... en caleçon. Mais quel était ce cirque? Je fermai mes yeux et essayai de faire disparaître encore une fois la douleur. Je parvint à ramper jusqu'à un banc et, m'y accrochant fermement, je m'assis contre lui. Je recommençai ainsi plusieurs fois. Ouvrir les yeux, regarder, faire disparaître la douleur... jusqu'à ce que je sois presque remise. Non seulement, je découvris que l'adolescent devant moi était VRAIMENT en caleçon mais en plus, il était couvert de paille et chevauchait un cheval noir à la crinière blanche! Je me levai au pris de grands efforts et, me retournant, j'apercus des serviteurs et des servantes tentant d'éteindre le feu. Celui-ci était presque éteint et je fus heureuse de savoir que mon effort avec servit à quelque chose. Ce problème étant réglé, je me retournais vers l'adolescent. En le sondant subtilement, je découvris une certaine puissance magique en lui. Serait-ce possible que...

**M'entends-tu?** demandai-je télépathiquement.

Je continuai de l'observer et remarquai qu'il était couvert de suie. Avait-il provoquer ce feu? Il n'avait pas l'air méchant, un contraire. Il avait plutôt l'air maladroit et du genre comique. Mais enfin, si c'était bien mon écuyer et qu'il avait vraiment provoquer ce feu, il faudrait bien qu'il ait une leçon... Je tentai donc une autre technique.

- Enchanté, je suis le Chevalier Michaëla d'Excelsior. Puis-je t'aider? Je crois que tu aurais besoin de vêtement... et d'un bon bain.

Je le jugeai et rentai d'apercevoir une quelquonque expression sur son visage qui pourrait exprimer sa culpabilité ou son innocence. S'il n'avait pas entendu mon message télépathique et qu'il n'était pas mon écuyer, il devrait être paniqué de voir un chevalier puisqu'il devrait sûrement se douter que je l'accuse d'avoir provoqué ce feu... Mais, dans le cas contraire, il devrait se sentir coupable parce qu'il doit avoir lut le Code de Chevalerie et savoir qu'il ne doit jamais mentir à son maître...

**Jeune homme...**

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Rencontre Chevalier-Écuyer ( Pv Elias) Empty Re: Rencontre Chevalier-Écuyer ( Pv Elias)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum