Le Deal du moment :
Bon plan ASOS : code promo de 10%
Voir le deal

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Aller en bas

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Empty C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Message par Nubia le Sam 28 Nov 2009 - 16:56

- Erf...

Le soupir qui dit tout. Encore... et encore.

Et la cause de cet ennui commençait le matin même. En fait, c'était un peu une accumulation de toutes sortes d'éléments de la journée qui faisait que Nubia semblait encore déprimée. Déjà ce matin, en ouvrant les yeux, elle avait rapidement remarqué la température ensoleillée, chaude... Avant que les nuages et la pluie froide arrivent. Mais bon, ce n'était pas comme si cela ne lui plaisait pas. Oui, elle était trop compliquée... Et le savait.

L'attribution avait eu lieu il n'y avait pas si longtemps encore. Enfin, la jeune fille n'aurait pas su dire depuis combien de temps elle avait monté au grade d'Écuyer, mais elle savait que cela ne faisait pas longtemps. La preuve : elle ne s'habituait simplement pas à la nouvelle chambre qui lui avait été attribuée. Surtout que cohabiter avec la chef des Chevaliers d'Émeraude n'était pas toujours de tout repos. Son maître était souvent plutôt occupée, et il lui fallait alors qu'elle se lève plus tôt. Ah... Comme les grasses matinées lui manquaient. Tout comme les promenades solitaires dans les cuisines, ou les journées de contemplation du ciel entre amies. Il fallait croire que la nostalgie l'avait rattrapée. Pourtant, elle s'y attendait depuis le jour même où elle avait été attribuée à un Chevalier.

Aujourd'hui, étrangement, son maître n'était pas là lorsqu'elle s'était réveillée. Ce fut donc d'abord le questionnement, puis le soulagement s'en suivi. Cela voulait bien dire qu'elle avait des chances d'avoir quelques heures libres devant elle. Bien sûr, elle avait hâte de commencer son entraînement militaire, mais... Juste mais. Donc, sa première pensée fut de ne pas rester là. En deux temps trois mouvements, elle était dans les couloirs de l'aile des vaillants guerriers de l'Ordre, descendant vers le hall d'entrée. Que faire ? Bah, ses jambes le lui dicteraient sans doute. Finalement, c'est face à l'entrée du château qu'elle se trouva quelques minutes plus tard.

- Pourquoi pas ?

Et Nubia sortit sous la pluie qui tombait doucement au milieu de la brume. Heureusement pour elle, ses nouveaux habits étaient plus chauds que ses anciens... Fini, les petites robes blanches dans lesquelles elle aimait tant se promener. Maintenant, elle portait fièrement - enfin, "obligatoirement" serait le terme approprié - la tunique couleur émeraude de l'Ordre, avec sa ceinture sertie de ces joyaux verts qui rappelait son statue d'Écuyer. Bon, ça c'était quelque chose, mais le pire dans le cas de cette jeune fille était... Les bottes. Des années qu'elle avait passées les pieds nus, sans que personne ne le lui reproche, et maintenant elle se voyait contrainte à porter de grosses bottes lourdes ! Alors ça, elle ne l'avait pas particulièrement bien pris. Mais bon, c'était la coutume, et elle devait avouer qu'elle se voyait mal sur un champ de bataille sans rien aux pieds. Encore aujourd'hui, il lui avait fallu passer par-dessus ses caprices.

La jeune Écuyer traversa donc la cour, profitant du délicieux silence que lui offrait cette journée peu accueillante. Il n'y avait pas grand monde à l'extérieur, mais ce n'est pas elle qui s'en plaindrait. Soudain, une idée lui vint à l'esprit : lorsqu'elle était élève, jamais elle n'avait eu le droit de quitter l'enceinte du château... Mais maintenant, pourquoi ne pas en profiter ? Elle n'avait jamais vu les villages environnants, ni les champs... Juste le palais et ses alentours. Elle ne se souvenait même plus de son pays natal. Donc, Nubia décida d'aller faire un tour dans les environs. Juste un petit peu, question que son maître ne parte pas à sa recherche. La jeune fille marcha ainsi près d'une heure, ne se préoccupant pas vraiment du reste. Ses cheveux étaient plaqués contre sa tête et sa tunique détrempée lui collait contre la peau. Même ses bottes étaient presque devenues un lac. Mais elle continua d'avancer, jusqu'à ce qu'elle arrive au premier village. En y entrant, elle sut tout de suite que ses habits et l'épée qui pendait de sa ceinture susciteraient des réactions chez les villageois.

« Ça y est... Tout le monde me dévisage. N'ont-ils rien de mieux à faire ? » songea l'Émérienne en cachant de son mieux son énervement.

Si c'est à cela que ressemblaient les villages, alors c'était bien ordinaire. Mais bon, à quoi s'attendait-elle ; ce n'était quand même pas une attraction touristique. Finalement, au bout de quelques temps les paysans détachèrent leur regard d'elle en haussant les épaules. Ils devaient penser qu'il ne s'agissait que d'une fillette qui s'amusait à jouer les guerrières. Bah, ils pouvaient bien penser ce qu'ils voulaient. Nubia, quant à elle, s'arrêta pour regard autour d'elle. Elle était presque en train de se demander ce qu'elle était venue faire ici, quand elle remarqua une statue qui ornait le centre du village. En s'approchant, elle remarqua rapidement qu'il s'agissait d'un des premiers chefs, qui avait sans doute accompli quelque chose d'extraordinaire. En ne s'y attardant pas plus, l'Écuyer sauta sur le rebord de pierre et s'y assit innocemment. La pierre humide n'était pas de tout confort, mais rendu là, c'était bien le dernier de ses soucis.

- Pff, j'aurais mieux fait de rester au château... Et puis je ne sais même pas si j'avais le droit de m'en éloigner sans demander la permission à Lady Gaelle. Elle va me tuer...

En marmonnant ces paroles à elle même, Nubia mit sa joue contre sa main, ennuyée. Quelle bonne réputation elle aurait en rentrant au palais d'Émeraude, si elle avait involontairement désobéi aux règles ! Mais enfin, sa réputation lui importait peu. Après tout, personne ne la remarquait habituellement, malgré ses différences évidentes. Tellement elle était perdue dans ses pensées toutes plus déprimantes les unes que les autres, elle ne remarqua pas que quelqu'un s'approchait d'elle. De toute façon, il y avait plusieurs personnes qui allaient et venaient dans ce petit village, alors pourquoi s'attarder sur une seulement ?

_________________

Caught in monochrome dreams
I scream to wake up
All alone, it seems
Will I ever get up?

Nubia
Nubia
Personnage principal

Féminin
Messages : 1364
Rôle : Magicienne d'Émeraude aux tendances étranges
Âge : 22 ans
Âme Soeur : Pas le temps pour ça ! Et puis, qui voudrait d'elle ?
Sexe : Féminin
Écuyer : Pokémon Master d'Aviva !
Date d'inscription : 18/06/2008


http://eleakli-rpg.foumactif.net

Revenir en haut Aller en bas

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Empty Re: C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Message par Gaelle le Sam 28 Nov 2009 - 17:33

On aurait dit que maintenant que j'étais le chef des chevaliers, j'avais dix fois de travail que d'habitude. Je devais gèrer des dizaines, non, des tonnes de dossiers! Arrf... Je détestais faire ça. Mais, comme toujours, j'acomplissais le tout avec le sourire. Je rendais service à tout le monde, alors pourquoi avoir une humeur massacrante? C'était mon devoir de chef.

Mais bon. Je négligeais beaucoup Nubia, mon écuyer. La pauvre. Ce matin, je m'étais levée au petites heures du matin, pour la laisser dormir. J'avais entendu dire, entre les branches, qu'elle aimait beaucoup les grasses matinés. J'esperais qu'elle en avait profité!

J'étais au village, pour règler des querelles entre certains villageois. Malheur à moi, il pleuvait des clous. c'est donc armée des mes bottes, mes pantalons et de ma tunique courte à capuchon que je repartais de là pour aller rejoindre Nubia au château. Mais, je m'arrêtai, l'apercevant, un plus loin. Un sourire malicieux se dessina sur mes lèvres. J'allais lui jouer un tour. Avec mon capuchon, elle ne me reconnetrai pas. Je pris ma dague et je couru jusqu'à elle, l'attrapa sans ménagement, l'amena derrière une chaumière et lui mis la dague sous la gorge.

-Si tu cris ou si tu essaie de te sauver, je te tue. Compris?

Puis sans attendre sa réponse, j'enchainai:


-Ton maitre, c'est la chef des chevaliers, n'est-ce pas? Je t'ai vu, l'autre jour avec elle. Pense-tu qu'elle pairai cher pour te revoir en vie?


Bien sûr, j'appris soin de changer ma voix. J'avais bien hâte de voir comment mon écuyer réagirai...

_________________
C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... 55958_11030_Gaelle_sign_3
Don't you know who I think I am? Fall Out Boy
Gaelle
Gaelle
Modo à la poêle redoutable

Féminin
Messages : 2357
Rôle : Ce qui définit le rôle de quelqu'un, ce n'est pas sa place dans la société, mais la place dans le coeur des gens qui l'entourent.
Âge : 18 ans
Âme Soeur : Parfois, il faut savoir oublier... pour aimer.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 30/05/2006


Revenir en haut Aller en bas

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Empty Re: C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Message par Laëtitia le Sam 28 Nov 2009 - 21:10

Une autre magnifique journée se trouvait bien avancée pour la jeune Laëtitia. Dès les premiers jours suivant son adoubement, la jeune fille prit peur de ne pas être à la hauteur des attentes de son maître. La petite était la plus jeune Écuyer du groupe. Elle prit grandement peur de ne pas pouvoir soulever une épée, se battre comme tous les autres. Par contre, même étant frêle, Laëtitia prouverait à tout le monde qu’elle valait plus qu’une simple enfant de 10 ans.

Ok, cela ne se passait pas totalement comme nous l'avions prévu au départ. La jeune fille eut encore de la difficulté à s’habiller de son uniforme d’Écuyer ce matin même sans compter que Maître Bridgett n’était jamais là pour sortir la jeune fille de tous ses problèmes. Laëtitia commençait vraiment à croire que les Chevaliers étaient des gens réellement occupés. Celle-ci ne oublia soudainement sa détermination pour en devenir un elle-même. Heureusement après maintes erreurs, l’Écuyer réussit finalement à mettre son épée au bon endroit après avoir attachée sa ceinture ornée de magnifiques pierres précieuses qui enchantaient notre jeune fille.

Au cours de l’après-midi, Laëtitia descendit dans la cour du château, où l’on fit connaître à notre Écuyer que des marchands se trouvaient en ville. Les soldats en parlèrent jovialement désireux d’y jeter un œil le tour de garde terminé. À l’inverse, la jeune fille avait toute autre chose en tête. Le sourire monta à ses lèvres à l’écoute de cela. Ceci fit rire les soldats l’entourant. Tous aimaient la plus jeune Écuyer du château par ses airs rieurs, timides, enfantins et déterminés. Ils pensaient tous que cette petite, par ces qualités, deviendrait un très grand chevalier. Seulement, Laëtitia rougit et s’éclipsa tranquillement sortant finalement du château en toute
innocence. Agaçant ces gens qui la regardaient de part et d'autre comme si elle était une poupée. Non, je suis une Écuyer! Seulement, rien ne sortit de ses douces lèvres timides. Laëtitia leurs prouveraient à ces gens qui, vraisemblablement, ne la comprenaient
pas.

*Je suis certaine que c’était papa et maman et Lucas qui sont là pour me voir.*

Elle jeta un dernier coup d’œil à la cour espérant de ne pas faire une bêtise sortant sans l’avis de son maître, mais, à l’évidence, Laëtitia était bien trop excitée pour y penser. La jeune fille releva le capuchon de sa cape et commença à marcher en direction du premier village. Le trajet fut long et pénible et Laëtitia se demanda soudainement s’il n’aurait pas mieux valu demander à son maître une leçon d’équitation. Les bottes trempées et tachées de boue, la jeune fille s’entoura de ses bras, désireuse de se réchauffer un peu. Le devant de sa courte chevelure châtain débordait de sa capuche laissant des gouttes tomber inlassablement sur le visage tout rond de Laëtitia. Levant la tête vers le ciel, elle se rendit compte de la présence étouffante des nuages. Une petite moue surgit alors en ses traits et l’Écuyer tira la langue en direction de ces choses qui semblaient se moquer d’elle.

*Je déteste la pluie et j'ai froid.*

Frappant une roche avec son pied, la jeune fille de 10 ans sourie finalement apercevant les toits de chaumières très près les uns des autres. On vit aussi des torches allumées ça et là prévenant de l’avenue de la nuit. Excitée à nouveau, notre innocente fille se mit à courir sur le chemin pour finalement…Hé oui! Laëtitia tomba tête la première dans la boue.

- Aïe!


Tremblante de tous ses membres, ayant un peu mal aux genoux, la jeune fille tenta de se tenir sur ses deux bras se dégoûtant par sa maladresse. Des gens l’approchèrent voulant l’aider. Laëtitia se laissasoulever par un homme fort soit deux fois plus grand que la petite Écuyer. Ébahis, les paysans alentours remarquèrent, tachée de boue, la ceinture ornée de pierres précieuses que portait Laëtitia. Les pierres se reflétèrent dans la pale lumière qui pouvait donner le soleil transperçant les nuages.


- C’est un Écuyer d’Émeraude! Écuyer que faites-vous ici? Seule en plus.

Le gros monsieur intimida la concernée dont le cœur recommença à battre la chamade, son corps prenait de plus en plus en chaleur, pendant que sa bouche baragouinait et murmurait quelque chose d’incompréhensible. Souriant face à la timidité de l’Écuyer, l’homme lui conseilla d’aller se réchauffer et se débarbouiller dans la taverne tout près. Sans un mot, Laëtitia acquiesça se mordant les lèvres pour sa maladresse. Elle se dirigea vers la taverne à pas pressés non contente d’avoir fait aussi mauvaise impression devant le peuple.

*J’espère que la réputation des Chevaliers ne sera pas à mal à cause de moi.*

Elle haussa les épaules ne le croyant tout de même pas. Ressentant à nouveau la pluie sur son visage, vu que sa
capuche descendit de sur sa tête, Laëtitia sentit sa gêne baisser de plus en plus. Pour la première fois en cet après-midi, elle apprécia les gouttes tombant doucement sur sa personne. Soudainement, la jeune fille entendit du bruit venant de derrière de la taverne. Tournant le regard dans cette direction, elle vit aussi une ombre se déplacer. Curieuse comme toujours, Laëtitia, complètement sale faut-il vous le rappeler, alla voir. Elle contourna
donc le bâtiment pour s’apercevoir qu’un inconnu, à ses yeux, menaçait une jeune fille de son arme.


- Ahhh!!!

Ne remarquant pas tout de suite que se fut son amie Nubia, Laëtitia ne le fit que par après avoir poussé un cri de stupeur. Ses jambes restèrent pétrifiées sous le choc de voir sa meilleure amie aux prises avec un bandit.
Malheureusement, la cadette n’eut pas la sagesse d’utiliser la télépathie découvrant donc le jeu de la Chef des Chevaliers d’Émeraude. Elle resta tout simplement plantée là, les yeux horrifiés, sa main gauche approchant de sa dague toujours plus, mais très lentement...


- Lâ…Lâchez-la…

Un murmure tremblant caractériserait les paroles de la jeune Écuyer terrifiée. Les yeux ronds, Laëtitia ne lâcha pas la scène des yeux. De toute manière, son corps ne l’aurait certainement pas permis. Son cœur battait la chamade, son estomac sembla s’être abaissé par un gigantesque poids quelconque.

Finalement, Laëtitia ressentit le métal froid de sa dague dans la paume de sa main gauche. Sursautant un peu, elle resta néanmoins statufiée ne sachant pas ce qui devrait suivre. En fait, son esprit le connaissait lui, mais son corps n’osait absolument rien faire. Des larmes commençaient à se mêler à la pluie tombant drue. Maintenant, les cheveux de la jeune fille furent presque complètement mouillés se plaquant sur sa tête. Quant à sa tunique, on croirait que Laëtitia sortait de la forêt où elle vivait.

_________________
Laëtitia
Laëtitia
Personnage important

Féminin
Messages : 338
Rôle : Écuyer d'Émeraude
Âge : 10 ans
Âme Soeur : Les adultes inventent des choses vraiment étranges. Probablement pour que, nous les enfants, soyons dociles. Je ne sais pas.
Sexe : Féminin
Écuyer : Moi, j'ai mon Maître Lady Bridgett qui me protège.
Date d'inscription : 01/07/2008


Revenir en haut Aller en bas

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Empty Re: C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Message par Nubia le Mar 1 Déc 2009 - 20:18

[Si c'est à mon tour de répondre]

Les pieds balançant dans le vide, dut à sa petite taille et au fait qu'elle était assise sur la grande statue de la place centrale d'un village qui lui était encore inconnu avant aujourd'hui, Nubia regardait les passants. Enfin, ce n'est pas comme si elle les observait avec intérêt, car elle se fichait bien de ce qu'ils pouvaient faire. Oui, elle était toujours aussi indifférente... Depuis des années qu'elle se comportait ainsi, et ce n'était certainement pas parce qu'elle était désormais une future protectrice d'Enkidiev que cela changerait. Par contre, avec cette attitude, elle risquait de s'attirer quelques problèmes dans l'avenir. Il lui faudrait apprendre à communiquer avec les autres et à donner sa confiance à ses frères et soeurs d'armes, ou sinon elle périrait bien assez tôt aux mains de potentiels ennemis. Bah, il était un peu tôt pour penser à mourir sur un champ de bataille, mais il fallait bien qu'elle se décide un jour... Sûrement pas aujourd'hui, en tout cas.

Donc, maintenant concentrée sur une flaque d'eau qui lui semblait étrangement intéressante et dans laquelle tombaient une, deux, trois gouttes de pluie, l'Écuyer était évidemment beaucoup trop distraite pour garder ses arrières. Et le "mystérieux bruit de pas" qu'elle n'avait pas réellement entendu tout à l'heure se révéla être nettement plus proche qu'espérer. Mais bon, comme elle était - encore et toujours - indifférente, elle n'en avait absolument rien à faire. Cependant, en plus d'être plus proches, les pas approchaient bien vite. En effet, en moins de deux, Nubia se fit ramasser par la main d'un inconnu. Elle étouffa un cri de surprise, puis se retrouva instantanément coincée contre le mur d'une chaumière et l'étranger. Tout s'était passé un peu trop vite à son goût. Les yeux grands ouverts, rivés sur la personne qui ne lui voulait vraisemblablement pas du bien, la jeune fille ne respirait presque plus. En fait, seul son coeur qui battait comme jamais pouvait se faire entendre à ses oreilles.

Sans doute était-ce quelqu'un qui n'appréciait pas particulièrement les Chevaliers voulait se venger sur elle... Mais pourquoi ? Elle n'essaya même pas de chercher. Au même moment, la voix étrangère l'avertit de ne pas bouger, sous peine de se faire tuer. La jeune fille ne se fit pas prier pour ne pas ouvrir la bouche. Elle n'avait jamais appris à se déprendre de ce genre de situation, et si elle ne réfléchissait pas assez vite, ça en serait fini ! Juste de penser à cela l'énervait davantage. Puis, l'inconnu poursuivit en parlant de son maître... Oh, comme elle aimerait voir le visage de Lady Gaelle en ce moment ! Enfin, peut-être pas, parce qu'elle se sentirait bien honteuse par la suite de n'avoir pas pu réagir... Mh. La question du bandit la pris au dépourvu - si elle pouvait être encore plus au dépourvu que cela -. Si son maître paierait cher pour la revoir ? Dans sa tête, Nubia se rappelait le sourire malicieux mais toujours doux de Gaelle, son entrain, sa volonté... Jamais elle ne pourrait imaginer que cette femme veuille que son Écuyer ne se fasse misérablement tuer durant une ballade au village. Mais peut-être était-ce une exception pour l'enfant silencieuse, insensible et marginale qu'était Nubia ? Soudain, une autre voix, plus aigue cette fois retentit. La jeune fille reconnue celle de Laëtitia, une de ses seules amies. Son regard se tourna pour essayer de distinguer l'autre Écuyer. Elle la vit, la main sur sa dague, un air horrifié sur son innocent visage. Elle voulut crier pendant un instant, mais se rappela vite de la lame placée sous sa gorge.

- Ne reste pas là... murmura-t-elle finalement.

Disons que ça ne lui plaisait pas particulièrement d'être trouvée ainsi aux prises avec un étranger. Donc, elle retourna poser ses yeux sur cette personne, et décida de répondre à sa question. Malgré la situation délicate dans laquelle elle se trouvait, elle ne put s'empêcher de répliquer d'une façon autre qu'aimable.

- Je... Je ne sais pas si elle paierait cher pour cela, mais...

Sa main descendit aussi subtilement qu'elle le pouvait vers son épée, toujours accrochée à sa ceinture. Heureusement, elle commençait à reprendre le contrôle sur elle-même, malgré le fait que la peur lui tiraillait encore les entrailles.

- ... mais moi, je ne me laisserai pas tuer ainsi.

D'un coup sec, elle donna un coup de genou dans le ventre de son assaillant, puis profita de cet instant pour dégainer son épée. Les sourcils froncés, le coeur battant toujours aussi fort, Nubia pointa sa lame en direction du bandit. Son bras tremblait, sa main était moite et sa poigne était incertaine, mais au moins ce n'était plus elle qui avait la lame à la gorge. L'Écuyer était bien au courant que cet étranger était visiblement plus fort - ou forte, puisque la voix semblait légèrement plus féminine - et que si ça continuait comme ça, elle se ferait contre-attaquer et encore une fois... Game over. Elle voulait juste que cette personne parte, et qu'elle ne revienne plus jamais... Même la pluie, en ce moment, était bien le dernier de ses soucis. Peut-être que cette fois, son indifférence maladive aurait pu lui coûter la vie. Cependant, il en faudrait sans doute encore plus pour qu'elle change. Non, peut-être pas... De toute façon, ce n'était sûrement pas encore fini, alors elle aurait amplement le temps d'y penser après. Si elle s'en sortait vivante et consciente, bien entendu.

Malgré tout, la même pensée continuait d'hanter Nubia. Est-ce que Lady Gaelle aurait fait l'impossible pour la sauver ? Après tout, elles ne se connaissaient pas encore parfaitement. Sachant que son amie ne l'avait sans doute pas écoutée et qu'elle était sûrement encore non loin, l'Écuyer tremblotante voulu presque lui demander durant l'espace d'un instant d'aller vite au château pour aller chercher son maître. Mais l'orgueil de cette jeune fille était bien trop grand, et il était presque certain qu'elle se ferait punir par après. Il fallait aussi avouer que tout était trop compliqué dans la tête de cette fille.

_________________

Caught in monochrome dreams
I scream to wake up
All alone, it seems
Will I ever get up?

Nubia
Nubia
Personnage principal

Féminin
Messages : 1364
Rôle : Magicienne d'Émeraude aux tendances étranges
Âge : 22 ans
Âme Soeur : Pas le temps pour ça ! Et puis, qui voudrait d'elle ?
Sexe : Féminin
Écuyer : Pokémon Master d'Aviva !
Date d'inscription : 18/06/2008


http://eleakli-rpg.foumactif.net

Revenir en haut Aller en bas

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Empty Re: C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Message par Gaelle le Sam 5 Déc 2009 - 18:18

J'avais bien hâte de voir ce qui allait se passer. Après tout, je devais bien préparer mon écuyer à toute éventualité! Ce que je vis me surpris. Une autre écuyer d'émeraude. Eh bien, ils étaient délinquants.... Partir sans leur maître...

Un sourire malicieux se dessina sur mes lèvres. J'allais leur donner une leçon, à ma façon...

Elles étaient courageuses, ces deux jeunes filles. Elles feraient d'excellentes guerrières, une fois formées... J'en étais sûr.

La détermination de mon écuyer me fis sourire. J'évitait son coup en direction de mon ventre, mais jouant la comédie, je la lâchai et tomber par terre en étouffant un juron. Je cachai ma dague dans ma botte et fis mine de l'avoir perdue, échappée quelque part. Je me relevai pour faire face aux deux mini chevaliers. C'était presque mignon à voir!

Avec l'agilité d'un chat, je me déplaçai jusqu'à Laëtitia et l'attrapa par le collet et prit la dague que celle-ci avant dans sa main et la plaqua sous sa gorge.

-Tu veux que ton amie meurt!? Lâche ton arme! Maintenant! hurlai-je en transformant toujours ma voix.

Je savais que c'était dûr à vivre émotionnellement, mais il fallait qu'elles passent par là. Être dans un ordre de chevalerie, ce n'est pas tout repos, autant qu'elles aient leurs expériences jeunes. Je me demandais bien ce que Laëitia essayrai de faire, face à moi. Serait-elle assez débrouillarde pour trouver une solution à ce problème. En fait, ce que je voulais les deux jeunes filles fassent, c'était de travailler en équipe. J'espérai que cette idée leur vienne à l'esprit.

Je regardai Nubia, puis Laëtitia. Aurait-elle idée d'utiliser leurs pouvoirs? Ça serait une bonne alternative. Je devais rester sur mes gardes, même avec deux fillettes de cet âge. Mais si elles étaient jeunes, elles étaient pleine de potentiel...

(C'est mieux, Laëtitia? Razz C'est plus petit, mais bon!^^)

_________________
C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... 55958_11030_Gaelle_sign_3
Don't you know who I think I am? Fall Out Boy
Gaelle
Gaelle
Modo à la poêle redoutable

Féminin
Messages : 2357
Rôle : Ce qui définit le rôle de quelqu'un, ce n'est pas sa place dans la société, mais la place dans le coeur des gens qui l'entourent.
Âge : 18 ans
Âme Soeur : Parfois, il faut savoir oublier... pour aimer.
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 30/05/2006


Revenir en haut Aller en bas

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Empty Re: C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Message par Laëtitia le Lun 1 Fév 2010 - 16:36

[Hrpg: Gomen, Gomen. J'espère que vous me pardonnerez un jour. En tout cas, voilà enfin mon rp. Razz ]

Laëtitia resta statufiée sur place. Personne ne lui avait expliqué la procédure à prendre si l’un de ses frères ou sœur d’arme se faisait attaquer. Pire, c’était son amie. La jeune fille ne pouvait pas laisser Nubia aux prises avec un bandit de grand chemin. Celui-ci sembla prêt à la prendre en otage. Cela jamais! D’un seul coup, la plus jeune Écuyer sortit prestement sa dague du fourreau à sa droite. Le bruit lui-même réussit à déstabiliser Laëtitia qui perdit l’équilibre quelques secondes. Elle reprit pied par la suite ses genoux un peu pliés vers le bas. Ceci commença à lui faire drôlement mal. Par contre, la jeune fille ne partirait pas en courant pour aller chercher de l’aide. Cela même si son amie semblait vouloir la supplier de le faire.

*Jamais! Je ne t’abandonnerai pas!*

La frimousse de la jeune fille prit un air boudeur qui démontra un moment de détermination. De toute manière, même si l’Écuyer aurait voulu fuir, celle-ci n’aurait pas pu procéder à cette action. Ses jambes dures ne répondaient plus à son appel. La peur semblait clouer chacun des muscles jusqu'à la moelle de Laëtitia sur sa position actuelle. On pensa même que ses os devinrent plus lourds qu’à leur habitude. La pluie devenait secondaire dans tout ce qui se passait actuellement. Les nuages, sans vent pour les faire disparaître, continuaient à déverser des trombes d’eau sur le Royaume d’Émeraude. Cependant, en tout cas, ce qui en était de la petite fille, elle s’en ficha royalement. Parfois, quelques gouttes trop grosses firent frissonner la jeune fille. Peut-être aussi la nervosité dont faisait face Laëtitia fut assez dense pour la faire frissonner pour une fourmi frôlant sa jambe. Seulement, on n’en saura rien. En effet, les fourmis étaient bien cachées dans leur trou en cette journée maussade. Elles devaient même se dire que ces humains étaient complètement cinglés pour se balader en pleine tempête pareille.

Soudainement, Laëtitia fit un pas en arrière puis deux. Ces mouvements furent plus procédés par réflexe pur que sur une volonté consciente. En effet, Nubia cogna avec l’un de ses genoux dans le ventre de cette personne qui roula sur le sol. L’Écuyer sortit par la suite son arme. Reprenant soudainement confiance grâce au courage de son amie, Laëtitia pointa sa dague aussi en direction de ce qu’elle croyait être un bandit ou «une» plutôt. Il n’était pas question que la jeune fille quitte les lieux laissant son amie seule. Jamais! Les Chevaliers d’Émeraude devaient se soutenir mutuellement et s’aider lorsque les problèmes tombaient. De toute façon, le temps que cela lui prendrait pour revenir au Château et de revenir ici serait très certainement trop grand. Il lui manquerait de temps. Les larmes aux yeux, Laëtitia ne voulut même pas songer à cette avenue difficile. Alors, la jeune fille serait forte comme son amie.

Sa poigne tremblait aussi comme celle de Nubia. La cadette n’était pas certaine d’avoir la bonne méthode, mais là n’était certes pas le moment de se poser des questions. Des gouttes d’eau tombaient sur la dague et l’épée résonnant aux oreilles de la jeune fille comme des clous tombant sur un sol de pierre. Ce silence, cette inaction lui devenaient insupportables. Malheureusement, Laëtitia aurait certainement préférée que cela reste de cette manière au vu des événements futurs.

En un clin d’œil, on lui vola sa dague qui fut a mise sous son cou. Laëtitia ressentit alors une vive terreur. En fait, la jeune fille n’avait jamais vécu cela avant ce jour. Ce fut sa premières fois. Sa main, restant stupéfaite, eut mal alors que Gaelle la ramena à elle pour amener la dague sous le menton de la plus jeune Écuyer de l’Ordre d’Émeraude.

*J’ai peur…*

Un murmure à peine audible sortit d’entre les lèvres de la jeune fille qui sursauta de plus belle alors que son assaillante cria à Nubia d’abaisser son arme pour que Laëtitia reste en vie. Sur le coup de la surprise, la jeune Écuyer bougea le menton et la dague frotta largement avec le bas du visage de la jeune fille. Telle terrible douleur fit clore fermement les yeux de Laëtitia. Des larmes de peur se versèrent sur son visage. Heureusement grâce à la pluie, on ne pouvait guère apercevoir de loin ces traces de faiblesse. En effet, Laëtitia se sentait las, faible, idiote n’étant même pas capable de se défendre. Elle allait mourir avant d’avoir pu connaître ses réels ennemis. Pathétique n’est-ce pas?

Seulement, la jeune fille ne se trouvait pas non plus sa aucune ressource. Les jambes trop courtes pour pouvoir faire un croc en jambe à son assaillante de part sa position actuelle, Laëtitia en abandonna l’idée. Tout à coup, ses pensées captèrent celles de cette folle alliée.

*L...ady...Gaelle…!*

Plus surprise qu’apeurée, Laëtitia fixa son regard azur sur les yeux blanc sans iris de son amie. Avec le temps, la jeune fille savait dorénavant où observer pour discuter normalement avec Nubia. La plus jeune déglutit difficilement incapable de bouger un membre, mais sa peur diminua peu à peu. Non vraiment une fille très intelligente, Laëtitia sut tout de même que la Chef des Chevalier devait vouloir faire passer un test aux deux Écuyers. Oups, celles-ci allaient se faire punir pour leur indiscipline. Non, cette dernière pensée passa que trop vite dans l’esprit de Laëtitia.

**Nubia! C’est Lady…Gaelle! Je le jure! C’est elle.**

Cette communication télépathique fut uniquement projetée dans l’esprit de Nubia. Seulement, l’énervement, voir excitation maintenant, de Laëtitia était réellement palpable. On se demanderait bien si les tympans de son amie allaient pas exploser ayant entendu se raffut dans sa tête…Laëtitia, je sais que tu es énervée, mais ce n’est tout de même pas obligatoire de crier. La communication ne se qualifie pas de longue distance entre Montréal et l’Australie. Soupir. Bon, revenons à nos moutons.

Laëtitia se laissa calmer malgré que des larmes coulaient encore et toujours des ses yeux jusqu’à son menton se mélangeant au sang. Elle dit dans un murmure apeurée et gêné:

- Lady…Lady Gaelle. Je…Pourquoi vous faire prendre pour un méchant?

Évidemment, Laëtitia connaissait la raison depuis quelques secondes déjà. Malheureusement, entre la gêne, la douleur, la peur et l’énervement, elle ne put dire que ces stupides paroles.


Musique d'ambiance représentant Laëtitia^^

_________________
Laëtitia
Laëtitia
Personnage important

Féminin
Messages : 338
Rôle : Écuyer d'Émeraude
Âge : 10 ans
Âme Soeur : Les adultes inventent des choses vraiment étranges. Probablement pour que, nous les enfants, soyons dociles. Je ne sais pas.
Sexe : Féminin
Écuyer : Moi, j'ai mon Maître Lady Bridgett qui me protège.
Date d'inscription : 01/07/2008


Revenir en haut Aller en bas

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Empty Re: C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Message par Akeri le Mar 2 Fév 2010 - 1:52

Akeri était elle aussi descendu au village. Elle avait surprise la scène de loin, mais avait décider de ne pas intervenir, ne connaissant pas encore bien leur moeurs. Elle avait aussi senti que l'esprit de Lady Gaelle ne contenait aucune mauvaise intention, elle les avait donc regarder avec une certaine tendresse. Ils jouaient, en déduit-elle, même si de premier abords les écuyers était terrorisé.

Voyant finalement que la plaisanterie était éventrer, elle ne vit plus aucun mal à les rejoindre. Elle avait l'impression, comme la jeune Laëtitia, que la plaisanterie avait assez durée. Les jeunes avait eu toute une frousse. La fée-elfe s'approcha donc du petit groupe avec son sourire maintenant habituelle, mi-triste, mi-tendre.


"Bonjour Lady Gaelle, bonjour Laëtitia et Nubia"

La jeune femme ébouriffa les cheveux de Laëtitia en signe de félicitation pour sa perspicacité et lui sourit, perdant pendant quelque instant la lueur mélancolique qui ne quittait que rarement ses yeux.

_________________
C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Akerimeraudebannire
C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... 391e9C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... 2415555
Akeri
Akeri
Personnage principal

Féminin
Messages : 552
Rôle : Porteuse de lumière
Âge : 40 ans
Âme Soeur : Aenarionn
Sexe : Féminin
Date d'inscription : 25/09/2006


http://mes.oeuvres.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Empty Re: C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Message par Nubia le Mar 2 Fév 2010 - 20:48

L'averse se faisait persistente. Trop, même. C'est comme si chaque goutelette suivait les battements du coeur énervé de Nubia. Le sang battait jusqu'à se tempes, comme le rythme d'un tambour qui jouait à ses oreilles. Mais ce n'était pas aussi mélodieux qu'un tambour. C'était surtout un des trop nombreux détails qui lui rappelaient qu'elle était vraiment dans le pétrin. Malgré la misérable épée mal affilée que sa main s'efforçait de retenir, l'Écuyer n'avait pas tout à fait l'impression d'être dans la meilleure des situations. Et quoi encore ? Elle n'allait tout de même pas abattre son arme sur l'inconnue ! Elle ne savait même pas encore comment brandir convenablement cette lame meurtrière. De plus, elle ne désirait pas verser le sang d'un bandit sans intérêt au beau milieu de ce village. Elle était déjà assez bouleversée comme cela, de toute façon. La question à se poser était : cette personne devinerait-elle la terreur bien cachée de la jeune fille ? Ou bien la prendrait-elle au sérieux ? Cette dernière option restait peu probable, vue la poigne tremblante et l'air qui se voulait certain mais qui ne l'était pas réellement. Un autre point que Nubia aurait à travailler.

En voyant que l'inconnue encapuchonnée commençait à reprendre son souffle après le vif coup de genou que l'Écuyer lui avait assené, cette dernière recula instinctivement d'un pas. À bien y penser, la façon dont il - ou elle - s'était écroulé de douleur avait été étrange. Bah, comme si c'était le temps de penser à des détails insignifiants de la sorte. D'un geste machinal, elle se passa une main sur la gorge, comme pour vérifier qu'elle était encore là. Lorsque la personne se releva lentement, Nubia crut lâcher l'épée qu'elle tenait plus ou moins fermement. Malgré le fait qu'elle n'arrivait toujours pas à apercevoir son visage, elle sentait d'une quelconque façon que le bandit n'allait pas s'en aller en courant de sitôt, juste à cause qu'elle avait voulu se montrer courageuse avec son arme d'entraînement. En fait, elle percevait une pointe de plaisir chez son assaillante.

Maintenant qu'elle y pensait, c'était plutôt étrange... Pourquoi cette cinglée - décidément, c'était une femme, même avec la voix plutôt effrayante qu'elle avait, cela restait féminin - aurait-elle eu la merveilleuse idée d'aller s'en prendre à une jeune fille, certes, mais jeune fille avec un air peu enclin à adresser la parole à qui que ce soit et par-dessus tout armée d'une dague et d'une épée à la ceinture ? En plus, ce n'est pas comme si Nubia était la seule fillette de ce village... Pff, il fallait qu'elle sorte quelques heures alors qu'elle était restée au château si longtemps, et elle se faisait déjà sauter dessus par quelqu'un qui n'aimait visiblement pas les étrangers. En voyant justement l'inconnue debout devant elle, l'Écuyer eut presque envie de crier pendant un instant qu'elle n'était pas n'importe quel jouet et qu'elle pourrait même sauver le monde si elle la laissait enfin tranquille. Mais évidemment, la peur le lui en empêcha. Par chance, car elle n'aurait sans doute pas fait long feu par la suite, si elle avait été hurler un truc du genre.

- N'avançez pas...

Cette fois-ci, cet avertissement fut grandement moins certain que tout à l'heure. En fait, Nubia se demandait intérieurement en combien de secondes elle serait morte. Vive l'optimisme... ! Même si elle était terrifiée, elle ne voulut pas fermer les yeux. Ni même crier ou même simplement bouger. Soudainement, avant même que la jeune fille ne puisse réagir, l'inconnue s'était dirigée vers Laëtitia, qui était vraisemblablement encore en train d'observer la scène avant de se faire mettre sa propre dague sous la gorge. Cette fois-ci, les yeux blancs de la fillette s'agrandirent. Déjà qu'elle n'était pas trop encline à délaisser sa propre vie aujourd'hui, cette assassine voulait la peau de son amie ! Par-dessus tout cela, la femme lui hurla de lâcher son arme. Sans y songer une seule seconde, l'épée tomba sur le sol dans un tintement métallique, surtout à cause des doigts qui avaient machinalement lâchés prise. Nubia agissait maintenant plus par instinct que par réflexion. On aurait dit qu'elle était un robot, tellement son expression était vide. Enfin, ce fut avant qu'elle ne se mette à réaliser la scène qui se déroulait sous ses yeux.

À ce moment seulement, elle commença à reprendre vie. Son air changea graduellement, passant du vide totale à la détresse, puis finalement à la rage. Elle avait presque du mal à contrôler sa respiration. Heureusement que l'Écuyer avait encore un peu de contrôle, parce que sinon elle aurait simplement sauté sur la bandit. À la place, elle se contenta de lâcher, les dents serrées :

- Lâche...

Nubia fit à peine deux pas qu'elle ne se rendit même pas compte d'avoir fait. Puis, ne quittant pas l'inconnue du regard, elle aperçut le visage paniqué de sa jeune amie. Ce sentiment sauvage grandit à l'intérieur d'elle alors qu'elle vit les gouttes de sang à l'endroit où la dague reposait. À ce moment, elle explosa.

- Elle est innocente ! Lâchez-là ! Prenez-moi, si vous le voulez, mais vous la lâchez tout de suite !

Ce cri semblait venir de quelqu'un d'autre. Sa propre voix déformée par la rage, mélangée au bruissement de la pluie, lui parut effrayante. Nubia se tut immédiatement, ne sachant pas trop ce qu'elle venait de dire. Elle avait envie de n'être jamais venue ici... À cet instant précis, une autre voix, beaucoup plus douce cette fois, retentit dans sa tête. Sur le coup, la jeune fille sursauta, se demandant d'où cela venait. Puis, elle reconnu Laëtitia, avec sa petite voix parfois si innocente, parfois si déterminée... L'Écuyer crut l'entendre prononcer le nom de son maître. Quoi ? Gaëlle était-elle là ?! Pourrait-elle les sortir de ce cauchemard ? Nubia sentit la colère en elle se calmer un peu, remplacée par un peu d'espoir. En tournant lentement les yeux, elle tenta un regard vers sa jeune amie. Celle-ci la fixait aussi. Alors, ce n'était pas comme si la chef des Chevaliers était derrière elle... Soudain, elle crut comprendre. En fait, elle ne voulut pas comprendre. Cependant, ses gestes furent plus rapide que sa pensée.

L'Écuyer leva brusquement le bras, laissant s'échapper un projectile magique de sa main. Le projectile atteint sa cible : il frôla le capuchon de l'inconnue, afin de le faire s'abaisser. Cela marcha.. à moitié. Par contre, Nubia n'eut qu'à voir les cheveux rosés pour avoir un grand choc. Elle recula, le bras toujours levé devant elle. Les paroles de Laëtitia confirmèrent ce qui venait d'être confirmé.

- M... Maître...

Son bras retomba mollement le long de son frêle corps. Abasourdie, la jeune fille se laissa tomber sur un genou, les tête baissée piteusement vers le sol. À côté d'elle, il y avait son épée, avec laquelle elle avait bien failli attaquer Lady Gaëlle. Maintenant que la vérité avait été dévoilée, elle se sentait bien stupide. Pourquoi n'avait-elle pas détecté cette énergie familière ? Elle avait du paraître tellement pitoyablement devant son maître... Seulement, pour quelles raisons avait-elle fait tout ce spectacle ? Un simple entraînement aurait sans doute suffit... Même si aucun entraînement n'aurait pu être aussi réel que cela. Pour ajouter à cette confusion, ce fut cette femme, celle qui était apparue lors de la soirée d'attribution, qui arriva. Elle semblait tout à fait calme en les saluant. En fait, elle semblait même heureuse. Nubia la fixa un instant avant de retourner poser son regard sur son maître maintenant dévoilée.

- Maître... Qu'est-ce...

Les mots lui manquaient. Elle se contenta simplement de rebaisser le regard. Il valait mieux qu'elle ne réfléchisse pas trop.

_________________

Caught in monochrome dreams
I scream to wake up
All alone, it seems
Will I ever get up?

Nubia
Nubia
Personnage principal

Féminin
Messages : 1364
Rôle : Magicienne d'Émeraude aux tendances étranges
Âge : 22 ans
Âme Soeur : Pas le temps pour ça ! Et puis, qui voudrait d'elle ?
Sexe : Féminin
Écuyer : Pokémon Master d'Aviva !
Date d'inscription : 18/06/2008


http://eleakli-rpg.foumactif.net

Revenir en haut Aller en bas

C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie... Empty Re: C'est c'qu'on fait quand on s'ennuie...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum